lucperino.com

Vaccinations sanitaires et marchandes

humeur du 07/03/2016

Pendant très longtemps, le commerce des vaccins n’a pas répondu aux règles du marché. C’étaient les institutions scientifiques, tel que l’institut Pasteur, et les ministères qui décidaient de l’utilité d’un vaccin, de sa fabrication, de sa promotion et de sa diffusion. Les marchands s’intéressaient peu à ces produits d’intérêt public, dont l’environnement administratif et le caractère parfois obligatoire rendaient la marge nulle ou dérisoire. Ce n’est pas un hasard si l’Europe, berceau de la santé publique, fabrique encore aujourd’hui 90% des 4 milliards de doses de vaccins vendus chaque année dans le monde, alors que les USA, berceau de la santé marchande, entrent tardivement sur ce marché.

Cette entrée est cependant remarquable, puisque le vaccin anti-pneumo, dont l’intérêt public est certain, mais modeste, appartenant au seul laboratoire américain du secteur, est devenu en quelques années le leader en termes de chiffre d’affaires. Introduisant ainsi dans le marché vaccinal, la loi générale du marché sanitaire qu’est le rapport inverse entre prix de vente et intérêt public. 

Ce marché vaccinal, qui ne représente que 3% du marché pharmaceutique mondial, est attractif par sa belle progression, puisqu’il est passé de 10 milliards d’euros en 2007 à 20 milliards en 2012, et à 40 en 2015.

Sur le milliard d’euros des vaccins remboursables vendus en France, 65%  sont obligatoires, et 35% sont représentés par les deux vaccins (anti-pneumo et anti HPV) dont le ministère public n’a été qu’un promoteur secondaire ou sous influence. Ainsi le pays de Pasteur risque de perdre son leadership, tant moral qu’économique – espérons que les deux soient encore liés en médecine –, s’il laisse aussi ouvertement le facteur marchand déborder le facteur sanitaire dans ce domaine très particulier de la vaccination.

Les vaccins sont, à ce jour, les seuls vrais médicaments de prévention primaire, ils sont le plus beau succès de toute l’histoire de la médecine. Leurs résultats épidémiologiques sont limpides, puisque pour certains d’entre eux, la maladie concernée a fini par disparaître.

L’obligation vaccinale initiale historique, basée sur l’intérêt public, se révèle aujourd’hui être une erreur pour ce même intérêt public ; on peut cependant la supprimer sans risque en éduquant les citoyens à la responsabilité sanitaire individuelle et civile. Les chiffres confirment qu’un vaccin non obligatoire peut atteindre 90% de couverture vaccinale, et que le caractère obligatoire n’arrive jamais à faire dépasser ce pourcentage.

Mais, dans le domaine vaccinal, laisser s’aggraver la confusion entre santé publique et santé marchande serait une erreur beaucoup plus grave qui détournerait encore plus de citoyens des vaccins indispensables que n’en détournent aujourd’hui les sectes anti-vaccinales.

Bibliographie

B.E.H
Couverture vaccinale, enfants, France
BEH n°51-52, 2008

Cohen R et coll
Couverture vaccinale : les ados en danger… le point à l’occasion de la semaine de la vaccination
Médecine et Maladies Infectieuses 2012 ; 42 : 139-40

Editorial
Tackling negative perception towards vaccination
The Lancet Infectious Diseases, Volume 7, Issue 4, Page 235, April 2007
DOI : 10.1016/S1473-3099(07)70057-9

Haug CJ
Human papillomavirus vaccination – Reasons for caution
NEJM, éditorial, 21.8.2008

Le Pen c
Vaccins : les enjeux économiques
http://www.chairesante.dauphine.fr/fileadmin/mediatheque/chaires/chaire_sante/pdf/diapolepen.pdf

LEEM
Quel est le poids de l'industrie du vaccin
http://www.leem.org/sites/default/files/100questions_Leem_Fiche-77.pdf

Moulin Anne Marie
L'aventure de la vaccination
Fayard, 1996

Santi P
Piquer l'intérêt des Français pour les vaccins
Le Monde du 27.04.11

Tomljenovic L, Shaw CA
Human papillomavirus (HPV) vaccine policy and evidence-based medicine: are they at odds?
Ann Med. 2013 Mar; 45(2):182-93
DOI : 10.3109/07853890.2011.645353.

Écoutez les chroniques médicales

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Tournevis magique - Un jour, me promenant dans un salon de bricolage, je vis un bonimenteur présenter un tournevis [...]

Derrière mon stéthoscope - En inventant le stéthoscope, Laennec majora brutalement l’expertise des médecins. Les [...]

Nous vivons dangereusement - Monsieur Rolf Sievert a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps. C’est lui qui a [...]

Pour les élections, prenez le nouveau médicament - En ces périodes de verbiages politiques, chacun assène sa vérité chiffrée, reprochant à [...]

On n'y avait pas pensé - Les études indépendantes montrant la grande toxicité du glyphosate (alias Roundup) sont de [...]

La phrase biomédicale aléatoire

L'art médical comprend trois termes : la maladie, le médecin et le malade. Le médecin est le serviteur de l'art ; le malade doit s'opposer à la maladie avec le médecin.
― Hippocrate

Haut de page