lucperino.com

Refuser la mort peut être mortel

humeur du 08/07/2015

Le confort de vie et les progrès sociaux ont allongé considérablement la durée de vie des Occidentaux. La chirurgie, l’obstétrique, les vaccins et quelques autres progrès médicaux ont supprimé la majorité des « morts prématurées », définies par leur survenue avant 65 ans.

Il est logique que la médecine tente aussi de répondre à la demande d’immortalité qui date de l’apparition de la conscience, car il est préférable d’y répondre ici-bas plutôt que dans l’au-delà.

De nouveaux progrès curatifs permettent encore à ceux qui n’ont pas une excellente longévité intrinsèque de grignoter quelques années de vie après 65 ans. Mais ces résultats ne sont rien au regard des mesures préventives connues sous le nom de règles hygiéno-diététiques. Celles-ci se résument à trois : la marche régulière, la restriction calorique et la suppression du tabac. Leurs résultats sont largement supérieurs à toutes les interventions pharmacologiques ou instrumentales dans la plupart des pathologies neurodégénératives, tumorales, cardio-vasculaires, infectieuses et locomotrices. Seules les maladies auto-immunes et psychiatriques échappent en partie à cette triade salutaire.

Mais résumer leurs prescriptions à la marche et à la diète paraît trivial aux marchands de la santé qui multiplient les propositions pour éviter cette ascèse, car l’immortalité est un luxe qu’il leur semble préférable de payer en espèces plutôt qu’en nature.

Depuis les sérums de jouvence des apothicaires, la science a fait du chemin et l’emballage théorique a permis d’en proposer certains qui ont eu les honneurs des Facultés de Pharmacie et de Médecine. Les vitamines C et D qui ont guéri le scorbut et le rachitisme ont lancé la mode des vitamines, tout particulièrement celle du bêta-carotène ou vitamine A. Les antioxydants étaient supposés limiter la sénescence cellulaire. Les omégas 3 ont fait la une de tous les médias académiques et populaires pendant un demi-siècle. Le calcium a été proposé pour éviter l’ostéoporose. Le traitement de la ménopause devait conférer la jeunesse éternelle aux femmes. Du côté des hommes, la testostérone devait maintenir la vigueur érectile. La DHEA devait prémunir les deux sexes de toutes les affres. Le traitement « à vie » de l’hypertension avait une sémantique d’éternité.

Toutes ces propositions avaient deux mérites, celui d’être basées sur des théories acceptables et celui d’entrer en résonnance avec nos modules psycho-cognitifs, exactement les mêmes que ceux qui nous prédisposent à croire à l’intercession des dieux pour la vie éternelle.

Si toutes ces préventions contre la mort n’étaient qu’inefficaces, il serait malintentionné de vouloir saper un tel commerce. Hélas, beaucoup se révèlent dangereuses, et le clinicien sérieux doit en avertir ses patients trop irréalistes.

Le calcium augmente le risque cardiovasculaire et celui de lithiase rénale, alors que le risque ostéoporotique disparaît après un an et demi de marche régulière. Les antioxydants augmentent la mortalité de 6%, cette augmentation est de 10% en association avec la vitamine E et de 30% avec le bêta-carotène. Le traitement hormonal de la ménopause augmente le risque de cancer du sein et de l’ovaire et nous ne cessons d’en découvrir les nuisances. Heureusement, la testostérone et la DHEA n’ont fait qu’un flop sans gravité.

Le traitement continu de l’hypertension après 80 ans augmente le risque de démence et de chutes sans montrer de bénéfice. D’une manière générale, tous les traitements pharmacologiques préventifs ont un rapport bénéfices/risques négatif après 80 ans.

Certes la sénescence et la mort n’ont rien d’attirant, mais les refuser peut être parfois dangereux.

Bibliographie

Bjelakovic G, Nikolova D, Simonetti R G, Gluud C
Antioxidant supplements for prevention of gastrointestinal cancers: a systematic review and meta-analysis
The Lancet, Volume 364, Issue 9441, Pages 1219 - 1228, 2 October 2004
DOI : 10.1016/S0140-6736(04)17138-9

Chengxuan Qiu et coll
Decline in blood pressure over time and risk of dementia. A longitudinal study from trie Kunghsolmen project
Stroke 2004 ; 35 :1810-1818

Curhan GC, Willett WC, Rimm EB, Stampfer MJ
A prospective study of dietary calcium and other nutrients and the risk of symptomatic kidney stones
N Engl J Med. 1993 Mar 25;328(12):833-8

Emmelot-Vonk MH et coll
Effect of testosterone supplementation on functional mobility, cognition, and other parameters in older men. A randomized controlled trial
JAMA 2008 ; 299 : 39-52

Laurin D et coll
Midlife dietary intake of antioxydants and risk of late-life incident dementia. The Honolulu-Asia Aging Study
Am J Epidemiol 2004; 159: 959-967

LI K et coll
Associations of dietary intake and calcium supplementation with MI and stroke risk and overall CV mortality in the Heidelberg cohort of the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition Study
Heart, 2012; 98: 920-925

Li K, Kaaks R, Linseisen J, Rohrmann S
Associations of dietary calcium intake and calcium supplementation with myocardial infarction and stroke risk and overall cardiovascular mortality in the Heidelberg cohort (EPIC)
Heart. 2012 Jun;98(12):920-5
DOI : 10.1136/heartjnl-2011-301345.

Nair K et coll
DHEA in elderly women and DHEA or testosterone in elderly men
N Engl J Med 2006; 355: 1647-59

Sabayan B et coll
High blood pressure and resilience to physical and cognitive decline in the oldest old: the Leiden 85-plus study
J Am Geriatr Soc., 2012; 60: 2014-2019

Tinetti ME, Han L, Lee DS, McAvay GJ, Peduzzi P, Gross CP, Zhou B, Lin H
Antihypertensive Medications and Serious Fall Injuries in a Nationally Representative Sample of Older Adults
JAMA Intern Med. 2014 Feb 24
DOI : 10.1001/jamainternmed.2013.14764.

Ungar A et coll
Low diastolic ambulatory blood pressure is associated with greater all-cause mortality in older patients with hypertension : A drug-utilization study in Dicomano, Italy
Journal of the American Geriatrics Society 2009 ; 57 : 291-6

Van Hateren JJ et coll
Lower blood pressure associated with higher mortality in elderly diabetic patients (ZODIAC-12)
Age ageing 2010; 39: 603-609

Zhang M et coll
Comorbidity and repeat admission to hospital for adverse drug reactions in older adults: retrospective cohort study
BMJ 2009;338:a2752
DOI : 10.1136/bmj.a2752

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Grippe, douceur et cruauté des chiffres - Les chiffres sont à la fois doux et cruels. La grippe, dont la tyrannie médiatique, nous [...]

Curieuse extension de l'effet placebo - D’après les données de la science indépendante, les traitements médicamenteux [...]

Rappel de 30 000 PIP - En parlant du problème des prothèses mammaires PIP, plusieurs journalistes ont annoncé [...]

Hépatoscopie pronostique - Dans la médecine mésopotamienne, l’hépatoscopie n’avait rien d’un examen [...]

Robots gériatres - Avec les transitions et les carences familiales, les personnes âgées n’ont désormais [...]

Haut de page