lucperino.com

Coliques du nourrisson

dernière mise à jour le 12/03/2014

I / Les mots et les faits

  • Colique : contraction brutale et douloureuse d’un viscère creux (intestin, uretère, vésicule biliaire, etc.).
  • Coliques du nourrisson : parfois appelées coliques du premier semestre. Elles débutent une à deux semaines après la naissance, et durent jusqu’à 4 mois, rarement jusqu’à 6 mois.
  • Pleurs excessifs : les pleurs sont la seule manifestation de ces coliques, mais certains médecins, considérant que les coliques ne sont peut-être pas la seule cause des pleurs, parlent de « pleurs excessifs » du nourrisson.
  • Très fréquent motif de consultation en soins primaires.
  • Le diagnostic de certitude peut se résumer ainsi :
    • Paroxysmes d’irritabilité, d’agitation ou de pleurs, qui commencent et s’arrêtent sans raison évidente.
    • Épisodes d’au moins trois heures par jour, se répétant au minimum trois jours par semaine, et d'une durée de trois semaines au moins.
    • Absence de retard staturo-pondéral, ce qui signifie que le poids, la taille et les autres mensurations progressent normalement.
    • Absence de diarrhées et de vomissements.


II/ Combattre les idées reçues

  • Les coliques ne sont ni plus ni moins fréquentes chez les enfants nourris au lait artificiel. L’allaitement maternel, conseillé pour de multiples autres raisons, n’empêche, hélas, pas les coliques du nourrisson.
  • Les parents ne sont pas responsables de ces coliques, comme on l’entend encore trop souvent dire ou suggérer. Cependant, le stress induit par ces pleurs peut créer un cercle vicieux en altérant les relations avec l’enfant. Le câlin est encore le meilleur remède, mais il n’empêche, pas la récidive… C’est trop injuste !
  • Ces coliques n’empêchent pas l’enfant de digérer, ni de grandir et de grossir normalement. Il n’y a jamais de retard staturo-pondéral. Sinon, c’est un autre diagnostic qu’il faut poser.


III/ Les idées-forces

  • La détresse des parents est aggravée par les informations contradictoires des praticiens, et par l’échec de toutes les tentatives pour améliorer les choses.
  • Les régimes proposés sont plus fantaisistes que réellement efficaces.
  • Les traitements médicamenteux sont tous inutiles, et parfois dangereux.
  • Le risque majeur est la maltraitance (involontaire) en secouant l’enfant. Le syndrome de l'enfant secoué est fréquent et grave. (Le médecin et les parents doivent être attentifs à ce risque qui est, en réalité, le seul véritable risque.)
  • Le plus difficile est d’arriver à faire patienter les parents, en leur donnant la conviction que tout disparaîtra entre 3 et 5 mois.
  • Le changement de lait ne sert à rien, malgré la vigueur des publicités !


IV/ L'espace d'éducation et de progrès

  • Les coliques du nourrisson restent encore un problème mystérieux pour les médecins. Peut-être est-ce une évolution de l’environnement de l’homme après le néolithique ?
  • Certaines pistes actuelles de recherche évoquent une hypersensibilité du système nerveux autonome (sympathique), une flore intestinale moins diversifiée que chez les autres enfants, une forme précoce de migraine du nourrisson. Mais ce ne seraient que des facteurs parmi beaucoup d’autres.
  • On a également constaté que ces enfants avaient un comportement alimentaire plus « brouillon », et une succion moins rythmée. Ils répondent moins aux interactions pendant le repas, et semblent avoir moins de confort après le repas et plus de gaz que les autres.
  • Il y a autant de solutions proposées aux parents que de médecins, d'infirmières, de puéricultrices, ou de sites internet consultés. On peut, ici, résumer les résultats des études les plus sérieuses sur les traitements et régimes proposés, en indiquant le niveau de preuve :
    • Diméticone, silice et siméticone : inefficaces.
    • Lactase : inefficace. (La carence congénitale en lactase est rarissime.)
    • Antispasmodiques : inefficaces et déconseillés.
    • Dicyclomine : inefficace et dangereux.
    • Hydrolysat de caséine : on peut essayer, et arrêter si ça ne marche pas.
    • Lait de soja : éviter, ou vite arrêter si ça ne marche pas. Risque aussi de déclencher une allergie !
    • Solutions sucrées : parfois un peu d’utilité (faible niveau de preuve).
    • Phytothérapie à base d’extrait de fenouil : parfois légèrement utile.
    • Probiotiques (lactobacillus reuteri) : théoriquement intéressants. Semblent légèrement actifs. Preuves encore insuffisantes.
    • Ostéopathie, acupuncture : preuves insuffisantes.
    • Thérapies comportementales (réduction des stimulations, réassurance des parents) : légèrement utiles.
    • Régime sans lait de vache pour la mère allaitante : utile dans les très rares cas d’allergie avérée aux protéines du lait de vache. On peut essayer.
    • Exclusion chez la mère des aliments suivants : soja, blé, œufs, arachides, noix et poisson ; parfois utile pour un petit nombre de nourrissons.



V/ Radio trottoir des erreurs quotidiennes

  • J’ai l’impression qu’il pleure pour me dire qu’il n’est pas content de moi. (Il n’est surtout pas content d’avoir mal au ventre. Vos câlins sont le meilleur remède connu à ce jour ; hélas ces câlins sont également peu efficaces, et les coliques dureront le temps qu’elles doivent durer.)
  • J’ai essayé tous les laits. (C’est inutile, le changement de lait n’y fait rien.)
  • Il a des coliques ; pourtant, je l’allaite. (C’est un excellent choix d’allaiter votre enfant ; hélas, cela ne change rien à la fréquence des coliques.)
  • On me dit que le lait de soja va tout arranger. (La mode du lait de soja est tenace, mais aujourd’hui, le conseil des sociétés savantes est de l’éviter. Ce n’est pas grave d’essayer, mais il ne faut pas insister si ça ne marche pas.)
  • Nous sommes épuisés, nous ne dormons plus ; il va nous rendre fous. (C’est le seul véritable risque ; il faut vous faire accompagner ou aider, car, un jour de surmenage ou d’épuisement, vous risquez de secouer votre bébé. Pensez surtout au jour où tout va cesser, car cela cesse toujours. Cette certitude doit vous aider.)
  • C’est une injustice. Qu’a-t-on fait pour mériter ça ? (Oui, c’est une forme d’injustice, comme beaucoup d’autres. Reconnaissez, cependant, que c’est une injustice bien mineure. Et sachez que vous n’y êtes pour rien.)


Bibliographie

Campbell JP.
Dietary treatment of infant colic: A double-blind study.
J R Coll Gen Pract 1989;39:11-4.

Clifford TJ, Campbell MK, Speechley KN, Gorodzinsky F.
Infant colic: Empirical evidence of the absence of an association with source of early infant nutrition.
Arch Pediatr Adolesc Med 2002;156:1123-8.

Evans RW, Fergusson DM, Allardyce RA, Taylor B.
Maternal diet and infantile colic in breast-fed infants.
Lancet 1981;1:1340-2.

Forsyth BW.
Colic and the effect of changing formulas: A double-blind, multiple-crossover study.
J Pediatr 1989;115:521-6.

Garrison MM, Christakis DA.
A systematic review of treatmens for infant colic.
Pediatrics 2000;106:184-90.

Hill DJ, Hudson IL, Sheffield LJ, Shelton MJ, Menahem S, Hosking CS.
A low allergen diet is a significant intervention in infantile colic: Results of a community-based study.
J Allergy Clin Immunol 1995;96:886-92.

Hill DJ, Roy N, Heine RG et coll.
Effect of a low-allergen maternal diet on colic among breastfed infants: A randomized, controlled trial.
Pediatrics 2005;116:e709-15.

Hyman PE, Milla PJ, Benninga MA, Davidson GP, Fleisher DF, Taminiau J.
Childhood functional gastrointestinal disorders: Neonate/toddler.
Gastroenterology 2006;130:1519-26.

Iacono G, Carroccio A, Montalto G et coll.
Severe infantile colic and food intolerance: A long-term prospective study.
J Pediatr Gastroenterol Nutr 1991;12:332-5.

Jakobsson I, Lindberg T.
Cow’s milk as a cause of infantile colic in breast-fed infants.
Lancet 1978;2:437-9.

Jakobsson I, Lindberg T.
Cow’s milk proteins cause infantile colic in breast-fed infants: A double-blind crossover study.
Pediatrics 1983;71:268-71.

Jakobsson I, Lothe L, Ley D, Borschel MW.
Effectiveness of casein hydrolysate feedings in infants with colic.
Acta Paediatr 2000;89:18-21.

Kearney PJ, Malone AJ, Hayes T, Cole M, Hyland M.
A trial of lactase in the management of infant colic.
J Hum Nutr Diet 1998;11:281-5.

Leung A, Otley A; Société canadienne de pédiatrie, comité de nutrition.
Concerns for the use of soy-based formulas in infant nutrition.
Paediatr Child Health 2009;14:109-13.

Leung AK, Lemay JF.
Infantile colic: A review.
J R Soc Health 2004;124:162-6.

Leung AK.
Infantile colic.
Am Fam Physician 1987;36:153-6.

Lindberg T.
Infantile colic and small intestinal function: A nutritional problem?
Acta Paediatr Suppl 1999;88:58-60.

Lothe L, Lindberg T, Jakobsson I.
Cow’s milk formula as a cause of infantile colic: A double-blind study.
Pediatrics 1982;70:7-10.

Lothe L, Lindberg T.
Cow’s milk whey protein elicits symptoms of infantile colic in colicky formula-fed infants: A double-blind crossover study.
Pediatrics 1989;83:262-6.

Lucassen PL, Assendelft WJ, Gubbels JW, van Eijk JT, Douwes AC.
Infantile colic: Crying time reduction with a whey hydrolysate: A double-blind, randomized, placebo-controlled trial.
Pediatrics 2000;106:1349-54.

Lucassen PL, Assendelft WJ, Gubbels JW, van Eijk JT, van Geldrop WJ, Neven AK.
Effectiveness of treatments for infantile colic: Systematic review.
BMJ 1998;316:1563-9.

Miller JJ, McVeagh P, Fleet GH, Petocz P, Brand JC.
Effect of yeast lactase enzyme on “colic” in infants fed human milk.
J Pediatr 1990;117:261-3.

Sampson HA.
Infantile colic and food allergy: Fact or fiction?
J Pediatr 1989;115:583-4.

Savino F, Palumeri E, Castagno E et coll.
Reduction of crying episodes owing to infantile colic: A randomized controlled study on the efficacy of a new infant formula.
Eur J Clin Nutr 2006;60:1304-10.

Savino F, Pelle E, Palumeri E, Oggero R, Miniero R.
Lactobacillus reuteri (American Type Culture Collection Strain 55730) versus simethicone in the treatment of infantile colic: A prospective randomized study.
Pediatrics 2007;119:e124-30.

Stahlberg MR, Savilahti E.
Infantile colic and feeding.
Arch Dis Child 1986;61:1232-3.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Prolactine, testostérone et viagra - Le saviez-vous ? Tout homme, quel que soit son âge, mis en présence d’un [...]

L’âme des lombalgies - L’éventail des causes et traitements proposés pour les lombalgies est une approche [...]

Médias et médecine - Les grands médias ont toujours salué avec assiduité les progrès médicaux. Les succès [...]

Le smartphone qui marche tout seul - Simon va bien, mais sa mutuelle lui a fait faire un check-up et les analyses ont trouvé une [...]

La surdité change de camp - Après les obus de la guerre et les usines qui ont assourdi nos parents, voici venir le temps de [...]

Autres fiches patients

Sinusites - I/ Les mots et les faits Sinus de la face : cavités situées dans les os de la face et [...]

Anorexie mentale - I / Les mots et les faits   Trouble de conduite alimentaire (TCA) : comportement alimentaire [...]

Diverticulite sigmoïdienne - I / Les mots et les faits Sigmoïde : partie du côlon [...]

Verrues - I / Les mots et les faits Verrue : tumeur cutanée bénigne à papillomavirus qui disparait [...]

Lombalgies, sciatique et cruralgie - I / Les mots et les faits Vertèbres lombaires : elles sont au [...]

Haut de page