lucperino.com

À la recherche des contrées spermatiques

humeur du 22/05/2018

Parfois les chiffres s’expriment d’eux-mêmes sans qu’il soit nécessaire de les faire parler. En 1940, la quantité de spermatozoïdes par ml de sperme était de 113 millions. Cinquante ans plus tard, en 1990, elle était de 66 millions. Pendant la même période, le volume de l’éjaculat est passé de 3.40 ml à 2.75 ml.

Alors qu’un degré de réchauffement climatique fait l’objet d’un catastrophisme rabâché sur tous les médias, cet effondrement de la spermatogénèse se déroule dans le plus grand silence. Ce déficit de vulgarisation de la biologie et de la médecine, comparées à toutes les autres sciences dures ou molles, est un problème chronique qui provient essentiellement de la manipulation des normes.

Ainsi, devant  cette catastrophe spermatique, l’OMS a tout simplement modifié les normes de l’hypospermie (limite à partir de laquelle on considère le sperme comme insuffisant). Surprenante manipulation. Pour l’éjaculat, cette norme était 3ml en 1940, 2ml en 1999 et 1,5 ml en 2010. Pour le taux de spermatozoïdes par ml, on a vite oublié les  66 millions de 1990, pour  tomber rapidement à 20 millions en 1999 et à 15 en 2010 ! On a même décrété que la fertilité pouvait subsister jusqu’à 5 millions, sans considérer qu’un spermatozoïde victorieux qui pénètre un ovule du XXI° siècle a combattu vingt fois moins d’adversaires qu’en 1940.

Nous savons depuis longtemps que les multiples perturbateurs endocriniens de l’agro-alimentaire et de la pétrochimie sont à l’origine de cette dégénérescence spermatique, et nous savons depuis peu que les marques épigénétiques de ce processus sont héritables. On peut expliquer le silence autour de ces faits de deux façons, l’une réfléchie, l’autre primesautière. La première résulte d’un lobbysme bien compris pour ménager le système productif qui structure toute notre société. La seconde est un mélange confus de sentiments inavouables et contradictoires : avec 7 milliards d’habitants, faisons fi des problèmes de fécondité, espérons que l’hypofertilité épargnera notre pays ou notre communauté socio-culturelle, on inventera de nouvelles procréations médicalement assistées, etc. Lorsque l’autruche met sa tête dans le sable, c’est peut-être parce qu’elle a honte.

Les spermatozoïdes deviennent encore plus rares et plus fragiles que les abeilles et le dogme de la croissance du PIB est intouchable. Après avoir sauvé plusieurs industries en abaissant les normes de la spermatogenèse, la docile OMS a également favorisé l’industrie pharmaceutique en abaissant les normes de la glycémie et de la tension artérielle.

Devant l’impossible vulgarisation des sciences biomédicales, il ne nous reste plus qu’à espérer qu’il subsistera des contrées spermatiques où nos filles pourront aller se faire féconder...

Bibliographie

Abbara A
Spermogramme : normes de l'OMS
http://www.aly-abbara.com/echographie/biometrie/scores/spermogramme_normes_oms.html

Anway MD, Cupp AS, Uzumcu M, Skinner MK
Epigenetic transgenerational actions of endocrine disruptors and male fertility
Science. 2005 Jun 3;308(5727):1466-9

Buck Louis GM, Sundaram R, Sweeney AM, Schisterman EF, Maisog J, Kannan K
Urinary bisphenol A, phthalates, and couple fecundity: the Longitudinal Investigation of Fertility and the Environment (LIFE) Study
Fertil Steril. 2014 May;101(5):1359-66
DOI : 10.1016/j.fertnstert.2014.01.022.

Carlsen E, Giwercman A, Keiding N, Skakkebaek NE
Evidence for decreasing quality of semen during past 50 years
BMJ. 1992 Sep 12;305(6854):609-13

Carlsen E, Swan SH, Petersen JH, Skakkebaek NE
Longitudinal changes in semen parameters in young Danish men from the Copenhagen area
Hum Reprod. 2005 Apr;20(4):942-9

Chang HY, Shih TS, Guo YL, Tsai CY, Hsu PC
Sperm function in workers exposed to N,N-dimethylformamide in the synthetic leather industry
Fertil Steril. 2004 Jun;81(6):1589-94

Chiu YH, Afeiche MC, Gaskins AJ, Williams PL, Petrozza JC, Tanrikut C, Hauser R, Chavarro JE
Fruit and vegetable intake and their pesticide residues in relation to semen quality among men from a fertility clinic
Hum Reprod. 2015 Jun;30(6):1342-51
DOI : 10.1093/humrep/dev064

Martenies SE, Perry MJ
Environmental and occupational pesticide exposure and human sperm parameters: a systematic review
Toxicology. 2013 May 10;307:66-73
DOI : 10.1016/j.tox.2013.02.005.

Rolland M, Le Moal J, Wagner V, Royère D, De Mouzon J
Decline in semen concentration and morphology in a sample of 26,609 men close to general population between 1989 and 2005 in France
Hum Reprod. 2013 Feb;28(2):462-70
DOI : 10.1093/humrep/des415

Stouder C, Paoloni-Giacobino A
Specific transgenerational imprinting effects of the endocrine disruptor methoxychlor on male gametes
Reproduction. 2011 Feb;141(2):207-16
DOI : 10.1530/REP-10-0400

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Médias et médecine - Les grands médias ont toujours salué avec assiduité les progrès médicaux. Les succès [...]

Le smartphone qui marche tout seul - Simon va bien, mais sa mutuelle lui a fait faire un check-up et les analyses ont trouvé une [...]

Nous vivons dangereusement - Monsieur Rolf Sievert a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps. C’est lui qui a [...]

Réductionnisme réducteur - Dans son discours de la méthode, Descartes a argumenté sur la nécessité de décomposer les [...]

Le risque majeur de la polémique vaccinale - La surmédiatisation de la nouvelle souche de virus grippal a eu des avantages. Elle a [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Une image est plus concrète que des pleurs, des fatigues ou des amaigrissements. Ces symptômes sans rigueur sont relégués aux métiers du soin. À l’heure de la précision numérique et du génie génétique, la science clinique est vécue comme une déchéance par le médecin expert, le symptôme corporel est considéré comme une broutille par le patient et leurs deux mépris se contaminent mutuellement.
― Luc Perino

Haut de page