lucperino.com

D’où vient l’endurance des humains à la marche ?

dernière mise à jour le 19/12/2020

Les pressions évolutives qui ont façonné la locomotion bipède exclusive des humains ont fait l'objet de recherches depuis Darwin, mais les origines de la marche à faible coût, des capacités de course et d'endurance des humains restent incertaines.

Cet article passe en revue les déterminants anatomiques et physiologiques de l'économie locomotrice (par exemple, la longueur des membres et la posture) et l'endurance (par exemple, le volume musculaire et le type de fibre) et étudie le développement de cette excellente productivité et de cette endurance dans les archives fossiles d'hominidés. Les premiers hominidés étaient parfois bipèdes mais conservaient des caractéristiques du membre postérieur semblables à celles des singes qui limitaient leur économie de marche (marche à faible coût énergétique). Ensuite, avec l’évolution vers plus de bipédie,  la perte des membres antérieurs en poids et en propulsion aurait réduit l'endurance locomotrice et restreint le périmètre de marche bipède. L'australopithèque présentait des membres postérieurs plus longs, une posture allongée des membres et un milieu de pied rigide, suggérant une économie améliorée, semblable à celle de l'homme, mais leur endurance était probablement encore limitée par rapport aux humains modernes.

L'apparition de traits squelettiques liés à l'endurance (p.ex., articulations des membres plus grandes, arc plantaire en forme de ressort) chez Homo s’est faite de façon mosaïque. L’endurance plus complète serait apparue, il y a seulement environ 1 million d'années. Le développement des capacités d'endurance chez Homo semble être parallèle à l'augmentation de la taille du cerveau, à la sophistication cognitive et à la rentabilité métabolique.

Bibliographie

Pontzer H
Economy and Endurance in Human Evolution
Curr Biol. 2017 Jun 19;27(12):R613-R621
DOI : 10.1016/j.cub.2017.05.031

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Recevoir les humeurs, les fiches sanitaires et les articles

Vous inscrire maintenant... [...]

Vous aimerez aussi...

Hypothèse hygiéniste : abstract du livre de Rook. - De façon synthétique, l’hypothèse hygiéniste suggère que la récente augmentation des [...]

Le microbiote manipule l'appétit - Les microbes dans le tractus gastro-intestinal sont sous pression sélective pour manipuler le [...]

Amitié et sélection naturelle - Cette étude de l’université de Yale montre la proximité génétique entre amis. Nos amis ont [...]

Darwin en psychiatrie - Un peu de Darwin en psychiatrie   L’existence des maladies mentales et surtout leur [...]

Évolution de la virulence des bactéries : le brouillard phénotypique - Une des plus excitantes découvertes des dernières années dans l’étude des [...]

Haut de page