lucperino.com

Grippe en silence

humeur du 14/01/2017

Comme chaque hiver, la grippe sévit dans les pays tempérés, et cela ne changera probablement pas puisque cette maladie n’a jamais cessé de frapper l’homme et ses animaux domestiques depuis le néolithique. La grippe ne tue pas plus ni moins qu’il y a 20 ou 30 ans, et beaucoup moins qu’il y a cent ans. Quelques nouvelles réalités peuvent influencer modestement la mortalité : élevage intensif, augmentation démographique, transports facilités, allaitement artificiel, plus longue durée de vie, augmentation du nombre de prématurés et de personnes fragiles, autant de rançons de nos louables progrès.
Dire que cette pathologie est bénigne peut choquer les citoyens puisqu’elle tue des milliers de personnes chaque année. Dire qu’elle est grave fait sourire les infectiologues.

Comme toutes les maladies infectieuses, la grippe a une couverture médiatique et ministérielle qui dépasse largement sa réalité morbide. Qu’il nous soit donc autorisé, sans insulter les malheureuses victimes, d’effleurer le politiquement incorrect. Oui, la grippe tue des personnes âgées. Cependant, il est bon de rappeler que les maladies tumorales, infectieuses, cardio-vasculaires, neurodégénératives ou autres tuent toujours préférentiellement des personnes âgées. La sénescence est un facteur de risque universel.
Puisqu’il est impossible d’éradiquer la grippe, cette maladie multimillénaire qui saute allègrement d’un continent à l’autre en se jouant des masques, des hydro-alcools et des exterminations massives de canards, il faut alors s’attaquer à la sénescence. Tout particulièrement à l’immuno-sénescence qui, comme son nom l’indique, est le vieillissement du système immunitaire.

Il faut donc faire des recherches pour maintenir la jeunesse du système immunitaire au sein d’un organisme où la peau, les yeux, les reins, les cartilages, le foie, les muscles, les artères, les bronches, les dents, les yeux et les gonades vieillissent ?
Entre le fatalisme de mes propos ironiques et le catastrophisme qui entoure ce virus récurrent et familier, il y a un grand espace pour la raison.
Dans cet espace, le vaccin tient logiquement le premier rôle, mais hélas, cette vaccination souffre de trois défauts : une efficacité moyenne, une mauvaise cible et une propagande contre-productive. L’efficacité modeste vient de la grande mutabilité du virus. Les personnes âgées sont une mauvaise cible en raison précise de leur immuno-sénescence. Enfin, sa propagande désordonnée et tapageuse va jusqu’à agacer les médecins qui ont pourtant toujours été les meilleurs vecteurs des vaccinations silencieuses et efficaces.
En ces temps où les générations futures deviennent un leitmotiv pour dénoncer nos dérives, ce vaccin doit être destiné en priorité aux jeunes parents, aux femmes enceintes et aux soignants. Et surtout en silence...
Mais je réalise soudain le paradoxe de prôner le silence en le rompant soi-même. 

Bibliographie

Bhat N et al
Influenza-Associated Deaths among Children in the United States, 2003–2004
N Engl J Med 2005; 353:2559-2567 December 15, 2005

Bonmarin I, Belchior E, Lévy-Bruhl D
Impact of influenza vaccination on mortality in the French elderly population during the 2000-2009 period
Vaccine. 2015;33(9):1099-101

Lindsey B, Kampmann B, Jones C
Maternal immunization as a strategy to decrease susceptibility to infection in newborn infants
Curr Opin Infect Dis. 2013 Jun;26(3):248-53
DOI : 10.1097/QCO.0b013e3283607a58

Wrammert J et al
Broadly cross-reactive antibodies dominate the human B cell response against 2009 pandemic H1N1 influenza virus infection
J Exp Med. 2011 Jan 17;208(1):181-93
DOI : 10.1084/jem.20101352

Réécoutez les chroniques médicales

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Histoire simple des médicaments anti-obésité - Le Mysimba® vient d’obtenir son autorisation de mise sur le marché en Europe. Ce médicament [...]

Soigneurs et soignants - Le domaine du soin est vaste ; on peut soigner son jardin, sa voiture, ses enfants, son chat. [...]

L’inégalité d’accès aux soins n’est plus ce qu’elle était - Dans les années 1960, vingt ans après la création de la sécurité sociale, les dépenses de [...]

Prolactine, testostérone et viagra - Le saviez-vous ? Tout homme, quel que soit son âge, mis en présence d’un [...]

De l’épisiotomie à l'épistémologie - L’épisiotomie offre un excellent modèle de réflexion sur l’histoire du soin préventif. [...]

Autres fiches patients

Toux de l'enfant - I / Les mots et les faits La toux est une expiration brusque et bruyante, réflexe ou [...]

Coliques néphrétiques - I / Les mots et les faits Colique : contraction douloureuse et [...]

Obésité - I /Les mots et les faits Variabilité : ce terme définit la [...]

Céphalées - I / Les mots et les faits Une céphalée est une douleur ressentie à un endroit quelconque du [...]

Pleurs excessifs du nourrisson - I / Les mots et les faits Colique : contraction brutale et douloureuse d’un viscère creux [...]

Haut de page