lucperino.com

Prévalence et herborisation

humeur du 10/12/2008

Prévalence et herborisation

La prévalence, plus difficile à déterminer que l'incidence, donne la photographie d'une population à un instant donné. La prévalence générale ne tient compte ni du sexe ni de l'âge, elle indique le pourcentage de personnes atteintes d'une maladie au jour J.

Pour la France, voici des chiffres moyens dans les publications les plus sérieuses pour quelques maladies courantes : psychoses: 3%, TOC: 3%, phobie sociale: 8%, autres phobies: 6%, dépressions majeures: 8%, dépressions mineures: 15%, Alzheimer : 2%, Parkinson: 1%, AVC: 0.3%, SEP: 0.2%, fibromyalgie: 15%, migraine: 10%, hypertension artérielle: 30%, valvulopathie: 2%, insuffisance cardiaque: 1%, coronaropathies: 1,5%, diabète de type 2: 4%, dyslipidémies: 8%, SAOS: 20%, obésité et surpoids: 30%, tous les cancers (dépistés et cliniques): 1.5%, hypothyrodie: 3%, ostéoporose: 10%, etc.

Cessons ici cette énumération fastidieuse en constatant que nous avons déjà largement dépassé les 100% en étant bien loin d'avoir couvert tous les champs de la pathologie. Une conclusion s'impose : les patients sont atteints de plusieurs pathologies. Nous le savions déjà pour l'obésité et le SAOS, la fibromyalgie et la dépression ou encore la dyslipidémie et l'hypertension. En voici une preuve définitive. Tout bien réfléchi, il n'existe probablement que des patients polypathologiques. Voilà qui est rassurant pour ceux qui ont eu la chance de passer au travers de toutes ces pathologies, car a leur laisse encore une petite chance de mourir de vieillesse.

Si nous en profitions pour nous offrir, avec ou sans humour, une petite réflexion épistémologique sur la classification de nos objets-maladie , il est probable que nous en conclurions que nous sommes en train de nous fourvoyer.

Les historiens de la médecine mentionnent souvent avec amusement la nosologie méthodique de François Boissier de Sauvages, publiée en 1763 et dans laquelle il recensait 10 classes, 44 ordres, 315 genres et 2400 espèces de maladies. Cette herborisation de la médecine, comme la nommait Michel Foucault, est-elle vraiment dépassée aujourd'hui ?

 

Bibliographie

Boissier De Sauvages François
Nosologie méthodique ou distribution des maladies en classes, en genres et en espèces suivant l'esprit de Sydenham et la méthode des botanistes
Lyon, Bruyset, 1772, 10 volumes

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Equilibre proies/prédateurs et ministère de l’écologie - L’équilibre proie-prédateurs est un grand classique des lois de l’évolution. Plus il y a [...]

Légiférer sur le vivant est toujours arbitraire - Entre le plus petit des homo sapiens (120 cm) et le plus grand (240 cm), le rapport est de deux. [...]

Interrogations sur le vaccin antigrippal - Lorsque les premières vaccinations antigrippales ont été mises sur le marché, j’avais été [...]

Orlistat au Gabon - Une fois de plus, on découvre que les effets secondaires d’un médicament ont été [...]

L’inégalité d’accès aux soins n’est plus ce qu’elle était - Dans les années 1960, vingt ans après la création de la sécurité sociale, les dépenses de [...]

Haut de page