lucperino.com

Étranges dégénérescences

humeur du 13/08/2021

Qui aurait pu s’en douter ? Le système immunitaire vieillit chez les personnes âgées. Il est mal venu de dire les « vieux », car cela sous-entend que l’on s’exclut du groupe que l’on nomme ; pourtant on dit les « jeunes » en s’excluant explicitement de leur groupe sans que cela semble péjoratif. D’un côté, la vieillesse est vue péjorativement, de l’autre on s’étonne des diverses dégénérescences qui l’accompagnent. Foin de ces hypocrisies, j’ose dire « les vieux » sans vergogne.

Le saviez-vous ? Tous les organes (peau, cristallin, tympan, rétine, muscles, os, cartilages, foie, reins, etc.) dégénèrent avec l’âge, tous les systèmes aussi (cognitif, sensoriel, immunitaire, cardiovasculaire, etc.)

Comment alors expliquer que, de temps à autre, une dégénérescence étonne subitement le monde médical et médiatique ? Sans ambiguïté, c’est toujours à cause d’un médicament. Comme si la connaissance progressait à rebours en médecine. Il suffit de constater qu’un produit fait vibrer une molécule pour que le tissu qui abrite cette molécule devienne dégénératif. Il faut alors trouver un nom de maladie à cette dégénérescence, car implicitement, une maladie peut se soigner. L’Avastin® a donné naissance à la DMLA, le vaccin antigrippal a donné naissance à l’immunosénescence, étrangement confirmée par le vaccin anticovid, le Viagra® a donné naissance à la dysfonction érectile. Certains noms de maladies de vieux m’amusent par leur stupidité intrinsèque dont les nosologistes et marchands n’ont pas conscience.

Ne soyons pas nihilistes, il peut arriver que certaines dégénérescences subissent un ralentissement de quelques semaines sous l’effet de ces stimulations. Mais cliniquement, le résultat est toujours nul. Peu importe que la vue ne s’améliore pas sous l’effet des médicaments anti-DMLA, l’important n’est pas ce que voient les vieux dans leur vie quotidienne, mais ce que voient les ophtalmologistes en regardant leur rétine. C’est là que se situe toute la subtilité du soin des dégénérescences.

Avec l’immunosénescence qui s’annonce comme une épidémie corollaire à l’épidémie actuelle, il faudra des troisièmes et quatrièmes doses de vaccins. Probablement une par an, comme pour la grippe, voire deux ou trois. Car en matière de maladies liées à l’âge et/ou à la dégénérescence, il est toujours préférable de prévoir le pire. On n’en fait jamais assez.

Malgré leur dérision clinique, je suis sincèrement admiratif des progrès des biotechnologies, je suis même époustouflé par leur rapidité d’application aux nouveaux vaccins. Néanmoins, il manque toujours un pilote dans l’avion des vieux… Faisons confiance aux jeunes… Sans eux, on ne pourra pas éviter le crash.

Profil de nos 5000 abonnés

Par catégorie professionnelle
Médecins 27%
Professions de santé 33%
Sciences de la vie et de la terre 8%
Sciences humaines et sociales 12%
Autres sciences et techniques 4%
Administration, services et tertiaires 11%
Economie, commerce, industrie 1%
Médias et communication 3%
Art et artisanat 1%
Par tranches d'âge
Plus de 70 ans 14%
de 50 à 70 ans 53%
de 30 à 50 ans 29%
moins de 30 ans  4%
Par motivation
Patients 5%
Proche ou association de patients 3%
Thèse ou études en cours 4%
Intérêt professionnel 65%
Simple curiosité 23%

Vous aimerez aussi ces humeurs...

N'injuriez pas avec l'anus - En termes évolutionnistes, l’anus est un achèvement parfait. [...]

L’enseignement du soin est impossible - La question de l’enseignement des médecines alternatives à l’université est un serpent [...]

Courte histoire du diagnostic - Dans l’antiquité, le diagnostic avait une valeur divinatoire qui donnait un sens à la [...]

Après le taylorisme, le prozacisme - Le taylorisme, puis le fordisme ont été les piliers de la productivité et de la consommation. [...]

Les médecins pourront signer d'une croix - Le ministère de la santé anglais vient d’émettre le projet de verser 55 Livres (70 €) aux [...]

La phrase biomédicale aléatoire

A viser le Paradis, on manque la Terre.
― Michel Onfray

Haut de page