lucperino.com

Sexisme pittoresque de la médecine

humeur du 07/10/2018

Les médecins de l’ancienne Egypte considéraient l’hystérie féminine et les sorcelleries qui en émanaient, comme le résultat d’une errance de l’utérus. Par ailleurs, l’ibis, grand destructeur de sauterelles était un oiseau sacré. On comprend alors pourquoi les papyrus médicaux pharaoniques stipulaient de faire entrer par la vulve les fumées d’un ibis de cire placé sur des charbons ardents pour faire revenir l’utérus à sa place. On ignore cependant le nombre de brûlures vulvaires secondaires à cette thérapeutique.  

Avec un sens aigu de l’observation, les médecins du XVII° siècle, avaient remarqué que les femmes en cours de grossesse n’avaient plus de règles. Ainsi, lorsqu’une femme enceinte était frappée de quelque fièvre ou fatigue soudaine, l’Académie, déduisant qu’elle devait être « engorgée » par tout ce sang accumulé au fil des mois, conseillait de pratiquer la saignée. La pratique a persisté jusqu’en 1850 et nous ignorons toujours le nombre de femmes et d'embryons victimes de cette théorie.

Plus récemment, dans l’Occident des années 1970, la ménopause, indemne de sorcellerie et d’engorgement sanguin, a été plus savamment considérée comme une maladie, et soignée comme telle. La théorie était aussi sexiste et farfelue que les deux précédentes, mais les progrès statistiques ont ici permis de constater l’augmentation considérable de cancers du sein qui en a découlé.

Aujourd’hui, les progrès des sciences biomédicales et de la statistique, nous permettent de découvrir un nombre de plus en plus importants de maladies auto-immunes dont la plupart touchent essentiellement les femmes. Cette différence peut avoir une composante hormonale, mais elle est plus probablement due aux ajustements immunitaires que la présence d’un embryon « à moitié étranger » impose à sa mère.
En raison, de leur caractère cyclique et de la très grande variété et variabilité de leurs symptômes, ces maladies ont été longtemps classées comme psychosomatiques, et certaines le sont encore. Le mal étant décrété « dans la tête » et non dans le système immunitaire, les femmes ont été victimes des abus thérapeutiques de cette catégorisation psychique. Opiacés, tranquillisants et antidépresseurs continuent d’emprisonner nombre de femmes dans l’addiction.

L’importante féminisation actuelle du corps médical pourrait être un moyen d’atténuer le sexisme lié à notre ignorance biologique ? J’en cultive l’espoir, et j’encourage vivement les plus diplômées et les plus expérimentées de mes consœurs à y travailler avec la rigueur scientifique exigée pour un tel sujet. Et je propose, avec toute la neutralité de genre qui convient, de les accompagner dans ce passionnant exercice clinique.

Bibliographie

Académie de médecine
Cancer du sein et THS
Rapport du 18.2.2008

Bardinet Thierry
Les papyrus médicaux de l'égypte pharaonique
Fayard, 1995

Benros ME, Nielsen PR, Nordentoft M, Eaton WW, Dalton SO, Mortensen PB
Autoimmune diseases and severe infections as risk factors for schizophrenia: a 30-year population-based register study
Am J Psychiatry. 2011 Dec;168(12):1303-10
DOI : 10.1176/appi.ajp.2011.11030516

Benros ME, Waltoft BL, Nordentoft M, Østergaard SD, Eaton WW, Krogh J, Mortensen PB
Autoimmune Diseases and Severe Infections as Risk Factors for Mood Disorders. A Nationwide Study
JAMA Psychiatry. 2013;70(8):812-820
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2013.1111

Beral V, Bull D, Reeves G; Million Women Study Collaborators
Endometrial cancer and hormone-replacement therapy in the Million Women Study
Lancet. 2005 Apr 30-May 6;365(9470):1543-51

Davison K
Autoimmunity in psychiatry
Br J Psychiatry. 2012 May;200(5):353-5
DOI : 10.1192/bjp.bp.111.104471

Delévaux I, Chamoux A, Aumaître O
Stress et auto-immunité
La revue de médecine interne, 34 (2013) 487-492

Faure Olivier
Histoire sociale de la médecine
Anthropos Historiques, 1994

Writing Group for the Women's Health Initiative Investigators
Risks and Benefits of Estrogen Plus Progestin in Healthy Postmenopausal WomenPrincipal Results From the Women's Health Initiative Randomized Controlled Trial
JAMA. 2002;288(3):321-333
DOI : 10.1001/jama.288.3.321

 

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Être sous... - Prendre le train, prendre sa valise, prendre des photos ou prendre le pain et les enfants [...]

Un comprimé contre cent kilos de sucre - La consommation annuelle de sucre en Europe en 1830 était de 5 kilos par an et par [...]

Illogisme et dépression - Selon un sondage BVA, commandé par la chaire Santé de Sciences Po, les Français sont [...]

Qui détient la médecine ? - La médecine a deux buts : prolonger la vie et améliorer sa qualité. Comme pour toute [...]

Dépression : un traitement n’est pas un diagnostic - Une étude vient de conclure à l’efficacité des antidépresseurs dans la dépression. Il [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Ce qui pose problème aujourd'hui, c'est qu'à force d'essayer de se rapprocher de la science biomédicale, pour en partager la légitimité, le prestige et les ressources, la santé publique a fini par renoncer à défendre ses valeurs, en préférant les dissimuler sous les oripeaux d'un objectivisme scientiste.
Ce renoncement porte préjudice à la prévention...
― Patrick Peretti-Watel & Jean-Paul Moatti

Haut de page