lucperino.com

Monogamie évolutionniste

humeur du 13/03/2022

Les statistiques déplaisent, car elles ignorent les cas particuliers ; chacun assimilant l’ignorance de son cas à du mépris. Lorsque les statistiques affirment que « l’effet cendrillon » et les infanticides sont plus fréquents dans les familles recomposées, les beaux-parents adoptifs, parfois plus affectueux que les géniteurs, vivent cette assertion comme abjecte. Lorsque les statistiques confirment que le divorce entraîne des conséquences négatives à long terme sur l’équilibre affectif et la santé mentale de la progéniture, cela est inaudible par les parents qui peuvent vivre et citer d’innombrables contre-exemples.

Les critères psychosociaux étant toujours soumis à de vives polémiques, il est tentant de suspecter les auteurs de ces études de vouloir prôner une idéologie monogamique.

Il faut alors convoquer la biologie, avec des critères plus pertinents, pour essayer de savoir si notre espèce a subi des pressions sélectives positives pour la monogamie.

Il est par exemple admis que les maladies sexuellement transmissibles trop visibles ont un effet repoussoir lors du choix d’un partenaire. Cela a probablement favorisé une sélection positive dans deux directions, d’une part, les individus les plus résistants aux infections, d’autre part, les moins volages. 

L’anthropologie a démontré qu’un père au foyer était un facteur favorable à la survie de la progéniture. La biologie confirme que le célibat maternel a un impact négatif sur le poids de naissance, la croissance in utero et la prématurité. Cs critères biologiques peu contestables surenchérissent sur les anthropologues, en montrant un effet bénéfique du père pendant la vie in utero. Voilà de quoi rassurer les pères qui se sentent exclus de la grossesse.

Encore plus surprenante est la constatation au sujet de la prééclampsie, cette redoutable maladie de la grossesse qui ne risque de survenir que pour le premier enfant d’un couple, et jamais pour les suivants. Comme si le couple ayant réussi son premier test d’histocompatibilité pouvait continuer à procréer en toute sérénité... Et l’immunologie remettra les compteurs à zéro en cas de couple recomposé.

D’autres « subtilités » de la nature sont aussi mesurables, comme la chute du taux de testostérone au contact du nouveau-né, limitant la probabilité d’ensemencer d’autres femmes et d’éparpiller l’attention paternelle.

Enfin, plus l’âge de procréation avance, naturelle ou assistée, tant pour le père que pour la mère, plus convergent de risques sur la progéniture. Pour un couple recomposé jeune, aucune étude ne pourra jamais mettre en balance l’avantage de la jeunesse pour une nouvelle fratrie avec la diminution des soins parentaux sur la ou les fratries précédentes.    

En tant que mammifères, nous avons un lourd passif de polygamie et l’évolution ignore le concept culturel de monogamie stable à vie. Cependant notre espèce a mis en place plusieurs moyens pour favoriser la monogamie jusqu’à la puberté ou l’autonomie du dernier enfant d’une fratrie.

Bibliographie

Auersperg F, Vlasak T, Ponocny I, Barth A
Long-term effects of parental divorce on mental health - A meta-analysis
J Psychiatr Res. 2019 Dec;119:107-115
DOI : 10.1016/j.jpsychires.2019.09.011

Cézilly Frank
Le paradoxe de l'hippocampe histoire naturelle de la monogamie
Buchet Chastel, 2006

Daly M, Wilson M
The Truth about Cinderella : A Darwinian View of Parental Love
Yale University Press, 11 octobre 1999, 68 p

Gelles RJ, Harrop JW
The Risk of Abusive Violence among Children with Nongenetic Caretakers
Family Relations, Vol. 40, No. 1 (Jan., 1991), pp. 78-83

Gettlera LT , McDadea TW, Feranilc AB & Kuzawa CW
Longitudinal evidence that fatherhood decreases testosterone in human males
PNAS 2011 108 (39) 16141-16142
DOI : 10.1073/pnas.1113323108

Haavaldsen C, Sarfraz AA, Samuelsen SO, Eskild A
The impact of maternal age on fetal death : Does length of gestation matter ?
Am J Obstet Gynecol. 2010 Dec;203(6):554.e1-8
DOI : 10.1016/j.ajog.2010.07.014

Khandwala YS, Baker VL, Shaw GM, Stevenson DK, Faber HK, Lu Y, Eisenberg ML
Association of paternal age with perinatal outcomes between 2007 and 2016 in the United States: population based cohort study
BMJ 2018;363:k4372
DOI : 10.1136/bmj.k4372

Klemetti R, Gissler M, Sainio S, Hemminki E
At what age does the risk for adverse maternal and infant outcomes increase - nationwide register-based study on first births in Finland in 2005–2014
Acta Obstet Gynecol Scand. 2016 Dec;95(12):1368-1375
DOI : 10.1111/aogs.13020

Kong A et coll
Rate of de novo mutations and the importance of father’s age to disease risk
Nature. 2012 Aug 23;488(7412):471-5
DOI : 10.1038/nature11396.

Mackey WC, Immerman RS
Restriction of Sexual Activity as a Partial Function of Disease Avoidance: A Cultural Response to Sexually Transmitted Diseases
Cross-Cultural Research November 2001 vol. 35 no. 4 400-423
DOI : 10.1177/106939710103500403

Petersen L, Mortensen PB, Pedersen CB
Paternal age at birth of first child and risk of schizophrenia
Am J Psychiatry. 2011 Jan;168(1):82-8
DOI : 10.1176/appi.ajp.2010.10020252.

Sands A, Thompson EJ, Gaysina D
Long-term influences of parental divorce on offspring affective disorders: A systematic review and meta-analysis
J Affect Disord. 2017 Aug 15;218:105-114
DOI : 10.1016/j.jad.2017.04.015

Shah PS, Zao J, Ali S
Knowledge Synthesis Group of Determinants of preterm/LBW births. Maternal marital status and birth outcomes: a systematic review and meta-analyses
Matern Child Health J. 2011 Oct;15(7):1097-109
DOI : 10.1007/s10995-010-0654-z

Sheen JJ, Wright JD, Goffman D, Kern-Goldberger AR, Booker W, Siddiq Z, D'Alton ME, Friedman AM
Maternal age and risk for adverse outcomes
Am J Obstet Gynecol. 2018 Oct;219(4):390.e1-390.e15
DOI : 10.1016/j.ajog.2018.08.034

Storey AE
Hormonal correlates of paternal responsiveness in new and expectant fathers
Evol Hum Behav 21 : 79-95. (2000)

Tsuchiya KJ et col
Paternal age at birth and high-functioning autistic-spectrum disorder in offspring
Br Journal of Psychiatry 2008, 193-10 : 316–321
DOI : 10.1192/bjp.bp.107.045120

Vatten LJ, Skjaerven R
Effects on pregnancy outcome of changing partner between first two births : prospective populationstudy
BMJ. 2003 Nov 15;327(7424):1138

Yang Q, Wen SW, Leader A, Chen XK, Lipson J, Walker M
Paternal age and birth defects: how strong is the association ?
Human Reproduction 2007 22(3):696-701

Zhu JL, Vestergaard M, Madsen KM, Olsen J
Paternal age and mortality in children
Eur J Epidemiol 2008 ; 23 : 443-7
DOI : 10.1007/s10654-008-9253-3

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi...

Érythème toxique du nouveau-né - 30% à 70% des nouveau-nés présentent une dermatose bénigne qui s’estompe progressivement [...]

Rôle du microbiote dans la réponse aux vaccinations - L’analyse biologique de l’immunité au vaccin trivalent inactivé de la grippe chez l'homme a [...]

Crise du classement des maladies psychiatriques. - L'accent mis par Darwin sur la sélection naturelle a transformé la façon dont les sciences [...]

Pourquoi la vision humaine des couleurs est-elle si étrange ? - La plupart des mammifères dépendent de l'odorat plutôt que de la vue. Les yeux d'un chien, par [...]

Alzheimer : aspects évolutionnistes de la physiopathologie et de l'échec thérapeutique - Depuis que la maladie d'Alzheimer (MA) est nuisible pour notre espèce, il reste difficile de [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Trois médicaments et après - Dans les facultés de médecine, jusque dans les années 1970, les professeurs de pharmacologie [...]

Choisir entre la mère et l'enfant - Les femmes paient un lourd tribut à l’évolution : la bipédie et le gros volume cérébral [...]

Progrès de l'abstention dans la rhino-pharyngite - Dans les années 1920, des pédiatres et radiologues américains notèrent que les nourrissons [...]

Les religions sont-elles cliniques - En ces périodes troubles où une partie non négligeable de l’humanité se remet à tuer au [...]

Nous vivons dangereusement - Monsieur Rolf Sievert a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps. C’est lui qui a [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Dans une vie quotidienne où la violence permet la survie, le concept de maltraitance ne peut pas être pensé.
― Boris Cyrulnik

Haut de page