lucperino.com

Plusieurs fois cinq ans

humeur du 04/02/2021

Les lois de la sélection naturelle sont si simples qu’un enfant de 5 ans peut les comprendre. Qu’on m’amène alors un enfant de 5 ans, aurait répondu Groucho Marx. Pourtant beaucoup d’adultes, même savants, oublient que le hasard est le premier élément de ces lois. Il est erroné de dire que les éléphants d’Afrique ont des défenses de plus en plus courtes pour échapper aux trafiquants d’ivoire. Non, l’évolution n’a ni stratégie ni finalité, elle n’est pas téléologique, pour employer un gros mot. Le hasard des mutations fait varier la longueur des défenses et ceux qui ont les plus courtes défenses échappent plus souvent aux massacres et augmentent d’autant leurs chances de reproduction, donc leur nombre relatif.

Les virus sont beaucoup plus petits que les éléphants, les enfants de 5 ans peinent à comprendre qu’ils répondent pourtant aux mêmes lois. Parmi toutes les caractéristiques des éléphants, l’ivoire est celle qui intéresse le plus l’homme. Parmi toutes celles du virus, seules deux nous intéressent : la virulence et la contagiosité. Allez savoir pourquoi !

Si les éléphants se suffisent à eux-mêmes pour se reproduire, les virus en sont incapables, c’est pour cela que la contagiosité est le meilleur moyen d’augmenter leur progéniture. Je sens qu’un adulte attentif va en profiter pour me dire que la reproduction est donc une finalité de l’évolution. Comme je n’oserai pas lui répondre que c’est juste une caractéristique de la matière vivante, de guerre lasse, je lui dirai que je suis d’accord. Donc le virus se fout de sa virulence, seule sa contagiosité importe pour sa reproduction. La virulence n’est pas une bonne chose, car elle est aussi visible que les défenses pour un éléphant. La contagiosité c’est le Graal.

Revenons donc au hasard des mutations. Virus ou éléphants, l’aléa est toujours le même, Si une mutation rend un virus plus virulent, il se reproduira moins que les plus discrets, au mieux, son hôte s’immobilisera au fond de son lit, au pire, il mourra avec son hôte. Adieu la contagion. Ça, un bon nombre d’adultes l’on déjà compris. Bravo !

Imaginons maintenant qu’une mutation augmente la contagiosité, ce ne sera qu’un léger avantage pour un virus très discret, mais l’avantage sera plus important pour un virus moins discret dont les hôtes font tout pour limiter la propagation. Ainsi, dans le cas où il y a de fortes barrières à la contagion, les mutants les plus contagieux ont moins de concurrents et plus de chance d’accès à la reproduction.  Il faut juste espérer qu’une mutation de majoration de la virulence ne se produise pas chez un de ces mutants sélectionné par nos gestes barrières.

Ce ne serait même pas une vengeance contre ceux qui veulent le contrarier, ni un caprice ; ce serait juste l’évolution qui optimiserait sa reproduction. Cela est plus difficile à comprendre, même par ceux qui ont plusieurs fois 5 ans.

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Les maladies des assureurs - Beaucoup de maladies actuelles ont été inventées par des compagnies d’assurance. Le [...]

Publicité compassionnelle - Le 19 février, dans le Monde, une pleine page de publicité pour alerter l’opinion sur [...]

Non-causalité inversée - J'ai beaucoup de mal à expliquer à mes patients la différence entre causalité et [...]

Thérapies divines et divinatoires - J’ai récemment assisté à quatre enterrements de personnes âgées, d’une génération [...]

L'épidémiologie et le peuple - De toutes les disciplines de la médecine, l'épidémiologie est la plus complexe. Elle [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Le vieux rêve de Boissier de Sauvages, être le Linné des maladies n'est pas encore tout à fait oublié au XIX° siècle : les médecins continueront longtemps à herboriser longtemps dans le champ du pathologique.
― Michel Foucault

Haut de page