lucperino.com

L’apogée médicale serait déjà loin

humeur du 06/06/2018

Le succès médical de l’insuline en 1921 s’est accompagné d’un succès commercial moyen, car malgré l’obligation d’un traitement à vie, la cible des patients était étroite. Dans les années 1940, l’extraordinaire efficacité des antibiotiques s’est doublée d’un succès commercial sans précédent, mais les traitements étaient courts, car immédiatement efficaces.

Trop peu de patients d’un côté, et des patients trop vite guéris de l’autre, les industriels ont vite compris qu’aucun de ces deux miracles médicaux n’était véritablement miraculeux pour le commerce. Il fallait des cibles larges et des traitements à vie. Cette évidence mercatique allait définitivement réorganiser l’activité de l’industrie pharmaceutique. Avec une ténacité aboutissant progressivement à canaliser la recherche médicale, à détourner l’éducation sanitaire de la population vers une prévention pharmacologique et, in fine, à circonscrire la recherche clinique et l’enseignement universitaire.

Aujourd’hui, la très grande majorité des prescriptions médicamenteuses s’adresse à des maladies virtuelles (facteurs de risque) ou potentielles (gènes ou cancers dépistés) qui n’ont jamais été cliniquement vécues par les individus et ne le seront probablement jamais. Cette médicamentation de la société a créé de nouvelles maladies iatrogènes (celles-ci réellement vécues), et des addictions plus nombreuses et plus graves que les classiques addictions aux drogues illicites.  

Depuis l’halitose (mauvaise haleine passagère) transformée en maladie chronique en 1920 pour vendre un désinfectant ménager transformé en médicament contre l’exclusion sociale, la liste des maladies et concepts pathologiques nouveaux créés par cette recherche marchande ne cesse de s’accroître. Ménopause, dysfonction érectile, dysphorie prémenstruelle, insomnies crées par les benzodiazépines, timidité, décrets d’anomalies métaboliques, tristesse ou fatigues passagères, allergies alimentaires factices, hyperactivité, colère, hypertensions labiles ou approximatives, dépressions ou migraines chronicisées par leur traitement, dépendance irréversible aux opioïdes, pour ne citer que les plus connues.   

Mais il serait injuste de n’accuser que big pharma et d’élaborer une théorie du complot. La réalité est plus simple, la naïveté anthropologique qui a façonné les religions se déplace et se prolonge en d’autres croyances : une gélule peut retarder la sénescence ou compenser les extravagances nutritives, un comprimé peut supprimer l’angoisse existentielle ou régler les conflits conjugaux.

Il ne nous reste plus qu’à espérer qu’il subsistera encore au moins 1% de la recherche pour les vrais, jeunes, rares et graves malades et pour les millions de morts par infections tropicales. Sinon, l’apogée de la médecine serait déjà loin derrière nous, car si les transhumanistes ont résolument décidé de prendre le relais commercial, ils n’ont pas l’intention de prendre le relais médical ni d’assumer la charge clinique.  

Bibliographie

Billioti DE Gage S, Bégaud B, Bazin F, Verdoux H, Dartigues J, Pérès K, Kurth T, Pariente A
Benzodiazepine use and risk of dementia: prospective population based study
BMJ. 2012; 345: e6231
DOI : 10.1136/bmj.e6231

Blech Jorg
Les inventeurs de maladie
Actes Sud, 2005

Borch-Jacobsen et al
Big Pharma : une industrie toute-puissante qui joue avec notre santé
Les arènes, 2013

Boukris Sauveur
Ces médicaments qui nous rendent malades
Le cherche midi, 2009

Cabut Sandrine
Et les troubles sexuels devinrent une maladie
Le Monde - Science et techno, 31/08/2015

Cicero TJ et al
The changing face of heroin use in the United States : a retrospective analysis of the past 50 years
JAMA Psychiatry, 2014 ; 71 : 821–826

Corinne Lalo et Solal Patrick
Le livre noir du médicament
Plon 2011

Gotzsche P
Psychiatrie mortelle et déni organisé
PUL, 2017

Jureidini JN, Doecke CJ, Mansfield PR, Haby MM, Menkes DB, Tonkin AL
Efficacy and safety of antidepressants for children and adolescents
BMJ. 2004 Apr 10;328(7444):879-83

Prescrire rédaction
Dépendance aux médicaments opioïdes aux Etats-Unis : une énorme épidémie mortelle par surdose
Revue Prescrire, août 2017, t 37, n 406, p 622

Prescrire rédaction
Médicamentation de la société, l'affaire de tous : le point de vue de la pharmacologie sociale
Revue Prescrire, 37: 406, août 2017, p 597

Steven D Levitt , Stephen J Dubner
Freakonomics
Denoel, 2007

Whittington CJ, Kendall T, Fonagy P, Cottrell D, Cotgrove A, Boddington E
Selective serotonin reuptake inhibitors in childhood depression: systematic review of published versus unpublished data
Lancet. 2004 Apr 24;363(9418):1341-5

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Médecins acharnés ou sages - La loi Léonetti a tenté de limiter les pratiques dites d’acharnement thérapeutique et [...]

Parachutes gériatriques - C’est vrai, cela existe ! Je n’en ai jamais prescrit, mais je sais que cela se vend [...]

L’apogée médicale serait déjà loin - Le succès médical de l’insuline en 1921 s’est accompagné d’un succès commercial [...]

Devoir de vulgarisation - Beaucoup de scientifiques pensent que la vulgarisation est une perte de temps et [...]

Cancer des prix du cancer - Depuis le début de l’année 2016, les médias relatent régulièrement des pétitions et [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Le clinicien n’est ni un vieux nostalgique, ni un attardé technologique, ni un passéiste de la médecine, ni un pessimiste, bien au contraire, il est le meilleur promoteur de la biologie d’homo sapiens.
Aujourd’hui, nous traversons un cap difficile pour les médecins, pour les patients et pour la sérénité de leurs relations. Quoiqu’il advienne, la variabilité individuelle ne cessera jamais comme elle n’a jamais cessé depuis le premier jour de l’évolution des êtres vivants. Les patients auront toujours besoin de rassembler les morceaux de leur identité perdue dans les parcelles de la science et les labyrinthes de la technique. Ils demanderont toujours à être protégés des griffes du marché et de la prédation des sectes. Ils chercheront toujours éperdument leur rationalité individuelle. Seul le clinicien peut les y aider.
― Luc Perino

Haut de page