lucperino.com

stress et cancer

humeur du 05/07/2021

On dit qu’un évènement est traumatisant, stressant ou stresseur quand il déclenche un ensemble de réactions physiologiques rassemblées sous le terme général de stress. Ces réactions sont généralement assez brèves, mais peuvent avoir des répercussions dont la durée dépend de plusieurs facteurs dont deux sont très importants : la précocité et l’intensité. Nous savons tous que les traumatismes de l’enfance entraînent des troubles psychologiques qui peuvent durer très longtemps. Chez l’adulte, la violence d’un traumatisme peut provoquer un long syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Le stress est également connu pour déclencher des coronaropathies, des ulcères, de l’urticaire, des troubles musculo-tendineux, des lombalgies et nombre de troubles somatomorphes.

Une question se pose régulièrement sur sa possible relation avec les cancers. La plupart des études concluent à l’absence de lien. Ce qui semble logique, puisque le stress agissant principalement sur le système nerveux autonome, on voit mal comment il pourrait agir sur les mutations des divisions cellulaires. Pour le très fréquent cancer du sein, par exemple, on n’a pas réussi à établir de lien.

Néanmoins, ces études constatent deux faits cliniquement intéressants. D’une part, le diagnostic de cancer est lui-même un stresseur à l’origine de plusieurs troubles psychologiques et cognitifs qui vont à leur tour influencer défavorablement l’évolution de la maladie. D’autre part, les personnes plus anxieuses se soumettent plus volontiers au dépistage et reçoivent donc plus souvent ce diagnostic qui vient majorer leur anxiété. Il apparait que le dépistage et le diagnostic précoce augmentent le nombre de diagnostic chez les personnes vulnérables au stress et créent un cercle vicieux de contrôles qui finit par dégrader la vie plus que le cancer lui-même. La mortalité cardiovasculaire est multipliée par 6 et le suicide par 12 dans la semaine qui suit un diagnostic de cancer.  

On a longtemps cru que les schizophrènes avaient moins de cancers, la réalité est que la gravité de leurs symptômes ne leur offre pas l’opportunité de la cancérophobie, et que leur moindre durée de vie leur laisse moins de temps pour les dépistages et les diagnostics.  

Si les personnes anxieuses ou stressées semblent avoir plus de cancer, ce n’est pas par un mécanisme physiopathologique intime, mais par un accès plus compulsif à la médecine et au dépistage. Le conseil le plus sensé à leur donner est de ne pas abuser des dépistages et diagnostics précoces, et d’attendre sagement qu’un cancer se manifeste sans équivoque. Le pronostic sera peut-être meilleur, car les thérapeutiques se sont améliorées et que leur stress sera plus tardif, donc moins délétère sur le déroulement de la maladie. CQFD

On pourrait faire la même recommandation aux personnes moins anxieuses, mais c’est probablement inutile, car elles savent déjà qu’il est préférable d’attendre qu’un cancer soit clinique pour commencer à s’en tourmenter.

Bibliographie

Ahles TA, Root JC, Ryan EL
Cancer- and cancer treatment-associated cognitive change: an update on the state of the science
J Clin Oncol. 2012 Oct 20;30(30):3675-86
DOI : 10.1200/JCO.2012.43.0116

Burgess C
Stress and cancer
Cancer Surv. 1987;6(3):403-16

Chida Y, Hamer M, Wardle J, Steptoe A
Do stress-related psychosocial factors contribute to cancer incidence and survival ?
Nat Clin Pract Oncol. 2008 Aug;5(8):466-75
DOI : 10.1038/ncponc1134

Cordova MJ, Riba MB, Spiegel D
Post-traumatic stress disorder and cancer
Lancet Psychiatry. 2017 Apr;4(4):330-338
DOI : 10.1016/S2215-0366(17)30014-7

Fang F, Fall K, Mittleman MA, Sparén P, Ye W, Adami HO, Valdimarsdóttir U
Suicide and Cardiovascular Death after a Cancer Diagnosis
N Engl J Med 2012; 366:1310-1318April 5, 2012
DOI : 10.1056/NEJMoa1110307

Graham J, Ramirez A, Love S, Richards M, Burgess C
Stressful life experiences and risk of relapse of breast cancer: observational cohort study
BMJ. 2002 Jun 15;324(7351):1420

Kruk J, Aboul-Enein BH, Bernstein J, Gronostaj M
Psychological Stress and Cellular Aging in Cancer: A Meta-Analysis
Oxid Med Cell Longev. 2019 Nov 13;2019:1270397
DOI : 10.1155/2019/1270397

Nielsen NR, Zhang ZF, Kristensen TS, Netterstrøm B, Schnohr P, Grønbaek M
Self reported stress and risk of breast cancer : prospective study
BMJ. 2005 Sep 10;331(7516):548

Payne JK
State of the science: stress, inflammation, and cancer
Oncol Nurs Forum. 2014 Sep;41(5):533-40
DOI : 10.1188/14.ONF.533-540

Preti, A & Wilson, DR
Schizophrenia, cancer and obstetric complications in an evolutionary perspective: An empirically based hypothesis
Psychiatry Investig. 2011 Jun;8(2):77-88
DOI : 10.4306/pi.2011.8.2.77

Rédaction prescrire
Davantage de suicides et de morts cardiovasculaires après découverte d'un cancer
Prescrire; avr 2014; T 34, N° 366; p 305-306

Schernhammer ES, Hankinson SE, Rosner B, Kroenke CH, Willett WC, Colditz GA, Kawachi I
Job stress and breast cancer risk
Am J Epidemiol. 2004 Dec 1;160(11):1079-86

Urban D et coll
Suicide in Lung Cancer. Who Is at Risk?
Chest 2013; 144: 1245–1252

Profil de nos 5000 abonnés

Par catégorie professionnelle
Médecins 27%
Professions de santé 33%
Sciences de la vie et de la terre 8%
Sciences humaines et sociales 12%
Autres sciences et techniques 4%
Administration, services et tertiaires 11%
Economie, commerce, industrie 1%
Médias et communication 3%
Art et artisanat 1%
Par tranches d'âge
Plus de 70 ans 14%
de 50 à 70 ans 53%
de 30 à 50 ans 29%
moins de 30 ans  4%
Par motivation
Patients 5%
Proche ou association de patients 3%
Thèse ou études en cours 4%
Intérêt professionnel 65%
Simple curiosité 23%

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Maladies de riches - La loi du 19 ventôse de l’an XI (1803), relative à l’exercice de la médecine, créa deux [...]

Cordon de sécurité - Les essais cliniques concernant des médicaments sont majoritairement biaisés, alors que ceux [...]

DSM américain contre psychiatrie française - A chaque sortie d’une nouvelle version du DSM [1], de nombreux psychiatres et [...]

Résilience improbable - La cigarette dans sa main gauche, elle téléphonait de sa main droite. La manœuvre était [...]

Dogme de la précocité - L’image de la médecine et de la chirurgie s’est historiquement façonnée dans des [...]

La phrase biomédicale aléatoire

En confondant le possible et l'effectif, le principe de précaution pose des problèmes éthiques particulièrement graves : doit-on, dans une situation économique nécessairement finie, priviligier sans cesse le possible potentiellement catastrophique aux dépens de l'effectif sans doute moins catastrophique - et encore... - mais bien réel ?
― Claude Olivier Doron

Haut de page