lucperino.com

L'allégé fait grossir

humeur du 14/11/2019

Dans chaque pays existe une parfaite corrélation entre les chiffres de vente d’aliments allégés (light) et le pourcentage de citoyens en surpoids et d’obèses morbides. Cette constatation, sans idée préconçue, peut conduire à deux conclusions très différentes.
Les uns trouveront logique que la vente de produits light se développe lorsque l’obésité augmente. Les autres concluront que le light n’a aucun effet sur l’incidence de l’obésité. L’idée première du commerçant est de voir le light comme un marché porteur dans un pays ou l’obésité est fréquente. Alors que le constat du clinicien est de voir l’échec des produits allégés sur la réduction d’incidence de l’obésité.
Ces deux conclusions sont exactes et chaque observateur peut se féliciter de sa logique. Oui, le light est un marché porteur. Non, le light ne sert à rien.
Mais dans l’imbroglio des relations entre le commerce sanitaire et les sciences biomédicales, il serait surprenant que des conclusions aussi instinctives puissent être validées par la science.
La vérité est en effet plus complexe : le light fait grossir.
Les marchands peuvent se réjouir d’une telle conclusion favorisant un marché circulaire qui prospère du seul fait de son existence (comme ceux des sucres, jeux-vidéos, psychotropes, ou déodorants qui s’autopromeuvent par la dépendance qu’ils créent). Par contre, les cliniciens doivent s’alarmer de cette découverte contre-intuitive puisque leur prescription devient alors nuisible aux patients.

Après avoir montré que le traitement de l’obésité ne peut passer ni par des alicaments, ni par des médicaments, la science a cherché à comprendre le paradoxe du light qui fait grossir. Elle a déjà plusieurs réponses.
Les édulcorants de synthèse sont non seulement inefficaces, ils sont aussi nuisibles en favorisant l’intolérance au glucose par un mécanisme probablement lié à des modifications du microbiote.
Chez les enfants, les boissons light au goût sucré sont encore plus toxiques que les boissons sucrées, car elles affectent encore plus négativement et plus durablement leur comportement alimentaire. Chez l’adulte les sodas light favorisent l’insulino-résistance et le diabète de type 2. Chez les femmes enceintes, elles augmentent, en sus, le risque d’accouchement prématuré pour des raisons encore imprécises.

Enfin la physiologie éclaire ce paradoxe. Un édulcorant de synthèse émet dans la bouche un signal sucré qui informe l’organisme d’une arrivée prochaine de sucre, il mobilise donc l’insuline et limite la libération des réserves de sucre ; et comme l’apport sucré n’a pas lieu, il s’ensuit une authentique hypoglycémie qui stimule l’appétit. Ce qui n’était pas le but !
J’en profite pour disculper la majorité des obèses qui ne sont pas responsables de leur obésité, car cette pathologie se forge avant l’âge de 6 ans et même dans la vie intra-utérine. Pardonnons aussi aux parents auxquels on n’avait pas dit que le Bon Dieu a mis Homo sapiens debout pour qu’il ne cesse jamais de marcher.

Bibliographie

Eagle TF, Sheetz A, Gurm R, Woodward AC, Kline-Rogers E, Leibowitz R, Durussel-Weston J, Palma-Davis L, Aaronson S, Fitzgerald CM, Mitchell LR, Rogers B, Bruenger P, Skala KA, Goldberg C, Jackson EA, Erickson SR, Eagle K
Understanding childhood obesity in America: linkages between household income, community resources, and children’s behaviors
Am Heart J. 2012 May;163(5):836-43
DOI : 10.1016/j.ahj.2012.02.025

Fagherazzi G, Vilier A, Saes Sartorelli D, Lajous M, Balkau B, Clavel-Chapelon F
Consumption of artificially and sugar-sweetened beverages and incident type 2 diabetes in the Etude Epidemiologique auprès des femmes de la Mutuelle Generale de l'Education Nationale
Am J Clin Nutr. 2013 Mar;97(3):517-23
DOI : 10.3945/ajcn.112.050997

Foreyt J, Kleinman R, Brown RJ, Lindstrom R
The use of low-calorie sweeteners by children: implications for weight management
J Nutr. 2012 Jun;142(6):1155S-62S
DOI : 10.3945/jn.111.149609

Fowler SP, Williams K, Resendez RG, Hunt KJ, Hazuda HP, Stern MP
Fueling the obesity epidemic ? Artificially sweetened beverage use and long term weight gain
Obesity (Silver Spring). 2008 Aug;16(8):1894-900
DOI : 10.1038/oby.2008.284

Halldorsson TI, Strøm M, Petersen SB, Olsen SF
Intake of artificially sweetened soft drinks and risk of preterm delivery : a prospective cohort study of 59 334 Danish pregnant women
Am J Clin Nutr. 2010 Sep;92(3):626-33
DOI : 10.3945/ajcn.2009.28968

Hawkins SS, Cole TJ, Law C
Maternal employment and early childhood overweight : findings from the UK Millennium Cohort Study
Int J Obes (Lond). 2008 Jan;32(1):30-8

Liu X, Forbes EE, Ryan ND, Rofey D, Hannon TS, Dahl RE
Rapid eye movement sleep in relation to overweight in children and adolescents
Arch Gen Psychiatry. 2008 Aug;65(8):924-32
DOI : 10.1001/archpsyc.65.8.924

Palmer JR, Boggs DA, Krishnan S, Hu FB, Singer M, Rosenberg L
Sugar-Sweetened Beverages and Incidence of Type 2 Diabetes Mellitus in African American Women
Arch Intern Med. 2008 Jul 28;168(14):1487-92
DOI : 10.1001/archinte.168.14.1487

Radnitz C, Byrne S, Goldman R, Sparks M, Gantshar M, Tung K
Food cues in children's television programs
Appetite. 2009 Feb;52(1):230-3
DOI : 10.1016/j.appet.2008.07.006

Reilly JJ, Armstrong J, Dorosty AR, Emmett PM, Ness A, Rogers I, Steer C, Sherriff A; Avon Longitudinal Study of Parents and Children Study Team
Early life risk factors for obesity in childhood : cohort study
BMJ. 2005 Jun 11;330(7504):1357

Stellman SD, Garfinkel L
Artificial sweetener use and one-year weight change among women
Prev Med. 1986 Mar;15(2):195-202

Suez J, Korem T, Zeevi D, Zilberman-Schapira G, Thaiss CA, Maza O, Israeli D, Zmora N, Gilad S, Weinberger A, Kuperman Y, Harmelin A, Kolodkin-Gal I, Shapiro H, Halpern Z, Segal E, Elinav E
Artificial sweeteners induce glucose intolerance by altering the gut microbiota
Nature. 2014 Oct 9;514(7521):181-6
DOI : 10.1038/nature13793

Toews I, Lohner S, Küllenberg de Gaudry D, Sommer H, Meerpohl JJ
Association between intake of non-sugar sweeteners and health outcomes: systematic review and meta-analyses of randomised and non-randomised controlled trials and observational studies
BMJ 2019;364:k4718
DOI : 10.1136/bmj.k4718

Yücel O, Kinik ST, Aka S
Diagnosis of a trend towards obesity in preschool children: a longitudinal study
Eur J Pediatr. 2011 Jun;170(6):751-6
DOI : 10.1007/s00431-010-1343-z

 

Statistiques abonnés

Nombre d'abonnés actuels : 2689

Répartition par activité :
Professions de santé : 33,2%   /   Médecins : 30,1%   /   Administration, services et tertiaire : 11,2%   /   Sciences humaines et sociales : 8,9%   /    Sciences de la vie et de la terre : 7,2%   /   Autres sciences et techniques : 3,5%   /   Médias et communication :3,3%   /     Art et artisanat : 1,9%   /   Economie, commerce, industrie : 0,8%

Répartition par année de naissance
De 1930 à 1939 : 2,3%   /    De 1940 à 1949 : 13,6%   /   De 1950 à 1959 : 25,3%   /   De 1960 à 1969 : 28,5%   /   De 1970 à 1979 : 17,3%   /   De 1980 à 1989 :9,6%   /   Après 1990 : 3,4%

Répartition par choix d'inscription
Intérêt professionnel : 66,6%   /   Simple curiosité : 22,4%   /   Patient, proche de patient ou association de patients : 8,5%   /   Thèse ou études en cours : 2,5%

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Douleurs en souffrance - Les centres anti-douleur ont été créés dans les années 1970. L'algologie devint alors une [...]

Il faut instituer le crime anthropologique - Il n’est pas certain qu’une chronique médicale soit le bon endroit pour parler de cette [...]

Contraception : où est passé le mode d’emploi -   Depuis l’introduction de la pilule dans les années soixante, notre pays fait partie de [...]

Le médecin expert de demain - On ne cesse de s’interroger sur l’évolution et l’avenir de la médecine. Vulgarisation [...]

Migraine d'un économiste - Ce matin-là, il sifflote, la vie est plutôt belle. Dans sa boîte aux lettres, pourtant [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Dans le contexte culturel libéral, un positionnement éthique qui revendiquerait explicitement sa prévalence au point de mettre en péril les autres représentations serait immédiatement disqualifié d’un point de vue éthique. Il serait vécu comme un coup de force idéologique trahissant les règles de jeu implicites et tacites de non-agression et de droit à la différence. Le souhait de plus en plus actif de formaliser l’éthique par la forme juridique ou réglementaire, outre le fait de permettre un fonctionnement social, est peut-être avant tout le désir de clore rapidement le débat afin qu’il ne dérape pas.
― Marc Grassin et Frédéric Pochard

Haut de page