lucperino.com

Croissance des enfants en haute altitude

dernière mise à jour le 18/11/2020

La croissance staturale des jeunes enfants est ralentie en haute altitude

Les courbes de croissance de l’OMS sont la référence internationale pour apprécier la croissance linéaire des enfants de 0 à 5 ans (OMS, 2006). Leur utilisation implique que, quel que soit leur patrimoine génétique, tous les enfants ont un potentiel de croissance similaire durant les premières années de vie. Cependant, les courbes de l’OMS ont été établies avec les mensurations d’enfants qui résidaient en-dessous de 1 500 m d’altitude. Sont-elles adéquates pour apprécier la croissance en taille des enfants vivant en haute altitude ? La question est importante car 12 % de la population mondiale vit à 1 500 m ou plus au-dessus du niveau de la mer.

Pour répondre à cette question deux chercheurs d’Addis-Abeba (Éthiopie) ont revu 133 enquêtes démographiques et de santé - des enquêtes transversales avec échantillonnage en « grappes », ou clusters -, menées de 1992 à 2018 dans 59 pays à revenus bas ou moyens.

La mesure de la taille de 964 299 enfants de 0-5 ans fait partie des données de 96 552 « grappes » pour lesquelles l’altitude est connue (extrêmes : – 372, 5 951 m au-dessus du niveau de la mer). L’écart de chaque mesure avec la médiane de la taille pour l’âge des courbes de l’OMS est exprimé sous forme d’un z-score, le nombre de déviations-standards par rapport à la médiane.

z-score proche de – 2 unités à 2 ans pour les enfants vivant à plus de 1 500 m d’altitude
La haute altitude est associée à un retard de la croissance en taille. Les jeunes enfants qui vivent à ≥ 1 500 m d’altitude (n = 106 441) et ceux qui vivent à < 1 500 m (n = 857 858), ont un retard de la croissance staturale (des z-scores négatifs) qui s’aggrave jusqu’à environ 2 ans. Ce retard est plus important chez les enfants vivant à ≥1 500 m, qui, en moyenne, sont plus petits à la naissance, ont un z-score proche de – 2 unités à 2 ans et ne présentent pas de rattrapage.

On ne peut pas définir un seuil à partir duquel l’altitude ralentit la croissance en taille. Sur l’ensemble des enfants, il y a une relation linéaire négative entre l’altitude et le z-score de la taille jusqu’à 2 000 m d’altitude, où le z-score moyen est proche de - 1,7 unité. Pour une augmentation de l’altitude de 1 000 m, le z-score de la taille diminue de 0,163 unité (Intervalle de Confiance de 95 % [IC de 95%] du coefficient de régression ajusté : - 0,205 à - 0,120).

La malnutrition joue un rôle modeste dans le retard de croissance en taille associé à l’altitude. Ainsi, les carences alimentaires au cours des deux premières années de vie n’ont pas d’influence sur lui, et les maladies, ou du moins des symptômes tels que la diarrhée, la fièvre et la toux, l’aggravent peu.

Une conséquence de l’hypoxie chronique
L’altitude a sûrement un impact propre sur la croissance en taille. Quand on restreint l’analyse aux singletons vivant dans des foyers « idéaux » (1 718 enfants ayant un accès à l’eau, à des installations sanitaires, à des soins de santé, etc.) le z-score de leur taille est proche de 0 jusqu’à 500 m d’altitude, puis il devient négatif. Pour une augmentation de l’altitude de 1 000 m, le z-score de la taille diminue de 0,183 unité (IC de 95% du coefficient de régression ajusté : - 0,341 à - 0,025).

Les résultats de cette étude montrent donc que la haute altitude entraîne un retard de la croissance staturale même chez les enfants vivant dans des foyers idéaux. En fait, ce retard de croissance fait suite à une restriction de la croissance fœtale due à l’exposition à une hypoxie chronique in utero. Faut-il en conclure que les courbes de l’OMS ne sont pas adéquates pour suivre la croissance des enfants vivant en haute altitude ? Considérant que le retard statural associé à la haute altitude ne traduit pas une adaptation physiologique, les auteurs récusent un changement de courbes de référence ; ils préconisent plutôt des interventions pendant la grossesse et la petite enfance pour améliorer la croissance pré et postnatale.

 

Abstract de Jean Marc Retbi d'après l'article :

Baye K, Hirvonen K. Evaluation of linear growth at higher altitudes. JAMA Pediatr. 2020;174(10):977-984.

DOI: 10.1001/jamapediatrics.2020.2386

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Sexe / Genre / Appariement

• Genre : différences sexuelles du cerveau. • Genre : Disparité de genre : complexe MSL [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Populisme du monofactoriel - On dit qu’un évènement est monofactoriel lorsqu’il a une cause unique. Inversement, [...]

Risque réel du syndrome d'hyperactivité infantile - La mode éditoriale du syndrome d'hyperactivité infantile ( TDAH ) n'est pas un hasard, car [...]

Santé, économie et démesure infectieuse - Les relations entre santé publique et économie sont certainement le plus gros casse-tête [...]

Les cordonniers du transhumanisme - Fort peu de sociologie suffit pour comprendre que les tenants et aboutissants du [...]

Lifting et Viagra® - Le lifting, hors les effets attendus, modifie aussi les signaux de l’appariement : symétrie [...]

Haut de page