lucperino.com

Tempête sur la carte vitale

humeur du 26/01/2009

Tempête sur la carte vitale

La grosse tempête qui vient de secouer le sud-ouest de la France a réellement fait des ravages. Pendant ces derniers jours, les différentes rédactions ont essayé de nous en montrer la gravité. Des centaines de milliers de personnes sans eau, sans électricité ou sans chauffage, trafic routier et ferroviaire interrompus, inondations, maisons détruites, forêt landaise dévastée, quatre morts et de nombreux blessés. Les mots et les images ont réussi à nous faire toucher du doigt la gravité de ces événements pour les malheureuses victimes.

C'est vrai qu'il est parfois difficile de réaliser, lorsque l'on est bien installé dans son fauteuil, les souffrances que peuvent endurer ceux qui sont au coeur du drame dont les journalistes essaient de nous faire partager l'émotion. L'interview des victimes, lorsqu'il est possible, est un bon moyen, même si une trop forte subjectivité peut déformer quelque peu les faits.

Chaque rédacteur doit, je le suppose, choisir ses séquences le plus judicieusement possible pour éviter à la fois la légèreté et le pathos. En ce qui me concerne, France Inter, une de mes radios préférées, a bien réussi en sélectionnant la séquence d'un pharmacien privé d'électricité expliquant que, son ordinateur ne fonctionnant plus, il ne pouvait plus utiliser la carte vitale de ses clients.

C'est alors, et alors seulement que j'ai vraiment compris la gravité de la situation...

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Fermer les facultés de médecine ? - Plusieurs enquêtes l’ont confirmé, 95% des facultés de médecine n’ont aucune politique [...]

N'injuriez pas avec l'anus - En termes évolutionnistes, l’anus est un achèvement parfait. [...]

Perturbateurs de l'appariement - Sachant que la pilule contraceptive est un puissant perturbateur endocrinien, nous supposions [...]

Aubaines et tourments de la surmédicalisation - La position des médecins par rapport au problème de la surmédicalisation est ambiguë [...]

Les « diablogues » des essais cliniques - Le zona guérit naturellement en 6 semaines. Tous les médicaments pris la première semaine [...]

Haut de page