lucperino.com

Impact de l'introgression de gènes néandertaliens sur l'expression de notre génome

dernière mise à jour le 11/11/2017

La variabilité dans la régulation de l'expression des gènes est un facteur clé de la diversité phénotypique, à l'intérieur d’une espèce, et entre les espèces. Malheureusement, l'ARN se dégrade trop rapidement pour être récupéré dans les restes fossiles, ce qui limite la connaissance de cet aspect fonctionnel des génomes de nos parents hominiens disparus. De nombreuses séquences néandertaliennes survivent chez les humains modernes en raison d'une hybridation ancienne, ce qui donne l'occasion d'évaluer leur contribution à la variation transcriptionnelle et de tester des hypothèses sur l'évolution de cette régulation. Nous avons développé une approche statistique bayésienne flexible pour quantifier l'expression allèle-spécifique dans plusieurs ensembles de séquences complexes de RNA.

Nous avons identifié des différences d'expression très fréquentes entre les allèles néandertaliens et les allèles humains modernes, indiquant des impacts omniprésents de cis-régulation de ces introgressions.

Les régions cérébrales et testiculaires ont montré une régulation négative significative des allèles de Neandertal par rapport aux autres tissus, ce qui est cohérent avec la sélection naturelle influençant la régulation spécifique à ces tissus.

Notre étude démontre que les séquences héritées de Néandertal ne sont pas des vestiges silencieux d'anciens métissages, mais qu’elles ont des impacts mesurables sur l'expression des gènes qui contribuent à la variation des phénotypes humains modernes.

 

Abstract de l’article suivant

McCoy RC, Wakefield J, Akey JM. Impacts of Neanderthal-Introgressed Sequences on the Landscape of Human Gene Expression. Cell. 2017 Feb 23;168(5):916-927.e12. DOI: 10.1016/j.cell.2017.01.038

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Vous aimerez aussi...

Ocytocine synthétique en obstétrique - Au-delà du travail, le rôle de l’ocytocine naturelle et synthétique dans la transition vers le [...]

Cancers : le paradoxe de Peto. - Dans les années 1970, Richard Peto s’étonna de constater que les gros animaux à [...]

Dimorphisme sexuel chez Homo Sapiens. - Le dimorphisme sexuel chez homo sapiens est-il dû à la hiérarchie des genres ? En comparant les [...]

Médecine, évolution et sélection naturelle : panorama historique. - Cet article met en relief les différences historiques entre la médecine darwinienne du XIX° [...]

Nos mâchoires sont trop petites - Nous possédons dans nos bouches l'héritage de notre évolution. Nous ne réalisons pas vraiment [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Vive mon ADN poubelle - Tout individu vivant s’inscrit dans une double hiérarchie. Une première hiérarchie, [...]

Mediator : pas de corruption hélas ! - L’affaire du Mediator arrive à la suite d’une série déjà longue qui avait [...]

Code noir et espérance de vie - Élaboré en 1665 par Colbert, le code noir de Louis XIV établissait le cadre législatif [...]

Requins, platanes ou bolides - Les requins sont les plus redoutés des carnivores marins, et ils sont en très [...]

Tournevis magique - Un jour, me promenant dans un salon de bricolage, je vis un bonimenteur présenter un tournevis [...]

Haut de page