lucperino.com

N’épousez pas de vieux messieurs

humeur du 12/11/2018

À leur naissance, les femmes ont un stock limité d’ovocytes dont certains subiront une maturation aboutissant à la libération régulière d’ovules entre la puberté et la ménopause. Chez les hommes, inversement, les cellules germinales souches disponibles à la naissance ne cesseront de se diviser pour émettre quotidiennement un nombre infini de spermatozoïdes.  

Ainsi un ovule est une cellule neuve, alors qu’un spermatozoïde est le résultat d’un nombre infini de divisions cellulaires. La génétique de base nous apprend que chaque division cellulaire s’accompagne inévitablement de mutations dites « de novo ».  
Plus un père est âgé, plus il transmet de mutations de novo à son enfant. Un père de 20 ans en transmet environ 25, un père de 40 ans en transmet 65, alors qu’une mère n’en transmet qu’une dizaine quel que soit son âge.

Cette base théorique est confirmée par les données cliniques. Le risque global de malformations augmente parallèlement à l’âge du père : 1,5 % pour les pères âgés de 25 à 29 ans ; 4 % pour les pères de 30 à 35 ans ; 8 % pour les pères de 40 à 49 ans ; 15 % pour les pères de plus de 50 ans.
Le cerveau étant un organe comme les autres, les maladies psychiatriques ne font pas exception dans ce tableau. Les pères de plus de 50 ans ont un risque 3 fois plus élevé d’avoir un enfant autiste que les pères de moins de 30 ans, et jusqu’à 6 fois plus pour l’autisme de haut niveau. L’âge de la mère semble n’avoir aucun impact sur cette pathologie. Un père de plus de 55 ans a deux fois plus de chance d’avoir un fils schizophrène et 3,5 fois plus pour une fille. Là encore, le risque relatif augmente régulièrement par tranche de 10 ans d’âge du père.
Même constat pour certaines maladies rares comme le syndrome d’Apert dont la fréquence augmente proportionnellement à l’âge du père.
Des études plus récentes montrent que des risques que l’on croyait liés exclusivement à l’âge maternel, comme le diabète gestationnel et la prématurité, sont aussi majorés par l’âge paternel. Enfin, la mortalité, toutes causes confondues, double chez les enfants nés de père de plus de 50 ans.

Certes, toutes les pathologies citées ici sont multifactorielles, mais quelles que soient les autres causes, le risque global est toujours multiplié par le nombre de mutations de la spermatogenèse. De plus, les mutations de chaque division cellulaire dépendent aussi de la durée d’exposition à des polluants mutagènes. Par exemple, il y a plus de leucémies chez les enfants de père tabagique.

Dans nos sociétés complexes, le choix d’hommes plus âgés ou de meilleur statut social peut être une garantie de ressources. Cette contribution matérielle pourrait être préférée à la contribution génétique d’un jeune géniteur. Cependant ni les biologistes ni les médecins ne peuvent encourager un tel choix.

Bibliographie

Brown AS, Schaefer CA, Wyatt RJ, Begg MD, Goetz R, Bresnahan MA, Harkavy-Friedman J, Gorman JM, Malaspina D, Susser ES
Paternal age and risk of schizophrenia in adult offspring
Am J Psychiatry. 2002 Sep;159(9):1528-33

Byrne M, Agerbo E, Ewald H, Eaton WW, Mortensen PB
Parental age and risk of schizophrenia: a case-control study
Arch Gen Psychiatry. 2003 Jul;60(7):673-8

De La Rochebrochard E, Thonneau P
Paternal age >or=40 years: an important risk factor for infertility
Am J Obstet Gynecol. 2003 Oct;189(4):901-5

Frans EM, Sandin S, Reichenberg A, Långstrom N, Lichtenstein P, McGrath JJ, Hultman CM
Autism risk across generations. A population-based study of advancing grandpaternal and paternal age
JAMA Psychiatry. 2013 May;70(5):516-21
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2013.1180

Goriely A, McGrath JJ, Hultman CM, Wilkie AO, Malaspina D
"Selfish spermatogonial selection": a novel mechanism for the association between advanced paternal age and neurodevelopmental disorders
Am J Psychiatry. 2013 Jun;170(6):599-608
DOI : 10.1176/appi.ajp.2013.12101352.

Hultman CM, Sandin S, Levine SZ, Lichtenstein P, Reichenberg A
Advancing paternal age and risk of autism: new evidence from a population-based study and a meta-analysis of epidemiological studies
Mol Psychiatry. 2011 Dec;16(12):1203-12
DOI : 10.1038/mp.2010.121.

Khandwala YS, Baker VL, Shaw GM, Stevenson DK, Faber HK, Lu Y, Eisenberg ML
Association of paternal age with perinatal outcomes between 2007 and 2016 in the United States: population based cohort study
BMJ 2018;363:k4372
DOI : 10.1136/bmj.k4372

Kondrashov A et coll
The rate of human mutation
Nature: 2012; 488: 467-8
DOI : 10.1038/488467a.

Kong A et coll
Rate of de novo mutations and the importance of father’s age to disease risk
Nature. 2012 Aug 23;488(7412):471-5
DOI : 10.1038/nature11396.

Lemaître JF, Gaillard JM
Reproductive senescence: new perspectives in the wild
Biol Rev Camb Philos Soc. 2017 Nov;92(4):2182-2199
DOI : 10.1111/brv.12328

Milne E, Greenop KR, Scott RJ, Bailey HD, Attia J, Dalla-Pozza L, de Klerk NH, Armstrong BK
Parental prenatal smoking and risk of childhood acute lymphoblastic leukemia
Am J Epidemiol 2012 ; 175 : 43-53

Petersen L, Mortensen PB, Pedersen CB
Paternal age at birth of first child and risk of schizophrenia
Am J Psychiatry. 2011 Jan;168(1):82-8
DOI : 10.1176/appi.ajp.2010.10020252.

Sipos A, Rasmussen F, Harrison G, Tynelius P, Lewis G, Leon DA, Gunnell D
Paternal age and schizophrenia: a population based cohort study
BMJ. 2004 Nov 6;329(7474):1070
DOI : 10.1136/bmj.38243.672396.55

Tsuchiya KJ et col
Paternal age at birth and high-functioning autistic-spectrum disorder in offspring
Br Journal of Psychiatry 2008, 193-10 : 316–321
DOI : 10.1192/bjp.bp.107.045120

Yang Q, Wen SW, Leader A, Chen XK, Lipson J, Walker M
Paternal age and birth defects: how strong is the association ?
Human Reproduction 2007 22(3):696-701

Zhu JL, Vestergaard M, Madsen KM, Olsen J
Paternal age and mortality in children
Eur J Epidemiol 2008 ; 23 : 443-7
DOI : 10.1007/s10654-008-9253-3

 

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

L'erreur n'est pas toujours le médicament - Le Thalidomide® et le Distilbène® font partie de ces gros scandales de l’histoire de [...]

Antibiotiques à l'envi - Les résistances aux sulfamides, à la pénicilline ou à la streptomycine ont été constatées [...]

Observance et éducation thérapeutique - L’observance thérapeutique est un sujet de grande importance pour une médecine qui se [...]

Divertissement nucléaire - La mort par armes à feu est un problème de santé individuelle, sauf dans certains pays comme [...]

Vaccins en général et en particulier - La communication sur les vaccins se fait souvent sans nuance, tant par les ministères qui les [...]

La phrase biomédicale aléatoire

En médecine, la logique du choix suggère que le fait de choisir se cantonne à des moments spécifiques. La logique du soin, par contraste, suggère que l'ajustement entre elles de nombreuses variables visqueuses de la vie est un processus continu.
― Annemarie Mol

Sexe / Genre / Appariement

• Genre : différences sexuelles du cerveau. • Genre : Disparité de genre : complexe MSL [...]

Haut de page