lucperino.com

Et si l'asthme n'existait plus !

humeur du 27/06/2016

L’art médical ne cessera jamais de m’étonner. Lorsque j’ai l’obsession de la science, elle me semble parfois être une fiction et lorsque je penche vers l’humour, il révèle souvent sa pertinence clinique.
L’asthme peut-il entrer dans cette turbulence ? Cette maladie dont le diagnostic est stabilisé depuis longtemps, et dont la médecine a inscrit les crises dans la liste de ses urgences. Pourtant, les crises d’asthme sévères sont de plus en plus rares ; les médecins ont mis du temps à s’en apercevoir, car ils ont été formés aux sournoiseries du pire plus qu’à sa disparition.

Chez les patients connus, les crises sévères ont disparu grâce à l’efficacité des traitements en aérosol. Quant aux premières crises, elles ont diminué essentiellement par la baisse du tabagisme passif, surtout chez les enfants, et accessoirement par un meilleur contrôle des allergènes. Mais depuis quelques années, les publications font apparaître deux autres raisons.
La première est la composante neuropsychologique de l’asthme. Cette hyperréactivité bronchique est sous la dépendance de facteurs génétiques et environnementaux, comme toutes les maladies, mais aussi sous la dépendance du stress et des émotions comme le révèlent ses liens avec la violence urbaine, les attaques de panique, mais surtout avec le caractère anxiogène des crises elles-mêmes. L’efficacité du traitement des crises en a fait disparaître ce caractère anxiogène, tant chez les enfants que chez leurs parents, conduisant à en diminuer logiquement l’incidence.
La deuxième est le constat d’un surdiagnostic que les experts estiment à un tiers des cas. Les crises réelles d’asthme n’arrivent plus, car le diagnostic de la première crise était erroné.

Certes, la surmédicalisation d’un symptôme subjectif n’est pas une nouveauté, mais dans le cas de l’asthme, elle est néfaste, car au long cours, les beta-mimétiques sont inefficaces et les corticoïdes dangereux (hypertrichose, ralentissement de la croissance, insuffisance surrénale, risque de tuberculose, etc.)

C’est pourquoi les recommandations cliniques sont en train d’évoluer. Il faut avoir une certitude objective avant de commencer un traitement au long cours et savoir cesser ce traitement pour vérifier ce qui se passe. Certains proposent même de ne traiter que les crises au coup par coup. Viendra peut-être un jour où l’inhalateur ne sera utile que dans la poche, comme l’extincteur sur le mur ou la bouée sur le bastingage.  

Enfin, bien que la pollution urbaine reste pourvoyeuse d’asthme, elle l'est bien moins que le tabac.
La voiture électrique et l’éradication du tabac feront-elles disparaître cette maladie de mieux en mieux comprise et de moins en moins anxiogène ?

Les maladies évoluent dans le temps et les populations. On peut rêver du jour où ne subsisteront plus que quelques vieux résistants se promenant encore avec un inhalateur de placebo dans la poche…

Bibliographie

Bush A, Fleming L
Is asthma overdiagnosed ?
Arch Dis Child 2016
DOI : 10.1136/archdischild-2015-309053

Clougherty JE, Levy JI, Kubzansky LD, Barry Ryan P, Suglia SF, Jacobson Canner M, Wright RJ
Synergistic Effects of Traffic-Related Air Pollution and Exposure to Violence on Urban Asthma Etiology
Environ Health Perspect. 2007 Aug; 115(8): 1140–1146
DOI : 10.1289/ehp.9863

De Vries TW, de Langen-Wouterse JJ, de Jong-Van den Berg LT, Duiverman EJ
Hypertrichosis as a side effect of inhaled steroids in children
Pediatr Pulmonol. 2007 Apr;42(4):370-3

Dong YH, Chang CH, Lin Wu FL, Shen LJ, Calverley PM, Löfdahl CG, Lai MS, Mahler DA
Use of inhaled corticosteroids in patients with COPD and the risk of TB and influenza: A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials
Chest. 2014 Jun;145(6):1286-97

Dunlop KA, Carson DJ, Steen HJ, McGovern V, McNaboe J, Shields MD
Monitoring growth in asthmatic children treated with high dose inhaled glucocorticoids does not predict adrenal suppression
Arch Dis Child. 2004 Aug;89(8):713-6

Hasler G, Gergen PJ, Kleinbaum DG, Ajdacic V, Gamma A, Eich D, Rössler W, Angst J
Asthma and panic in young adults: a 20-year prospective community study
Am J Respir Crit Care Med. 2005 Jun 1;171(11):1224-30

Holgate ST
Has the time come to rethink the pathogenesis of asthma ?
Curr Opin Allergy Clin Immunol. 2010 Feb;10(1):48-53
DOI : 10.1097/ACI.0b013e3283347be5

Loerbroks A, Apfelbacher CJ, Thayer JF, Debling D, Stürmer T
Neuroticism, extraversion, stressful life events and asthma: a cohort study of middle-aged adults
Allergy. 2009 Oct;64(10):1444-50
DOI : 10.1111/j.1398-9995.2009.02019.x

Loerbroks A, Gadinger MC, Bosch JA, Stürmer T, Amelang M
Work-related stress, inability to relax after work and risk of adult asthma: a population-based cohort study
Allergy. 2010 Oct;65(10):1298-305
DOI : 10.1111/j.1398-9995.2010.02375.x

Looijmans-van den Akker I, Van Luijn K, Verheij T
Overdiagnosis of asthma in children in primary care: a retrospective analysis
Br J Gen Pract. 2016 Mar;66(644):e152-7
DOI : 10.3399/bjgp16X683965

Luks VP, Vandemheen KL, Aaron SD
Confirmation of asthma in an era of overdiagnosis
Eur Respir J. 2010 Aug;36(2):255-60
DOI : 10.1183/09031936.00165109

Sunderland RS, Fleming DM
Continuing decline in acute asthma episodes in the community
Arch Dis Child., 2004 Mar; 89 : 282-85

Tamesis GP, Covar RA
Long-term effects of asthma medications in children
Curr Opin Allergy Clin Immunol. 2008 Apr;8(2):163-7
DOI : 10.1097/ACI.0b013e3282f50e9d

Wechsler ME, Kelley JM, Boyd IO, Dutile S, Marigowda G, Kirsch I, Israel E, Kaptchuk TJ
Active albuterol or placebo, sham acupuncture, or no intervention in asthma
N Engl J Med. 2011 Jul 14;365(2):119-26
DOI : 10.1056/NEJMoa1103319

Weinberger M, Abu-Hasan M
Pseudo-asthma: when cough, wheezing, and dyspnea are not asthma
Pediatrics. 2007 Oct;120(4):855-64

 

Écoutez les chroniques médicales

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Auto-immunité - Les anti TNF font partie des avancées thérapeutiques notables de ces dernières années. [...]

Microbiotes méconnus : la flore intestinale - Les lois de l’évolution ne sont toujours pas enseignées en Faculté de Médecine, et la [...]

Laurent chez le calculateur pharaonique - Laurent est un cadre quinquagénaire, gourmand de technologie et avide de progrès. Pour son [...]

Restriction cognitive de l'hyperspécialisation médicale - Le progrès des technosciences améliore toutes les pratiques, et inversement, l’expérience [...]

Grippe en silence - Comme chaque hiver, la grippe sévit dans les pays tempérés, et cela ne changera probablement [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Le savant complet est celui qui embrasse à la fois la théorie et la pratique expérimentale. 1° Il constate un fait ; 2° à propos de ce fait, une idée naît dans son esprit ; 3° en vue de cette idée, il raisonne, institue une expérience, en imagine et en réalise les conditions matérielles ; 4° de cette expérience résultent de nouveaux phénomènes qu'il faut observer, et ainsi de suite. L'esprit du savant se trouve en quelque sorte toujours placé entre deux observations : l'une qui sert de point de départ au raisonnement, et l'autre qui lui sert de conclusion.
― Claude Bernard

La phrase biomédicale aléatoire

Crois-moi, même sur un lit de souffrance, la force de l'âme trouve à s'exercer. L'homme fort se reconnaît jusque sous les couvertures d'un grabat. Tu as de quoi t'occuper : lutte travement avec ton mal. S'il n'obtient rien de toi par force ou par douceur, tu donnes un grand exemple. Oh ! Quelle belle occasion de gloire si nous étions en spectacle au monde dans nos maladies. Sois à toi-même ton spectateur, ton approbateur.
― Sénèque

Haut de page