lucperino.com

Seuil du deuil

humeur du 02/05/2016

Pleurer la mort d’un proche est-il pathologique ?

Nul ne s’était jamais posé une aussi stupide question. Puis, lorsque la psychiatrie a fait son entrée à l’université, les médecins ont été incités à considérer qu’un deuil pouvait être un trouble dépressif s’il durait plus de deux ans.

La psychiatrie est une science clinique bien difficile à formaliser, les maladies sont presqu’aussi nombreuses que les individus et les multiples écoles ont eu des avis différents sur les noms à leur donner. Petit à petit, les marchands de psychotropes ont comblé ce vide en formatant des experts chargés de rédiger des manuels de psychiatrie plus consensuels et plus faciles à lire que les vieux charabias de la psychanalyse.

Même si le but véritable était de transformer la psychiatrie en une science pharmacologique, on ne peut pas reprocher à ces industriels d’avoir essayé de mettre de l’ordre là où les médecins et leurs universités avaient échoué à en mettre.

Les vieux routards de la psychiatrie ont d’abord violemment protesté contre la « chimiatrie » dominante, puis ils ont fini par admettre certains de ses succès.

L’histoire aurait pu se stabiliser dans un subtil équilibre entre les « anciens » et les « modernes », entre le tout analytique et le tout synaptique, entre le tout comportemental et le tout chimique. Mais le marché ne sait pas se fixer de limites, surtout dans le domaine de la santé, et tout particulièrement dans celui de la psychiatrie où il est devenu le principal organisateur du savoir.

L’acception du deuil en constitue la plus caricaturale démonstration. Dans la version III du manuel de référence en psychiatrie (DSM III), la durée au-delà de laquelle il fallait considérer le deuil comme un trouble dépressif avait été rabaissée à un an. Dans la version IV, cette durée était de deux mois. Et enfin dans la version V, il est écrit que le deuil est un trouble dépressif s’il dure plus de deux semaines.

La souffrance d’un deuil est parfois si intense que les proches, souvent dépourvus, conseillent d’aller consulter un médecin, surtout depuis l’intense promotion de l’action médicale dans la dépression.

Si ce médecin est assez réaliste et rebelle pour éviter la prescription d’un antidépresseur, sachant que ce médicament provoquera une dépendance souvent irréversible, il pourra simplement suggérer aux proches du défunt de pleurer le temps qu’il faudra. Et, s’il a quelque peu d’empathie, il pourra pleurer avec eux, comme le font les amis, puisque le médecin est désormais chargé de gérer l’ingérable.

Bibliographie

Friedman RA
Grief, Depression, and the DSM-5
N Engl J Med 2012; 366:1855-1857, May 17, 2012
DOI : 10.1056/NEJMp1201794

Shear MK
Grief and depression: treatment decisions for bereaved children and adults
Am J Psychiatry. 2009 Jul;166(7):746-8
DOI : 10.1176/appi.ajp.2009.09050698

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Deux textes sur la médecine clinique

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Un cœur artificiel pour un choix rationnel - Le premier patient au monde ayant reçu un cœur artificiel autonome, de technologie [...]

Cancers : le slogan est grossier - Toutes les campagnes incitant au dépistage des cancers répètent invariablement la même [...]

Comment avoir du retard ? - Docteur, j’ai du retard, m’avait dit cette jeune patiente sénégalaise avec un air [...]

Sociologie du dépistage - D’après les méta-analyses les plus récentes, le dépistage du cancer du sein [...]

Rescapés des cancers du web - Comme la plupart des dépistages généralisés en cancérologie, celui du mélanome (cancer de [...]

La phrase biomédicale aléatoire

C'est bien l'une des grandes difficultés de l'exercice médical, être soignant sans être censeur, soigner le bronchitique sans critiquer le fumeur, l’obèse sans blâmer le gourmand, le gonorrhéique sans damner le coquin.
― Luc Perino

Haut de page