lucperino.com

Schizophrénie

dernière mise à jour le 18/09/2018

I/ Les mots et les faits

  • Psychose : ancien terme générique qui désignait l’ensemble des maladies psychiatriques où existaient des troubles de la personnalité, des comportements et de la perception de la réalité. Elles étaient opposées au grand ensemble des névroses, plus bénignes et sans trouble de la personnalité. Ces deux termes ont tendance à être abandonnés aujourd’hui.
  • Psychotique : personne atteinte de psychose. (À ne pas confondre avec psychopathe qui est une personne au comportement social nuisible et dangereux)
  • Schizophrénie : c’est la plus grave des maladies psychiatriques. Elle perturbe gravement la personnalité du patient en modifiant les pensées, les émotions, les sentiments et les comportements. On la considère de plus en plus aujourd’hui comme la seule véritable psychose.
  • Schizophrène : personne souffrant de schizophrénie
  • Délire : perception d’une réalité qui n’existe pas. Il se manifeste par des hallucinations, des comportements désorganisés ou des discours incohérents.
  • Démence précoce : Ce terme était utilisé au moyen-âge pour désigner la schizophrénie. Il a été totalement abandonné. Une démence n’est ni un délire, ni une schizophrénie.
  • Démence : Diminution ou perte des facultés intellectuelles. La démence la plus connue est la démence sénile ou maladie d’Alzheimer.
  • Neuroleptiques : classe de médicaments très puissants qui calment les délires, l’agitation, les hallucinations et les souffrances qui les accompagnent.
  • Antipsychotiques : ce terme est souvent utilisé aujourd’hui pour parler des neuroleptiques. Il est inadapté, car les neuroleptiques ne sont qu’un traitement symptomatique de certains des symptômes de la schizophrénie, ils ne sont pas un traitement de cette psychose.

II/ Combattre les idées reçues

  • Dans les anciennes classifications médicales les psychoses regroupaient diverses maladies telles que l’autisme, la schizophrénie, la mélancolie (aujourd’hui dépression unipolaire), la psychose maniaco-dépressive, et même certaines démences.
  • Aujourd’hui, le terme de psychose est désuet. Il est pratiquement synonyme de schizophrénie.
  • Les graves dépressions unipolaires et les maladies bipolaires restent parfois considérées comme des psychoses. En réalité, ce sont seulement certaines phases de ces maladies qui ont des aspects psychotiques, conduisant à des difficultés diagnostiques avec la schizophrénie.
  • Le terme de « psychose affective » est parfois utilisé pour désigner les troubles bipolaires. Ce terme devrait être évité d’autant plus que la classification de la maladie bipolaire en psychose reste débattue.
  • La dépression n’est pas une maladie. Un grave épisode dépressif peut être le symptôme d’une autre maladie telle que la maladie bipolaire ou la schizophrénie.
  • Les neuroleptiques sont un traitement symptomatique des délires. Ils ont été le plus grand progrès thérapeutique de la psychiatrie, mais ils ne suffisent hélas pour traiter la schizophrénie. Ils ne sont pas des antipsychotiques.
  • Des « camisoles de force » étaient utilisées auparavant lors des graves délires aigus. Les neuroleptiques ont permis de supprimer cette pratique barbare. Certains les ont nommés ‘camisoles chimiques’, mais ce terme moqueur doit être banni.
  • Les schizophrènes ne sont pas déments, ils peuvent au contraire avoir d’excellentes facultés intellectuelles. Et les personnes démentes n’ont pas de délire. On ne doit pas confondre ces deux mots (souvent confondus autrefois).
  • La schizophrénie a toujours existé. Elle est bien décrite dans les livres médicaux de l’antiquité. Elle existe à un taux stable d’environ 1% dans tous les pays. Elle n’est pas en augmentation.
  • La schizophrénie revêt plusieurs formes très différentes et le diagnostic est parfois difficile.
  • Il n’est pas utile de faire trop précocement le diagnostic de schizophrénie, il est préférable d’attendre la certitude diagnostique pour commencer un traitement neuroleptique. Par contre les psychothérapies et les thérapies non médicamenteuses peuvent être commencées avant la certitude diagnostique.
  • Certains parlent de « phase prodromique » pour désigner un ensemble de symptômes qui précèdent parfois le diagnostic définitif. Il faut refuser cette distinction, car elle conduit à des diagnostics abusifs et à des prescriptions dangereuses.
  • De nouvelles catégories pathologiques intitulées « psychose atténuée », « sujet à risque de schizophrénie » ou encore « pré-schizophrénie » figurent dans certains manuels de psychiatrie. Il faut également les rejeter  car elles conduisent aux mêmes abus.
  • Pour affirmer le diagnostic, il faut que les symptômes considérés majeurs durent au moins 6 mois.
  • Le traitement de la schizophrénie n’est pas exclusivement médicamenteux, même si les neuroleptiques sont indispensables au début et lors des épisodes aigus de la maladie.
  • Les médias et le langage courant utilisent le mot schizophrène pour parler de situations contradictoires ou de personnalité dissociée. C’est une grossière erreur. Être dans la lune, dire blanc le matin et noir le soir, avoir deux personnalités distinctes, avoir perdu totalement la mémoire de certains évènements, avoir un syndrome de stress post-traumatique, etc. sont des exemples de « trouble dissociatif ». Mais ils ne sont pas des symptômes de la schizophrénie. Cette erreur fréquente ne facilite pas la compréhension de la maladie dans le grand public.
  • La domination de la psychanalyse dans la pratique psychiatrique au cours des années 1940 à 1970 (et encore plus tard en France) a empêché la connaissance de cette maladie. Les psychanalystes pointaient l’éducation parentale, particulièrement la mère. (Certains ont poussé la cruauté jusqu’à parler de « mère schizophrénogène »). Cette double peine pour les parents conduisait à des retards de consultation. Et souvent, les psychanalystes ignoraient toute la démarche diagnostique. Cet « impérialisme » psychanalytique a clairement retardé la recherche et la connaissance de cette maladie.
  • La question de la guérison est une très mauvaise question
    • La schizophrénie est une maladie chronique, comportant des phases aigues.
    • Dire que la maladie guérit ou dire qu’elle ne guérit jamais sont deux façons de tricher avec les patients et leur famille.
    • La schizophrénie évolue au cours de la vie, souvent en s’améliorant.
    • Les symptômes peuvent s’espacer.
    • La vie peut parfois reprendre un cours acceptable avec ou sans traitement médicamenteux.
    • Le soutien psycho-social doit être permanent.
    • Lorsqu’elle se stabilise ou s’améliore, il persiste toujours des symptômes résiduels.
    • Voici le tableau général de l’évolution des schizophrénies
      • 30% évoluent favorablement, même sans traitement
      • 50% ont une rémission durable avec un traitement
      • 20% ne répondent à aucun traitement

III/ Les idées forces

    • La schizophrénie comprend trois types de symptômes
      • Les symptômes « positifs »
      • Les symptômes « négatifs »
      • Les symptômes cognitifs
      • L’importance relative de ces trois catégories de symptômes détermine une grande variété de types de schizophrénie.

 

    • Les symptômes positifs :
      • Il faut obligatoirement un symptôme positif pour pouvoir affirmer le diagnostic.
      • Ces symptômes sont les suivants
        • Idées délirantes
        • Hallucinations (auditives, visuelles, somatiques, etc.)
        • Discours désorganisé (parfois incompréhensible)
        • Comportement incohérent
      • Ils ne sont pas tous présents chez le même patient
      • Ils sont une source de grande souffrance pour les patients
      • Ils sont généralement bien traités par les neuroleptiques
      • Ils sont parfois très impressionnants et peuvent conduire à des suicides ou à des actes violents.
      • Les symptômes positifs les plus fréquents et les plus évocateurs du diagnostic sont :
        • Les hallucinations auditives : des voix parlent au patient et lui donnent des ordres ou des avis sur lui.
        • L’impression d’être espionné ou manipulé
        • L’impression que quelqu’un décrypte ses pensées
        • L’impression que l’on est victime d’un complot

 

    • Les symptômes négatifs
      • Ils sont nombreux et variés
      • Il y en a toujours un ou deux chez le même patient
      • Ils sont plus difficiles à déceler et à analyser
      • Ils sont une source de souffrance pour les patients et aussi pour leurs proches.
      • Ils sont un frein à la réinsertion sociale
      • La sévérité des symptômes négatifs est indépendante de celle des symptômes positifs
      • Ils ne suffisent pas pour affirmer le diagnostic.
      • On en trouve chez des personnes non malades
      • Ils comprennent entre autres :
        • Aboulie ou avolition : perte de la volonté et absence de décision
        • Anhédonie : perte des sensations de plaisir, impossibilité de ressentir des émotions positives.
        • Athymormie : perte des émotions, des désirs et des envies
        • Apragmatisme : impossibilité de coordonner et de terminer une action, alors que le processus de cette action est mentalement possible. (Différence avec les déments qui ne peuvent même pas concevoir mentalement l’action)
        • Paresse excessive et réduction des activités
        • Perte de l’affectivité
        • L’anxiété sociale provoque un cercle vicieux qui aggrave les relations sociales.
      • Les neuroleptiques sont tous inefficaces sur tous les symptômes négatifs, ils peuvent même en aggraver certains. Cependant, l’amélioration des symptômes positifs par les neuroleptiques peut améliorer indirectement l’insertion sociale.
      • Les symptômes négatifs réagissent bien aux diverses thérapies psychiques
      • Une échelle permet d’évaluer les symptômes négatifs : CAINS (Clinical Assessment Interview for Negative Symptoms)
      • La catatonie est la forme la plus grave des symptômes négatifs pouvant conduire à une immobilité complète du patient

 

  • Les symptômes cognitifs
    • Ils sont encore plus variés et plus nombreux
    • Ils sont souvent plus difficiles à déceler
    • Ils ne sont jamais présents tous ensemble
    • Ils sont toujours présents en partie, mais aucun ne permet d’affirmer le diagnostic
    • Ils sont souvent présents avant les premiers signes évidents de la maladie, mais ils ne doivent pas donner lieu au diagnostic abusif de « phase prodromique »
    •  Certains pensent que les symptômes cognitifs sont présents depuis l’enfance. Cela est fort possible, mais ne doit pas donner lieu au diagnostic abusif de « sujet à risque de schizophrénie »
    • Ces symptômes peuvent être :
      • Difficultés de concentration
      • Difficultés de mémorisation
      • Désorganisation de la pensée
      • QI abaissé (plus fréquent dans la schizophrénie que dans les troubles psychotiques bipolaires). Mais curieusement, une excellente réussite scolaire est aussi plus fréquente.
      • Une corrélation est souvent été établie entre tendance psychotique et performances mathématiques. (Attention, corrélation ne veut pas dire causalité)
      • Un déclin cognitif entre 13 et 18 ans est un facteur de risque mais il ne doit jamais être considéré comme un signe précurseur
  • La schizophrénie n’est pas une démence. Certes, elle peut augmenter le risque de démence sénile. Mais les neuroleptiques augmentent aussi le risque de démence. Il est donc difficile de trancher.
  • Il y a actuellement une tendance à classer la schizophrénie comme une maladie cognitive plutôt que comme une psychose. Cela relève de la discussion d’expert et a peu d’intérêt pratique.
  • Des recherches cliniques de plus en plus fines permettent de déceler des symptômes cognitifs tels que de petites habitudes de langage
    • Utilisation moins fréquente du « je » et du « moi »
    • Moins de mots relatifs au corps et à la nourriture
    • Plus de mots relatifs à l’être humain, à la spiritualité et aux religions
    • Les mots de la causalité (car, parce que, pourquoi) diminuent avec le temps
  • Les schizophrènes présentent quelques variations statistiques et symptômes mineurs
    • 12% de gauchers au lieu de 10%
    • Troubles de l’olfaction gênant l’identification par l’odorat (pouvant avoir des conséquences sur les activités sociales). Ces troubles peuvent être un signe précurseur chez les malades à très haut risque
    • Les bruits de l’environnement, même insignifiants, peuvent être pénibles, (comme chez les autistes).

Considérations pratiques

  • Il faut que les symptômes retenus comme majeurs durent au moins 6 mois avant d’affirmer le diagnostic
  • Le plus important, en pratique, est le rapport entre symptômes positifs et négatifs
  • Selon la présence et l’intensité des symptômes on peut déterminer différents sous-groupes de schizophrénie (paranoïde, désorganisé, agité, catatonique, etc.).
  • Différences entre filles et garçons
    • Les premiers symptômes apparaissent en moyenne entre 15 et 25 ans chez les garçons et 5 à 10 ans plus tard chez les filles.
    • La maladie touche les deux sexes à égalité, mais elle est plus invalidante chez les garçons.
    • En raison de l’apparition plus tardive de la maladie chez elles, les filles ont un succès matrimonial et reproducteur plus important que celui des garçons.  
    • Le diagnostic est un peu plus difficile chez les filles.
  • Environ 40% des patients font une tentative de suicide et 10% réussissent.
  • Le pronostic est plus mauvais lorsque les symptômes négatifs sont dominants ou progressent rapidement.
  • La schizophrénie est classée parmi les dix maladies les plus invalidantes pour l’humanité.
  • L’espérance de vie est en moyenne de 10 ans plus faible en raison de divers facteurs directs (suicide) et indirects (obésité, usage de drogues, sédentarité, etc.)
  • Le risque de violence est multiplié par trois en cas de délire de persécution, de sentiment d’être espionné ou victime d’un complot.
  • Les erreurs diagnostiques sont dues au fait que certains symptômes typiques de la schizophrénie relèvent d’une autre maladie telle que :
    • Trouble nommé schizo-affectif dans certains épisodes de maladie bipolaire grave
    • Episode délirant unique (de nombreuses personnes n’ont qu’un délire dans leur vie)
    • Hallucination unique (idem, on peut avoir une ou deux hallucinations sans gravité)
    • Trouble psychotique bref ou unique
    • Symptôme psychotique lié à l’absorption d’une drogue

IV/ Espace d’éducation et de progrès

  • Nul ne peut prétendre connaître cette maladie dont on continue à ignorer les causes et la physiologie.
  • Nul ne comprend pourquoi elle reste aussi fréquente et aussi constante tout au long de l’Histoire et dans toutes les civilisations,
  • Les recherches se poursuivent pour tenter de discerner des facteurs de risque et d’éventuelles causes plus directes.
  • Les causes et les facteurs de risque sont multiples, ils sont à la fois génétiques et environnementaux.
  • Aucune cause ni aucun facteur de risque ne semble dominant, bien que certaines soient plus fréquents.
  • Les facteurs génétiques sont évidents, mais nombreux et complexes :
    • Lorsqu’un jumeau monozygote est atteint, l’autre jumeau a 40% de risque d’être atteint.
    • Le risque est de 60% si les deux parents sont atteints
    • Le risque est de 6% si un parent du premier degré est atteint et de 4% pour un parent du deuxième degré
    • Il semble exister une prédisposition génétique commune avec la démence fronto-temporale
    • On a identifié plus de 130 variations génétiques indépendantes sur des gènes impliqués dans la transmission de l'information entre les neurones et dans des fonctions essentielles à la mémoire et l'apprentissage.
    • Certains gènes de prédisposition liés à des récepteurs et protéines du système nerveux ont été clairement identifiés : NRG1 pour la neuréguline, DAOA pour la D-sérine (tous deux intervenant avec les récepteur NMDA), PRODH pour la proline), DTNBP1 pour la dysbindine, PDE4B pour la phosphodiesterase, ANK3 pour l’ankyrine), C4A qui agit sur le complément, et le fameux gène DISC1 (encore bien mystérieux).
    • Beaucoup de gènes de susceptibilité sont communs à plusieurs troubles psychiatriques notamment le TDAH (syndrome d’hyperactivité), les TOC (troubles obsessionnels compulsifs)
    • Certains gènes de contrôle de l’inflammation
    • Il faut ajouter les processus épigénétique par méthylation de gènes sous diverses pressions environnementales
    • Il existe une explication par le phénomène d’ « empreinte génétique maternelle ». (Certains gènes maternels gêneraient l’expression du gène paternel correspondant dans la paire). Il faut noter que dans le cas de l’autisme, il y aurait inversement une empreinte génétique paternelle. (Tout cela reste encore très théorique)
    • Plus récemment on a découvert que 2 à 3 % des schizophrénies correspondent à des mutations génétiques uniques. Le syndrome de Di Georges dû à la délétion 22q11.2 est le plus connu. Mais aussi les délétions 15q13.3 et 1q21.1
  • Les facteurs environnementaux sont encore plus évidents, ils concernent tout particulièrement le développement cérébral du fœtus en cours de grossesse :
    • Incompatibilité rhésus
    • Grippe, Herpès simplex virus type 2, pyélonéphrite en cours de grossesse
    • Toutes les infections prénatales agissent par le biais des cytokines proinflammatoires qui agissent sur le développement cérébral prénatal et néonatal.
    • La toxoplasmose in utero
    • Le tabagisme maternel
    • Décès d’un proche pendant le premier trimestre de grossesse
    • Famines et carences alimentaires en cours grossesse
    • Faible poids de naissance et complications obstétricales
    • Hypoxie fœtale en interaction avec les gènes de prédisposition
    • Faible taux prénatal et néonatal de vitamine D
  • La consommation de drogues fait partie des facteurs environnementaux bien identifiés :
    • L’usage régulier de cannabis avant 18 ans double le risque
    • Si la consommation a débuté avant 15 ans, le risque est quadruplé
    • Il se peut que l’appétence innée pour le cannabis soit un corollaire de la prédisposition à la schizophrénie (problème insoluble)
    • L’âge moyen d’entrée dans la schizophrénie est fortement corrélé à la consommation de drogues :
      • 23,34 ans chez les sujets ne consommant aucune drogue
      • 22,51 ans chez les consommateurs exclusifs de cannabis
      • 20,84 ans chez les sujets consommant à la fois du cannabis et des amphétamines
      • 19,56 ans en cas d’association simultanée de cocaïne et de cannabis ou des trois substances à la fois (cocaïne + cannabis + amphétamines).
    • La substance grise se dégrade deux fois plus vite chez les patients qui fument du cannabis
    • Il existe un cercle vicieux, puisque le cannabis est à la fois un facteur d’aggravation et une automédication des premiers symptômes.
  • Un facteur bien identifié est l’âge élevé du père au moment de la conception. Le risque de schizophrénie est doublé si le père a plus de 55 ans.
  • La toxoplasmose sous formes de kystes cérébraux est reconnue comme un facteur de risque. Le processus évoqué est celui de la manipulation parasitaire
  • Autres facteurs de risque environnementaux :
    • La vie en milieu urbain, et d’autant plus que la population est dense
    • Sujets issus de l’immigration
    • Les maladies auto-immunes majorent le risque de 30%. Le lien est faible, mais  les gènes du système HLA jouent un rôle important dans la fonction neuronale et la plasticité synaptique.
    • Les violences sexuelles dans l’enfance doublent le risque
  • Il y a un effet cumulatif des facteurs de risque non génétiques
  • Pourquoi une maladie aussi grave et aussi fréquente que la schizophrénie, et qui diminue le succès reproducteur, n’a-t-elle pas été éliminée par la sélection naturelle ? Plusieurs arguments théoriques sont régulièrement avancés :
    • La théorie de l’esprit. Les gènes qui incitent les patients à des suspicions de complot, et d’espionnage pourraient avoir des avantages dans l’interprétation des intentions et pensées d’autrui chez les proches parents sains porteurs de ces gènes.
    • Les proches, porteurs de ces mêmes gènes de prédisposition, auraient des avantages socioculturels (créativité, imagination), ainsi qu’une plus forte dissymétrie des hémisphères bénéfique par ailleurs.
    • Il est certain que les personnalités schyzotypiques ont une grande créativité et un bon succès reproducteur.
    • Certains avancent même l’hypothèse d’un avantage reproducteur pour les sœurs des garçons atteints.

Les traitements de la schizophrénie

  • Les neuroleptiques
    • Le premier (chlorpromazine) a été découvert en 1952
    • Ils sont l’un des plus importants progrès thérapeutiques de tous les temps
    • Ils ont permis de rendre la liberté aux patients enfermés dans des asiles d’aliénés
    • Ils ont soulagé les grandes souffrances des délires et des hallucinations
    • Hélas, ils ne sont actifs que sur les symptômes positifs
    • Ils doivent être pris pendant de longues périodes surtout au début de la maladie
    • Ils ont des effets secondaires gênants dont les plus fréquents sont :
      • Prise de poids parfois très importante. D’autant plus ennuyeux qu’un excès de poids aggrave les troubles cognitifs
      • Dyskinésies (mouvements anormaux)
      • Somnolence. D’autant plus ennuyeuse qu’elle gêne la réinsertion sociale.
      • Constipation
      • Sécheresse de la bouche
      • Ostéoporose
    • Les nouveaux neuroleptiques ne sont pas plus efficaces que les anciens, ils ont autant d’effets secondaires (voire plus) et ne sont pas plus actifs sur les symptômes négatifs.
    • Les études et messages falsifiés sur les nouveaux neuroleptiques ont donné lieu aux plus grands procès contre l’industrie pharmaceutique avec des milliards de dollars d’amende.
    • Les tentatives d’extension de prescription à des adolescents présentant des symptômes de schizophrénie sans confirmation diagnostique ont été les plus gros scandales de l’histoire de la pharmacie.
    • Il ne faut surtout pas prescrire de neuroleptiques tant que le diagnostic n’est pas certain et définitif.
    • Il est illicite de les nommer antipsychotiques.
  • Les différentes psychothérapies
    • Les psychothérapies sont indispensables et ne doivent jamais être interrompues
    • Leur premier intérêt est d’apprendre au patient à bien connaître sa maladie
    • Elles sont nombreuses (ergothérapie, familiales, travail de groupe, loisirs, etc.)
    • La réinsertion par le travail est très importante
    • Les interventions psycho-sociales sont très utiles et encore trop peu utilisées (moins de 30%)
    • La psychanalyse est toujours inefficace et souvent dangereuse
  • Les thérapies comportementales 
    • Egalement diverses, elles aident aussi à bien connaître la maladie
    • Elles sont efficaces pour atténuer les émotions et le stress
    • Elles permettent d’atténuer le risque suicidaire
    • L’exercice physique est également bénéfique pour les schizophrènes
  • La réhabilitation (ou remédiation) cognitive 
    • Elle traite les symptômes de désorganisation
    • Elle s’adapte aux troubles cognitifs identifiés (attention, mémorisation, exécution, etc.)
    • Il est possible, voire préférable, de débuter les thérapies cognitives avant la certitude diagnostique
  • La stimulation magnétique transcrânienne
    • Elle est encore expérimentale
    • Elle est utilisée pour les personnes résistant à tout traitement
    • Elle diminue les hallucinations
    • Elle améliore les symptômes négatifs
  • Les électrochocs
    • Pour les formes de la maladie sévères ou résistantes
    • Pour les formes catatoniques, les désorganisations et les graves troubles de l’humeur
  • Autres procédés thérapeutiques
    • Des avatars sont utilisés pour personnaliser les voix des hallucinations
    • Le nitroprussiate de sodium en IV montre des résultats dans les épisodes aigus
    • La minocycline a été utilisée pour diminuer l’inflammation de la microglie
    • Le benzoate de sodium semble augmenter l’activité des récepteurs NDMA
    • Les folates et la vitamine B12 semblent utiles contre les symptômes négatifs
  • Toutes les méthodes non pharmacologiques s’avèrent de plus en plus efficaces pour les symptômes négatifs et les symptômes cognitifs

La physiopathologie de la schizophrénie

    • Les processus neurologiques et cérébraux qui sous-tendent la schizophrénie sont encore inconnus.
    • Cependant, les progrès de l’imagerie fonctionnelle ont permis de constater plusieurs anomalies du cerveau caractéristiques de cette maladie :
      • Le volume cérébral
        • Il est plus faible dans les régions médio-temporales et frontales
        • Le volume cérébral diminue au cours de la maladie. Mais il faut savoir que les neuroleptiques diminuent aussi le volume cérébral
        • Les ventricules cérébraux sont plus larges.
        • Les ventricules latéraux, parfois plus petits en début de maladie, s’élargissent au cours du temps
      • L’hippocampe
        • Diminution globale du volume de l’hippocampe.
        • Diminution plus marquée de l’hippocampe gauche (mémoire) y compris chez des proches 
        • Diminution de son activité dans l’aire CA3 de la corne d’Ammon.
        • Réduction sélective de la transmission glutaminergique dans le gyrus dentelé
      • La substance grise 
        • Diminution de l’épaisseur du cortex, particulièrement frontal et temporal.
        • Anomalies du neuropile (tissu interstitiel de la substance grise)
        • Variations anormales et suractivité de la dopamine au sein du striatum (aire associative sous corticale)
        • Hypoperfusion frontale
        • Anomalies de la gyration (sillons cérébraux)
        • Altérations du métabolisme du GABA et de l'acide glutamique au sein du cortex préfrontal
      • La substance blanche
        • Moins bonne connectivité
        • Câblage superflu et neurotransmission plus étendue pour une efficacité moindre.
        • Modifications du corps calleux avec également de moins bonnes connexions
        • Perte de myéline
        • Moins de plasticité neuronale et synaptique
        • Anomalies et dysfonctionnement des nœuds de Ranvier (interfaces entre myéline et les axones)
      • La physiologie cérébrale
        • Mauvais fonctionnement au niveau des dendrites, des axones, des cellules gliales et de la matrice extracellulaire (concept de synapse ‘tétrapartite’)
        • Un dysfonctionnement du thalamus semble perturber ce sommeil paradoxal
        • Diminution des connexions entre l’aire du langage et l’aire de l’audition.
        • Hypofonctionnement des récepteurs NMDA [N-méthyl-D-aspartate).
        • Augmentation des ondes gamma à l’électroencéphalogramme
        • Les micro-vaisseaux de la rétine ont un calibre plus large.
        • Les connexions fonctionnelles entre le cortex frontal dorsolatéral et les structures temporo-limbiques sont moins bonnes. Obligeant des stratégies d'adaptation telles que l'apprentissage par cœur et la répétition.
        • Défaillance du circuit préfrontal gênant le lien entre émotion et décision, pouvant expliquer l’anhédonie.

V/ Radio trottoir des erreurs quotidiennes

  • Mon psychanalyste dit que ma fille n’a pas une schizophrénie. Il faut demander l’avis d’un psychiatre non psychanalyste.
  • Mon fils ne veut plus prendre le traitement, car il dit que ça le fatigue et que ça ne sert à rien. Les neuroleptiques sont indispensables surtout pendant les premières années de la maladie. Le problème est que les patients les « oublient » ou les refusent. Il faut alors utiliser des formes à prescription hebdomadaire.
  • Mon fils de 16 ans présente de nombreux symptômes inquiétants et on lui refuse les médicaments. Beaucoup d’adolescents ont des symptômes qui peuvent faire penser à la schizophrénie. Il ne faut pas se précipiter pour faire le diagnostic. On peut proposer des psychothérapies, mais il faut avoir la certitude du diagnostic avant de prescrire des neuroleptiques.
  • Mon fils ne bouge plus, il ne veut rien faire, aucun traitement ne marche. Dans les formes catatoniques, les neuroleptiques sont inefficaces. Il faut essayer toutes les méthodes non médicamenteuses.
  • Ma fille schizophrène a deux enfants, j’ai peur qu’ils deviennent schizophrènes. Ils ont effectivement plus de risques, mais ils ont aussi 94% de chances de ne pas l’être. Il faudra simplement être un peu plus attentif aux consommations de drogues et aux symptômes de l’adolescence.
  • Pourquoi a-t-il cette maladie, alors qu’il était si brillant à l’école ? Certes cette maladie présente des symptômes cognitifs, mais beaucoup de jeunes très intelligents en sont atteints.
  • Mais qu’avons-nous raté dans notre éducation pour qu’il devienne comme ça ? Probablement rien, les facteurs de risque essentiels se situent avant la naissance et dans la période néonatale.
  • Depuis tout petit, il avait des comportements bizarres. Il est probable qu’il existe de petits symptômes avant que la maladie se déclare à l’adolescence, mais il est bien difficile d’affirmer que ce sont des symptômes de la maladie. Tous les enfants ont des comportements parfois bizarres.
  • Je suis certain que c’est parce qu’elle a fumé du cannabis. La consommation de drogues est certainement un facteur de déclenchement plus précoce. Il est possible que les drogues majorent les autres facteurs de risque, mais ce n’est certainement pas le seul facteur.
  • Pourquoi tous les médecins disent des choses si différentes. Parce qu’aucun médecin ne connaît bien cette maladie. Les facteurs de risque sont si nombreux qu’il est difficile d’en cerner un seul.
  • Mais si c’est génétique pourquoi on ne fait pas de dépistage ? Parce qu’il n’y a aucun gène identifié. Il y a plusieurs gènes dits de « prédisposition ». Il y a une héritabilité, mais ce n’est pas une maladie héréditaire au sens génétique du terme.
  • On dit qu’il y en a de plus en plus, j’ai peur pour mes petits-enfants ? Non, il semble que c’est une maladie qui existe à un taux constant de moins de 1% depuis toujours. D’une part, les diagnostics sont mieux faits, d’autre part, il y a des abus diagnostiques.
  • Les nouveaux neuroleptiques sont beaucoup plus chers, ils doivent être meilleurs. Hélas non, il n’y a pas de véritable progrès pharmaceutique depuis 1952. La communication sur les neuroleptiques a été souvent mensongère, voire scandaleuse.
  • Alors, on ne peut rien espérer de plus. Si les thérapies psychiques et cognitives font de grands progrès. La moitié des schizophrènes peuvent mener une vie quasi-normale. N'oublions pas non plus que beaucoup de patients s’améliorent naturellement au cours du temps.
  • Mais pourquoi existe-t-il de telles maladies ? Les psychiatres comme les biologistes sont tous bien en peine pour répondre à cette question.
  • On m’a dit que ma fille était schizophrène et tous les médecins consultés depuis me disent qu’elle n’a absolument rien. Il faut savoir qu’il existe des délires, des épisodes psychotiques, des hallucinations qui ne se produisent qu’une ou deux fois dans la vie.

Bibliographie

Abdel-Hamid M, Lehmkamper C, Sonntag C, Juckel G , IDaum I , Brune M
Theory of mind in schizophrenia: The role of clinical symptomatology and neurocognition in understanding other people's thoughts and intentions
Psychiatry Research, 2009. Volume 165, Issue 1, Pages 19-26

Abel KM, Wicks S, Susser ES, Dalman C, Pedersen MG, Mortensen PB, Webb RT
Birth weight, schizophrenia, and adult mental disorder: is risk confined to the smallest babies?
Arch Gen Psychiatry. 2010 Sep;67(9):923-30
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2010.100

Achim AM, Bertrand MC, Sutton H, Montoya A, Czechowska Y, Malla AK, Joober R, Pruessner JC, Lepage M
Selective abnormal modulation of hippocampal activity during memory formation in first-episode psychosis
Arch Gen Psychiatry. 2007 Sep;64(9):999-1014

American psychiatrix association
DSM 5, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux
Elsevier Masson, 2015

Andreasen NC, Liu D, Ziebell S, Vora A, Ho BC
Relapse duration, treatment intensity, and brain tissue loss in schizophrenia: a prospective longitudinal MRI study
Am J Psychiatry. 2013 Jun;170(6):609-15
DOI : 10.1176/appi.ajp.2013.12050674

Arango C, Rapado-Castro M, Reig S, Castro-Fornieles J, González-Pinto A, Otero S, Baeza I, Moreno C, Graell M, Janssen J, Parellada M, Moreno D, Bargalló N, Desco M
Progressive brain changes in children and adolescents with first-episode psychosis
Arch Gen Psychiatry. 2012 Jan;69(1):16-26
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2011.150

Asami T, Whitford TJ, Bouix S, Dickey CC, Niznikiewicz M, Shenton ME, Voglmaier MM, McCarley RW
Globally and locally reduced MRI gray matter volumes in neuroleptic-naive men with schizotypal personality disorder. Association with negative symptoms
JAMA Psychiatry. 2013 Apr;70(4):361-72
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2013.665

Babulas V, Factor-Litvak P, Goetz R, Schaefer CA, Brown AS
Prenatal exposure to maternal genital and reproductive infections and adult schizophrenia
Am J Psychiatry. 2006 May;163(5):927-9

Bassett AS et coll
Copy number variations in schizophrenia : critical review and new perspectives on concepts of genetics and disease
Am J Psychiatry 2010 ; 167-8 : 899–914

Benros ME, Nielsen PR, Nordentoft M, Eaton WW, Dalton SO, Mortensen PB
Autoimmune diseases and severe infections as risk factors for schizophrenia: a 30-year population-based register study
Am J Psychiatry. 2011 Dec;168(12):1303-10
DOI : 10.1176/appi.ajp.2011.11030516

Bohlken MM, Brouwer RM, Mandl RC, Van den Heuvel MP, Hedman AM, De Hert M, Cahn W, Kahn RS, Hulshoff Pol HE
Structural brain connectivity as a genetic marker for schizophrenia
JAMA Psychiatry. 2016 Jan;73(1):11-9
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2015.1925

Boog G
Complications obstétricales et schizophrénie ultérieure de l'enfant : une nouvelle menace médico-légale pour les accoucheurs ?
Journal de Gynécologie Obstétrique 2003; 32(8 Cahier 1):720-7

Brewer WJ, Wood SJ, McGorry PD, Francey SM, Phillips LJ, Yung AR, Anderson V, Copolov DL, Singh B, Velakoulis D, Pantelis C
Impairment of olfactory identification in individuals at ultra-high risk for psychosis who later develop schizophrénie
Am J Psychiatry. 2003 Oct;160(10):1790-4

Broome MR, Matthiasson P, Fusar-Poli P, Woolley JB, Johns LC, Tabraham P, Bramon E, Valmaggia L, Williams SC, Brammer MJ, Chitnis X, McGuire PK
Neural correlates of executive function and working memory in the ‘‘at-risk mental state’’
Br J Psychiatry. 2009 Jan;194(1):25-33
DOI : 10.1192/bjp.bp.107.046789

Brown AS
Further evidence of infectious insults in the pathogenesis and pathophysiology of schizophrenia
Am J Psychiatry 2011 ; 168 : 764-766

Brown AS, Schaefer CA, Wyatt RJ, Begg MD, Goetz R, Bresnahan MA, Harkavy-Friedman J, Gorman JM, Malaspina D, Susser ES
Paternal age and risk of schizophrenia in adult offspring
Am J Psychiatry. 2002 Sep;159(9):1528-33

Brown S, Inskip H, Barracough B
Causes of the excess mortality in schizophrenia
The british journal of psychiatrie, 2000, 177:212-217

Brüne M
“Theory of Mind” in Schizophrenia: A Review of the Literature
Schizophrenia Bulletin, Volume 31, Issue 1, 1 January 2005, Pages 21–42
DOI : 10.1093/schbul/sbi002

Buka SL, Tsuang MT, Torrey EF, Klebanoff MA, Bernstein D, Yolken RH
Maternal infections and subsequent psychosis among offspring
Arch Gen Psychiatry. 2001 Nov;58(11):1032-7

Byrne M, Agerbo E, Ewald H, Eaton WW, Mortensen PB
Parental age and risk of schizophrenia: a case-control study
Arch Gen Psychiatry. 2003 Jul;60(7):673-8

Cahn W, Hulshoff Pol HE, Lems EB, van Haren NE, Schnack HG, van der Linden JA, Schothorst PF, van Engeland H, Kahn RS
Brain volume changes in first-episode schizophrenia. A 1-year follow-up study
Arch Gen Psychiatry. 2002 Nov;59(11):1002-10

Caspi A, Reichenberg A, Weiser M, Rabinowitz J, Kaplan Z, Knobler H, Davidson-Sagi N, Davidson M
Cognitive performance in schizophrenia patients assessed before and following thé first psychotic épisode
Schizophr Res. 2003 Dec 15;65(2-3):87-94

Chelini G, Pantazopoulos H, Durning P, Berretta S
The tetrapartite synapse: a key concept in the pathophysiology of schizophrenia
Eur Psychiatry. 2018 Apr;50:60-69
DOI : 10.1016/j.eurpsy.2018.02.003

Clarke MC, Tanskanen A, Huttunen M, Whittaker JC, Cannon M
Evidence for an interaction between familial liability and prenatal exposure to infection in the causation of schizophrenia
Am J Psychiatry. 2009 Sep;166(9):1025-30
DOI : 10.1176/appi.ajp.2009.08010031

Cohen A
Moins de petites épines dendritiques dans la schizophrénie
JIM

Coid JW, Kirkbride JB, Barker D, Cowden F, Stamps R, Yang M, Jones PB
Raised incidence rates of all psychoses among migrant groups: findings from the East London first episode psychosis study
Arch Gen Psychiatry. 2008 Nov;65(11):1250-8
DOI : 10.1001/archpsyc.65.11.1250

Coid JW, Ullrich S, Kallis C, Keers R, Barker D, Cowden F, Stamps R
The relationship between delusions and violence: findings from the East London first episode psychosis study
JAMA Psychiatry. 2013 May;70(5):465-71
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2013.12

Connor CM, Akbarian S
DNA methylation changes in schizophrenia and bipolar disorder
Epigenetics. 2008 Mar-Apr;3(2):55-8

Craig TK, Rus-Calafell M, Ward T, Leff JP, Huckvale M, Howarth E, Emsley R, Garety PA
AVATAR therapy for auditory verbal hallucinations in people with psychosis: a single-blind, randomised controlled trial
Lancet Psychiatry. 2018 Jan;5(1):31-40
DOI : 10.1016/S2215-0366(17)30427-3

Crespi B, Badcock C
Psychosis and autism as diametrical disorders of the social brain
Behavioral and brain sciences (2008) 31, 241–320
DOI : 10.1017/S0140525X08004214

Cutajar MC, Mullen PE, Ogloff JR, Thomas SD, Wells DL, Spataro J
Schizophrenia and other psychotic disorders in a cohort of sexually abused children
Arch Gen Psychiatry. 2010 Nov;67(11):1114-9
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2010.147.

Daskalakis ZJ, Christensen BK, Fitzgerald PB, Chen R
Dysfunctional neural plasticity in patients with schizophrenia
Arch Gen Psychiatry. 2008 Apr;65(4):378-85
DOI : 10.1001/archpsyc.65.4.378

Davis JM et al
Switch or stay ?
American Journal of Psychiatry 2006 ; 163 (12) : 2032 2033

Dougall N, Maayan N, Soares-Weiser K, McDermott LM, McIntosh A
Transcranial magnetic stimulation (TMS) for the treatment of schizophrenia
Cochrane review database, 20 august 2015

Drexhage RC, Knijff EM, Padmos RC, Heul-Nieuwenhuijzen Lv, Beumer W, Versnel MA, Drexhage HA
The mononuclear phagocyte system and its cytokine inflammatory networks in schizophrenia and bipolar disorder
Expert Rev Neurother. 2010 Jan;10(1):59-76
DOI : 10.1586/ern.09.144

Eack SM, Hogarty GE, Cho RY, Prasad KM, Greenwald DP, Hogarty SS, Keshavan MS
Neuroprotective effects of cognitive enhancement therapy against gray matter loss in early schizophrenia
Arch Gen Psychiatry. 2010 Jul;67(7):674-82
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2010.63

Ferrarelli F, Peterson MJ, Sarasso S, Riedner BA, Murphy MJ, Benca RM, Bria P, Kalin NH, Tononi G
Thalamic dysfunction in schizophrenia suggested by whole-night deficits in slow and fast spindles
Am J Psychiatry. 2010 Nov;167(11):1339-48
DOI : 10.1176/appi.ajp.2010.09121731

Fineberg SK, Deutsch-link S, Ichinose M, Mcguinness T, Bessette AJ, Chung CK,, Corlett PR
Word use in first-person accounts of schizophrenia
Br J Psychiatry. 2015 Jan; 206(1): 32–38
DOI : 10.1192/bjp.bp.113.140046

Freedman R
Cannabis, inhibitory neurons, and the progressive course of schizophrenia
Am J Psychiatry. 2008 Apr;165(4):416-9
DOI : 10.1176/appi.ajp.2008.08010147

Fusar-Poli P, Howes OD, Allen P, Broome M, Valli I, Asselin MC, Grasby PM, McGuire PK
Abnormal frontostriatal interactions in people with prodromal signs of psychosis
Arch Gen Psychiatry. 2010 Jul;67(7):683-91
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2010.77

Galletly CA, Foley DL, Waterreus A, Watts GF, Castle DJ, McGrath JJ, Mackinnon A, Morgan VA
Cardiometabolic risk factors in people with psychotic disorders: the second Australian national survey of psychosis
Aust N Z J Psychiatry. 2012 Aug;46(8):753-61
DOI : 10.1177/0004867412453089

Geddes J, Freemantle N, Harrison P, Bebbington P
Atypical antipsychotics in the treatment of schizophrenia: systematic overview and meta-regression analysis
BMJ. 2000 Dec 2;321(7273):1371-6

Gluck MR, Thomas RG, Davis KL, Haroutunian V
Implications for altered glutamate and GABA metabolism in thé dorsolatéral prefrontal cortex of aged schizophrénie patients
Am J Psychiatry 2002; 159:1165-1173

Goldman AL, Pezawas L, Mattay VS, Fischl B, Verchinski BA, Chen Q, Weinberger DR, Meyer-Lindenberg A
Widespread reductions of cortical thickness in schizophrenia and spectrum disorders and evidence of heritability
Arch Gen Psychiatry. 2009 May;66(5):467-77
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2009.24

Goldman D
Molecular etiologies of schizophrenia: are we almost there yet?
Am J Psychiatry. 2011 Sep; 168(9): 879–881
DOI : 10.1176/appi.ajp.2011.11050694

Goldstein JM et coll
Specificity of familial transmission of schizophrenia psychosis spectrum and affective psychoses in the New England family study’s high-risk design
Arch Gen Psychiatry 2010 ; 67 : 458-467

Gunnell D, Rasmussen F, Fouskakis D, Tynelius P, Harrison G
Patterns of fetal and childhood growth and the development of psychosis in youg males: a cohort study
Am J Epidemiol. 2003 Aug 15;158(4):291-300

Haenschel C, Bittner RA, Haertling F, Rotarska-Jagiela A, Maurer K, Singer W, Linden DE
Contribution of impaired early-stage visual processing to working memory dysfunction in adolescents with schizophrenia: a study with event-related potentials and functional magnetic resonance imaging
Arch Gen Psychiatry. 2007 Nov;64(11):1229-40

Hahn CG, Wang HY, Cho DS, Talbot K, Gur RE, Berrettini WH, Bakshi K, Kamins J, Borgmann-Winter KE, Siegel SJ, Gallop RJ, Arnold SE
Altered neuregulin 1-erb B4 signaling contributes to NMDA receptor hypofunction in schizophrenia
Nat Med. 2006 Jul;12(7):824-8

Hallak JE, Maia-de-Oliveira JP, Abrao J, Evora PR, Zuardi AW, Crippa JA, Belmonte-de-Abreu P, Baker GB, Dursun SM
Rapid improvement of acute schizophrenia symptoms after intravenous sodium nitroprusside: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial
JAMA Psychiatry. 2013 Jul;70(7):668-76
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2013.1292

Hamshere ML, Stergiakouli E, Langley K, Martin J, Holmans P, Kent L, Owen MJ, Gill M, Thapar A, O'Donovan M, Craddock N
Shared polygenic contribution between childhood attention-deficit hyperactivity disorder and adult schizophrenia
Br J Psychiatry. 2013 Aug;203(2):107-11
DOI : 10.1192/bjp.bp.112.117432

Harris A, Boyce P
Why do we not use psychosocial interventions in the treatment of schizophrenia ?
Aust N Z J Psychiatry. 2013 Jun;47(6):501-4
DOI : 10.1177/0004867413489173

Hashimoto K
Minocycline and microgial activation in schizophrenia and metamphetamine psychosis
Biological psychiatry, Volume:65 Issue:8, P 90S-91S, 2009

Henn FA
Dopamine : a marker of psychosis and final common driver of schizophrenia psychosis
Am J Psychiatry. 2011 Dec;168(12):1239-40
DOI : 10.1176/appi.ajp.2011.11091346

Hirnstein M, Hugdahl K
Excess of non-right-handedness in schizophrenia: meta-analysis of gender effects and potential biases in handedness assessment
Br J Psychiatry. 2014 Oct;205(4):260-7
DOI : 10.1192/bjp.bp.113.137349

Hoang U, Stewart R, Goldacre MJ
Mortality after hospital discharge for people with schizophrenia or bipolar disorder: retrospective study of linked English hospital episode statistics, 1999-2006
BMJ. 2011 Sep 13;343:d5422
DOI : 10.1136/bmj.d5422

Jablensky A, Sartorius N, Ernberg G, Anker M, Korten A, Cooper JE, Day R, Bertelsen A
Schizophrenia: manifestations, incidence and course in different cultures. A World Health Organization ten-country study
Psychol Med Monogr Suppl. 1992;20:1-97

Jacquet H, Demily C, Houy E, Hecketsweiler B, Bou J, Raux G, Lerond J, Allio G, Haouzir S, Tillaux A, Bellegou C, Fouldrin G, Delamillieure P, Ménard JF, Dollfus S, D'Amato T, Petit M, Thibaut F, Frébourg T, Campion D
Hyperprolinemia is a risk factor for schizoaffective disorder
Mol Psychiatry. 2005 May;10(5):479-85

Jacquet H, Raux G, Thibaut F, Hecketsweiler B, Houy E, Demilly C, Haouzir S, Allio G, Fouldrin G, Drouin V, Bou J, Petit M, Campion D, Frébourg T
PRODH mutations and hyperprolinemia in a subset of schizophrenic patients
Hum Mol Genet. 2002 Sep 15;11(19):2243-9

Kahn RS, Keefe SE
Schizophrenia is a cognitive illness. Time for a change in focus
Jama Psychiatry 2013; 70: 1107–1112

Karlsson J
Psychosis and académie performance
Br J Psychiatry, 2004 ; 184 : 327-9

Katz J, d'Albis MA, Boisgontier J, Poupon C, Mangin JF, Guevara P, Duclap D, Hamdani N, Petit J, Monnet D, Le Corvoisier P, Leboyer M, Delorme R, Houenou J
Similar white matter but opposite grey matter changes in schizophrenia and high-functioning autism
Acta Psychiatr Scand. 2016 Jul;134(1):31-9
DOI : 10.1111/acps.12579

Khashan AS, Abel KM, Mcnamee R, Pedersen MG, Webb RT, Baker PN, Kenny LC, Mortensen PB
Higher Risk of Offspring Schizophrenia Following Antenatal Maternal Exposure to Severe Adverse Life Events
Arch Gen Psychiatry. 2008;65(2):146-152

Killackey E, Jackson HJ, McGorry PD
Vocational intervention in first-episode psychosis : individual placement and support v. treatment as usual
Br J Psychiatry. 2008 Aug;193(2):114-20
DOI : 10.1192/bjp.bp.107.043109

Koch K, Rus OG, Reeß TJ, Schachtzabel C, Wagner G, Schultz CC, Sorg C, Schlösser RG
Functional connectivity and grey matter volume of the striatum in schizophrenia
Br J Psychiatry. 2014 Sep;205(3):204-13
DOI : 10.1192/bjp.bp.113.138099

Koechlin E, Ody C, Kouneiher F
The architecture of cognitive control in the human prefrontal cortex
Science. 2003 Nov 14;302(5648):1181-5

Kong A et coll
Rate of de novo mutations and the importance of father’s age to disease risk
Nature. 2012 Aug 23;488(7412):471-5
DOI : 10.1038/nature11396.

Koponen H, Rantakallio P, Veijola J, Jones P, Jokelainen J, Isohanni M
Childhood central nervous system infections and thé risk of schizophrénie
Eur Arch Psychiatry Clin Neurosci. 2004 Feb;254(1):9-13

Kreczmanski P, Heinsen H, Mantua V, Woltersdorf F, Masson T, Ulfig N, Schmidt-Kastner R, Korr H, Steinbusch HW, Hof PR, Schmitz C
Volume, neuron density and total neuron number in five subcortical regions in schizophrenia
Brain. 2007 Mar;130(Pt 3):678-92

Kring AM, Gur RE, Blanchard JJ, Horan WP, Reise SP
The Clinical Assessment Interview for Negative Symptoms (CAINS): Final development and validation
Am J Psychiatry. 2013 Feb;170(2):165-72
DOI : 10.1176/appi.ajp.2012.12010109

Lane HY, Lin CH, Green MF, Hellemann G, Huang CC, Chen PW, Tun R, Chang YC, Tsai GE
Add-on treatment of benzoate for schizophrenia: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial of D-amino acid oxidase inhibitor
JAMA Psychiatry. 2013 Dec;70(12):1267-75
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2013.2159

Levkovitz Y, Mendlovich S, Riwkes S, Braw Y, Levkovitch-Verbin H, Gal G, Fennig S, Treves I, Kron S
A double blind randomized study of minocycline for the treatment of negative and cognitive symptoms in early phase schizophrenia
J Clin Psychiatry. 2010 Feb;71(2):138-49
DOI : 10.4088/JCP.08m04666yel

Li W, Ghose S, Gleason K, Begovic A, Perez J, Bartko J, Russo S, Wagner AD, Selemon L, Tamminga CA
Synaptic proteins in the hippocampus indicative of increased neuronal activity in CA3 in schizophrenia
Am J Psychiatry. 2015 Apr;172(4):373-82
DOI : 10.1176/appi.ajp.2014.14010123

Lim KO
Connections in schizophrenia
American Journal of Psychiatry 2007 ; 164 : 995-998

Lyketsos CG, Peters ME
Dementia in patients with schizophrenia. Evidence for heterogeneity
JAMA Psychiatry. 2015 Nov;72(11):1075-6
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2015.1745

MacCabe JH, Lambe MP, Cnattingius S, Sham PC, David AS, Reichenberg A, Murray RM, Hultman CM
Excellent school performance at age 16 and risk of adult bipolar disorder : national cohort study
Br J Psychiatry. 2010 Feb;196(2):109-15
DOI : 10.1192/bjp.bp.108.060368

MacCabe JH, Wicks S, Löfving S, David AS, Berndtsson Å, Gustafsson JE, Allebeck P, Dalman C
Decline in cognitive performance between ages 13 an 18 years and the risk for psychosis in adulthood
JAMA Psychiatry. 2013 Mar;70(3):261-70
DOI : 10.1001/2013.jamapsychiatry.43

Mackay E, Dalman C, Karlsson H, Gardner RM
Association of gestational weight gain and maternal Body Mass Index in early pregnancy with risk for non-affective psychosis in offspring
JAMA Psychiatry. 2017 Apr 1;74(4):339-349
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2016.4257

Malaspina D
Looking schizophrenia in the eye
Am J Psychiatry. 2013 Dec;170(12):1382-4
DOI : 10.1176/appi.ajp.2013.13081136

Malaspina D, Coleman E
Olfaction and social drive in schizophrenia
Arch Gen Psychiatry. 2003 Jun;60(6):578-84

Marwaha S, Johnson S, Bebbington P, Stafford M, Angermeyer MC, Brugha T, Azorin JM, Kilian R, Hansen K, Toumi M
Rates and correlates of employment in people with schizophrenia in the UK, France and Germany
Br J Psychiatry. 2007 Jul;191:30-7

Mattai A, Hosanagar A, Weisinger B, Greenstein D, Stidd R, Clasen L, Lalonde F, Rapoport J, Gogtay N
Hippocampal volume development in healthy siblings of childhood-onset schizophrenia patients
Am J Psychiatry. 2011 Apr;168(4):427-35
DOI : 10.1176/appi.ajp.2010.10050681

McGowan S, Lawrence AD, Sales T, Quested D, Grasby P
Presynaptic dopaminergic dysfunction in schizophrenia. A positron émission tomographie 18F-fluorodopa study
Arch Gen Psychiatry. 2004 Feb;61(2):134-42

McGrath JJ, Eyles DW, Pedersen CB, Anderson C, Ko P, Burne TH, Norgaard-Pedersen B, Hougaard DM, Mortensen PB
Neonatal vitamin D status and risk of schizophrenia
Arch Gen Psychiatry. 2010 Sep;67(9):889-94
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2010.110

McGuffin P et Power RA
Schizophrenia as a human leukocyte antigen-associated disease revisited
Am J Psychiatry 2013; 170: 8, 821–823
DOI : 10.1176/appi.ajp.2013.13030336.

McGurk SR, Mueser KT, Feldman K, Wolfe R, Pascaris A
Cognitive training for supported employment: 2-3 year outcomes of a randomized controlled trial
Am J Psychiatry. 2007 Mar;164(3):437-41

Mehta UM, Bhagyavathi HD, Kumar CN, Thirthalli J, Gangadhar BN
Cognitive deconstruction of parenting in schizophrenia: the role of theory of mind
Aust N Z J Psychiatry. 2014 Mar;48(3):249-58
DOI : 10.1177/0004867413500350

Meier MH, Shalev I, Moffitt TE, Kapur S, Keefe RS, Wong TY, Belsky DW, Harrington H, Hogan S, Houts R, Caspi A, Poulton R
Microvascular abnormality in schizophrenia as shown by retinal imaging
Am J Psychiatry. 2013 Dec;170(12):1451-9
DOI : 10.1176/appi.ajp.2013.13020234

Meier SM, Petersen L, Pedersen MG, Arendt MC, Nielsen PR, Mattheisen M, Mors O, Mortensen PB
Obsessive-Compulsive Disorder as a risk factor for schizophrenia. A nationwide study
JAMA Psychiatry. 2014 Nov;71(11):1215-21
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2014.1011

Meyer U, Feldon J, Yee BK
A review of the fetal brain cytokine imbalance hypothesis of schizophrenia
Schizophr Bull. 2009 Sep;35(5):959-72
DOI : 10.1093/schbul/sbn022

Miller BJ, Buckley P, Seabolt W, Mellor A, Kirkpatrick B
Meta-analysis of cytokine alterations in schizophrenia: clinical status and antipsychotic effects
Biol Psychiatry. 2011 Oct 1;70(7):663-71
DOI : 10.1016/j.biopsych.2011.04.013

Miller BJ, Culpepper N, Rapaport MH, Buckley P
Prenatal inflammation and neurodevelopment in schizophrenia: a review of human studies
Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry. 2013 Apr 5;42:92-100
DOI : 10.1016/j.pnpbp.2012.03.010

Mohamed S, Rosenheck R, Swartz M, Stroup S, Lieberman JA, Keefe RS
Relationship of cognition and psychopathology to functional impairment in schizophrenia
Am J Psychiatry. 2008 Aug;165(8):978-87
DOI : 10.1176/appi.ajp.2008.07111713

Morgan C, Reininghaus U, Reichenberg A, Frissa S; SELCoH study team, Hotopf M, Hatch SL
Adversity, cannabis use and psychotic experiences: evidence of cumulative and synergistic effects
Br J Psychiatry. 2014;204:346-53
DOI : 10.1192/bjp.bp.113.134452

Muller N, Myint AM, Schwarz MJ
Inflammation in schizophrenia
Adv Protein Chem Struct Biol. 2012;88:49-68
DOI : 10.1016/B978-0-12-398314-5.00003-9

Nettle D, Clegg H
Sciizotypy, creativity and mating success in humans
Proceedings royal society of London, 2006, 273:611-615

Nimgaonkar VL
Reduced fertility in schizophrenia: here to stay?
Acta Psychiatr Scand. 1998 Nov;98(5):348-53

O'Keane V, Meaney AM
Antipsychotic Drugs: A New Risk Factor for Osteoporosis in Young Women With Schizophrenia?
J Clin Psychopharmacol. 2005 Feb;25(1):26-31

Pajonk FG et coll
Hippocampal plasticity in response to exercise in schizophrenia
Arch Gen Psychiatry 2010 ; 67 (2) : 133-143

Pallanti S, Quercioli L, Hollander E
Social anxiety in outpatients with schizophrenia : a relevant cause of disability
Am J Psychiatry. 2004 Jan;161(1):53-8

Patterson PH
Immune involvement in schizophrenia and autism: Etiology, pathology and animal models
Behavioural Brain Research, 2009, 204, p 313-321

Pedersen MG, Stevens H, Pedersen CB, Nørgaard-Pedersen B, Mortensen PB
Toxoplasma infection and later development of schizophrenia in mothers
Am J Psychiatry. 2011 Aug;168(8):814-21
DOI : 10.1176/appi.ajp.2011.10091351

Pérez-Iglesias R, Tordesillas-Gutiérrez D, McGuire PK, Barker GJ, Roiz-Santiañez R, Mata I, de Lucas EM, Rodríguez-Sánchez JM, Ayesa-Arriola R, Vazquez-Barquero JL, Crespo-Facorro B
White matter integrity and cognitive impairment in first-episode psychosis
Am J Psychiatry. 2010 Apr;167(4):451-8
DOI : 10.1176/appi.ajp.2009.09050716

Perkins DO, Gu H, Boteva K, Lieberman JA
Relationship Between Duration of Untreated Psychosis and Outcome in First-Episode Schizophrenia: A Critical Review and Meta-Analysis
Am J Psychiatry. 2005 Oct;162(10):1785-804

Petersen L, Mortensen PB, Pedersen CB
Paternal age at birth of first child and risk of schizophrenia
Am J Psychiatry. 2011 Jan;168(1):82-8
DOI : 10.1176/appi.ajp.2010.10020252.

Potvin S, Stip E, Sepehry AA, Gendron A, Bah R, Kouassi E
Inflammatory cytokine alterations in schizophrenia: a systematic quantitative review
Biol Psychiatry. 2008 Apr 15;63(8):801-8

Power BD, Dragovic M, Jablensky A, Stefanis NC
Does accumulating exposure to illicit drugs bring forward the age at onset in schizophrenia?
Aust N Z J Psychiatry. 2013 Jan;47(1):51-8
DOI : 10.1177/0004867412461957

Power RA, Kyaga S, Uher R, MacCabe JH, Långstrom N, Landen M, McGuffin P, Lewis CM, Lichtenstein P, Svensson AC
Fecundity of patients with schizophrenia, autism, bipolar disorder, depression, anorexia nervosa, or substance abuse vs their unaffected siblings
JAMA Psychiatry. 2013 Jan;70(1):22-30
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2013.268.

Ragland JD, Laird AR, Ranganath C, Blumenfeld RS, Gonzales SM, Glahn DC
Prefrontal activation deficits during episodic memory in schizophrenia
Am J Psychiatry. 2009 Aug;166(8):863-74
DOI : 10.1176/appi.ajp.2009.08091307

Ran MS, Weng X, Chan CL, Chen EY, Tang CP, Lin FR, Mao WJ, Hu SH, Huang YQ, Xiang MZ
Different outcomes of never-treated and treated patients with schizophrenia
Br J Psychiatry. 2015 Dec;207(6):495-500
DOI : 10.1192/bjp.bp.114.157685

Reichenberg A, Caspi A, Harrington H, Houts R, Keefe RS, Murray RM, Poulton R, Moffitt TE
Static and dynamic cognitive deficits in childhood preceding adult schizophrenia: a 30-year study
Am J Psychiatry. 2010 Feb;167(2):160-9
DOI : 10.1176/appi.ajp.2009.09040574

Ribe AR, Laursen TM, Charles M, Katon W, Fenger-Grøn M, Davydow D, Chwastiak L, Cerimele JM, Vestergaard M
Long-term risk of dementia in persons with schizophrenia. A Danish population-based cohort study
JAMA Psychiatry. 2015 Nov;72(11):1095-101
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2015.1546

Roffman JL, Lamberti JS, Achtyes E, Macklin EA, Galendez GC, Raeke LH, Silverstein NJ, Smoller JW, Hill M, Goff DC
Randomized multicenter investigation of folate plus vitamin B12 supplementation in schizophrenia
JAMA Psychiatry. 2013 May;70(5):481-9
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2013.900

Roth TL, Lubin FD, Sodhi M, Kleinman JE
Epigenetic mechanisms in schizophrenia
Biochim Biophys Acta. 2009 Sep;1790(9):869-77
DOI : 10.1016/j.bbagen.2009.06.009

Roussos P, Katsel P, Davis KL, Bitsios P, Giakoumaki SG, Jogia J, Rozsnyai K, Collier D, Frangou S, Siever LJ, Haroutunian V
Molecular and genetic evidence for abnormalities in the nodes of Ranvier in schizophrenia
Arch Gen Psychiatry. 2012 Jan;69(1):7-15
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2011.110

Schnell T, Becker T, Thiel MC, Gouzoulis-Mayfrank E
Craving in patients with schizophrenia and cannabis use disorders
Can J Psychiatry. 2013 Nov;58(11):646-9

Schoder D, Hannequin D, Martinaud O, Opolczynski G, Guyant-Maréchal L, Le Ber I, Campion D
Morbid risk for schizophrenia in first-degree relatives of people with frontotemporal dementia
Br J Psychiatry. 2010 Jul;197(1):28-35
DOI : 10.1192/bjp.bp.109.068981

Seidman LJ, Faraone SV, Goldstein JM, Kremen WS, Horton NJ, Makris N, Toomey R, Kennedy D, Caviness VS, Tsuang MT
Left hippocampal volume as a vulnerability indicator for schizophrenia. A MRI morphometric study of nonpsychotic first-degree relatives
Arch Gen Psychiatry. 2002 Sep;59(9):839-49

Sekar A et al
Schizophrenia risk from complex variation of complement component 4
Nature. 2016 Feb 11;530(7589):177-83
DOI : 10.1038/nature16549

Sipos A, Rasmussen F, Harrison G, Tynelius P, Lewis G, Leon DA, Gunnell D
Paternal age and schizophrenia: a population based cohort study
BMJ. 2004 Nov 6;329(7474):1070
DOI : 10.1136/bmj.38243.672396.55

Sørensen HJ, Gamborg M, Sørensen TIA, Baker JL, Mortensen EL
Childhood body mass index and risk of schizophrenia in relation to childhood age, sex and age of first contact with schizophrenia
Eur Psychiatry. 2016 Apr;34:64-69
DOI : 10.1016/j.eurpsy.2016.01.2425

Sprong M, Schothorst P, Vos E, Hox J
Theory of mind in schizophrenia : meta analysis
Br J Psychiatry 2007; 191 : 5-13
DOI : 10.1192/bjp.bp.107.035899

Styner M, Lieberman JA, McClure RK, Weinberger DR, Jones DW, Gerig G
Morphometric analysis of lateral ventricles in schizophrenia and healthy controls regarding genetic and disease-specific factors
Proc Natl Acad Sci U S A. 2005 Mar 29;102(13):4872-7

Susser E, Keyes KM
Prenatal nutritional deficiency and psychosis: where do we go from here?
JAMA Psychiatry. 2017 Apr 1;74(4):349-350
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2016.4256

Swanson JW, Swartz MS, Van Dorn RA, Elbogen EB, Wagner HR, Rosenheck RA, Stroup TS, McEvoy JP, Lieberman JA
A National Study of violent behavior in persons with schizophrenia
Arch Gen Psychiatry. 2006 May;63(5):490-9

Sz(_r-(p
Spontaneous gamma activity in schizophrenia
JAMA Psychiatry. 2015 Aug;72(8):813-21
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2014.2642

Talaslahti T, Alanen HM, Hakko H, Isohanni M, Häkkinen U, Leinonen E
Mortality and causes of death in older patients with schizophrenia
Int J Geriatr Psychiatry. 2012 Nov;27(11):1131-7
DOI : 10.1002/gps.2833

Tamminga CA, Stan AD, Wagner AD
The hippocampal formation in schizophrenia
Am J Psychiatry. 2010 Oct;167(10):1178-93
DOI : 10.1176/appi.ajp.2010.09081187

Théberge J, Bartha R, Drost DJ, Menon RS, Malla A, Takhar J, Neufeld RW, Rogers J, Pavlosky W, Schaefer B, Densmore M, Al-Semaan Y, Williamson PC
Glutamate and glutamine measured with 4.0 T proton MRS in never-treated patients with schizophrénie and healthy volunteers
Am J Psychiatry. 2002 Nov;159(11):1944-6

Torrey EF et coll
Toxoplasma gondii and schizophrenia
Emerging Infectious Diseases 2003; 9: 1375-1380

Torrey EF et coll
Antibodies to Toxoplasma gondii in patients with schizophrenia: a meta-analysis
Schizophr Bull 2007; 33:729—736

Toulopoulou T, Picchioni M, Rijsdijk F, Hua-Hall M, Ettinger U, Sham P, Murray R
Substantial genetic overlap between neurocognition and schizophrenia
Arch Gen Psychiatry. 2007 Dec;64(12):1348-55

Tregellas JR, Ellis J, Shatti S, Du YP, Rojas DC
Increased hippocampal, thalamic, and prefrontal hemodynamic response to an urban noise stimulus in schizophrenia
Am J Psychiatry. 2009 Mar; 166(3): 354–360
DOI : 10.1176/appi.ajp.2008.08030411

Turkington D, Kingdon D, Turner T
Effectiveness of a brief cognitive-behavioral therapy intervention in thé treatment of schizophrenia
Br J Psychiatry. 2002 Jun;180:523-7

Ursu S, Kring AM, Gard MG, Minzenberg MJ, Yoon JH, Ragland JD, Solomon M, Carter CS
Prefrontal cortical deficits and impaired cognition-emotion interactions in schizophrenia
Am J Psychiatry. 2011 Mar;168(3):276-85
DOI : 10.1176/appi.ajp.2010.09081215

Van Erp TG, Saleh PA, Rosso IM, Huttunen M, Lönnqvist J, Pirkola T, Salonen O, Valanne L, Poutanen VP, Standertskjöld-Nordenstam CG, Cannon TD
Contributions of genetic risk and foetal hypoxia to hippocampal volume in patients with schizophrenia or schizoaffective disorder, their unaffected siblings, and healthy unrelated volunteers
Am J Psychiatry. 2002 Sep;159(9):1514-20

van Haren NE, Schnack HG, Cahn W, van den Heuvel MP, Lepage C, Collins L, Evans AC, Hulshoff Pol HE, Kahn RS
Changes in cortical thickness during the course of illness in schizophrenia
Arch Gen Psychiatry. 2011 Sep;68(9):871-80
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2011.88

Walterfang M, Velakoulis D
Callosal morphology in schizophrenia: what can shape tell us about function and illness?
Br J Psychiatry. 2014 Jan;204(1):9-11
DOI : 10.1192/bjp.bp.113.132357

Walterfang M, Wood AG, Reutens DC, Wood SJ, Chen J, Velakoulis D, McGorry PD, Pantelis C
Morphology of the corpus callosum at different stages of schizophrenia : cross-sectional study in first-episode and chronic illness
Br J Psychiatry. 2008 Jun;192(6):429-34
DOI : 10.1192/bjp.bp.107.041251

Walters JT, Rujescu D, Franke B, Giegling I, Vásquez AA, Hargreaves A, Russo G, Morris DW, Hoogman M, Da Costa A, Moskvina V, Fernández G, Gill M, Corvin A, O'Donovan MC, Donohoe G, Owen MJ
The role of the major histocompatibility complex region in cognition and brain structure: a schizophrenia GWAS follow-up
Am J Psychiatry. 2013 Aug;170(8):877-85
DOI : 10.1176/appi.ajp.2013.12020226

Weiser M
Early intervention for schizophrenia: The risk-benefit ratio of antipsychotic treatment in the prodromal phase
Am J Psychiatry. 2011 Aug;168(8):761-3
DOI : 10.1176/appi.ajp.2011.11050765

Wicks S, Hjern A, Dalman C
Social risk or genetic liability for psychosis ? A study of children born in Sweden and reared by adoptive parents
Am J Psychiatry. 2010 Oct;167(10):1240-6
DOI : 10.1176/appi.ajp.2010.09010114

Wykes T, Huddy V, Cellard C, McGurk SR, Czobor P
A meta-analysis of cognitive remediation for schizophrenia: methodology and effect sizes
Am J Psychiatry. 2011 May;168(5):472-85
DOI : 10.1176/appi.ajp.2010.10060855

Zammit S, Allebeck P, David AS, Dalman C, Hemmingsson T, Lundberg I, Lewis G
A longitudinal study of premorbid IQ Score and risk of developing schizophrenia, bipolar disorder, severe depression, and other nonaffective psychoses
Arch Gen Psychiatry. 2004 Apr;61(4):354-60

Zammit S, Lewis G, Rasbash J, Dalman C, Gustafsson JE, Allebeck P
Individuals, schools, and neighborhood. Arch Gen Psychiatry
Arch Gen Psychiatry. 2010 Sep;67(9):914-22
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2010.101

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Autres fiches patients

Diarrhée aiguë de l'adulte - I / Les mots et les faits On parle de diarrhée lorsqu’il y a plus de deux selles liquides par [...]

Intolérance au lactose - I / Les mots et les faits Lactose : principal glucide (sucre) du [...]

Examens complémentaires - I /Les mots et les faits En médecine, l'examen clinique [...]

Cystite aiguë de la femme - I / Les mots et les faits Cystite aiguë : C’est l’infection du bas appareil urinaire : [...]

Tendinites - I /Les mots et les faits Tendon : tissu robuste et faiblement [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Les cadres mentaux sont des prisons de longue durée.
― Fernand Braudel

La phrase biomédicale aléatoire

Où s'arrête et où commence le handicap ? C'est une question de définition. Selon les statistiques françaises, sur soixante millions d'habitants, on en compte de deux cent mille à vingt deux millions. De la tétraplégie à la myopie légère, nous sommes (presque) tous des handicapés. Il y a quelques décennies, la frontière s'arrêtait à la couleur des cheveux, à la gaucherie ou à la préférence sexuelle.
― Patrick Lemoine & François Lupu

Vous aimerez aussi ces humeurs...

La cigarette au cinéma - Les producteurs de films ont une obsession budgétaire bien compréhensible. La [...]

Réflexions hygiénistes du haut de mon vélo - Pour mes visites en ville, le vélo, que j’utilise beaucoup plus que l’automobile semble plus [...]

À la recherche des contrées spermatiques - Parfois les chiffres s’expriment d’eux-mêmes sans qu’il soit nécessaire de les faire [...]

Des dépistages inutiles aux dépistages dangereux - La controverse sur les dépistages organisés des cancers ne cesse d’enfler. Après la [...]

De l’épisiotomie à l'épistémologie - L’épisiotomie offre un excellent modèle de réflexion sur l’histoire du soin préventif. [...]

Haut de page