lucperino.com

Les religions ont augmenté la taille des sociétés

dernière mise à jour le 03/10/2021

Il y a beaucoup de choses qui permettent aux humains de vivre en grands groupes et de s'entasser dans les villes. Les nouvelles techniques et matériaux de construction permettent la construction d'immeubles de grande hauteur, le traitement des eaux et des égouts aide à prévenir les maladies, etc. Un facteur, cependant, est rarement inclus dans la liste : avoir un ou plusieurs dieux.

Dans deux études, le professeur de biologie évolutionniste humaine Joseph Henrich a examiné la notion selon laquelle, en aidant à faire respecter les normes éthiques et culturelles, la croyance en un Dieu puissant et omniscient a aidé les sociétés humaines à se développer rapidement. Il a montré que les personnes qui croient en Dieu sont plus susceptibles de traiter les autres équitablement. Voici un résumé de ses propos

Ce que nous voulons comprendre, c'est comment les humains ont pu passer très rapidement de groupes relativement petits à de plus grandes sociétés. Une réponse est que la religion peut agir comme une sorte de technologie sociale qui a aidé les humains à se développer et à construire de grandes sociétés complexes. Si vous regardez les sociétés à très petite échelle, comme les chasseurs-cueilleurs, il n'y a pas de recoupement entre croyances, éthique et moralité. Il existe des agents surnaturels, mais ils ont tendance à être faibles, ils peuvent être trompés et ils n'ont aucun pouvoir sur l'au-delà. Ce n'est qu'avec le temps que les dieux se préoccupent de plus en plus des affaires humaines. Des dieux qui contrôlent l'au-delà n'apparaissent que relativement tard dans l'histoire de l'humanité.

D'où viennent les concepts de ces dieux plus puissants ? Nous avons développé des capacités cognitives de base qui nous permettent de représenter et de comprendre ces êtres surnaturels. L'évolution culturelle peut alors façonner les détails de ce à quoi ces dieux se soucient et à quel point ils sont puissants. Au fur et à mesure que les dieux devenaient plus puissants, ils étaient progressivement représentés comme étant plus intéressés par les affaires quotidiennes de l'humanité et plus disposés à punir ceux qui ne se conformaient pas aux normes sociales. Et à mesure que les dieux changeaient, les rituels qui jouaient un rôle clé pour lier les gens à leur foi ont également changé. Là où les petites sociétés de chasseurs-cueilleurs utilisaient souvent la danse et le mouvement synchronisé pour aider à lier les groupes, la croyance partagée en des dieux omniscients et puissants a conduit à des rituels comme les services du dimanche et la prière qui aident à unir de plus grandes communautés de foi.

Ces sociétés très unies ont fini par être capables de rivaliser avec leurs voisins, en partageant les ressources, en se développant plus rapidement ou en mettant en place des armées de plus en plus grandes. Elles alors servi en retour d’exemple pour montrer le pouvoir de leurs dieux et attirer de plus en plus de convertis. L'élément clé est qu'il existe une pro-socialité au sein du groupe. Vous êtes prêt à soutenir les autres membres de votre groupe… mais ce cercle s'élargit avec le temps.

Pour comprendre si et comment la croyance en Dieu pouvait influencer le comportement des gens, nous avons mené des expériences dans plus d'une demi-douzaine de régions du monde. Nous sommes allés dans huit sociétés et avons testé des hindous, des chrétiens, des bouddhistes et d'autres. Nous avons donné aux gens une chance de vraiment tricher à un jeu ou d'être partial envers eux-mêmes et leurs communautés locales par rapport à des étrangers du même groupe religieux. Au début de l'expérience, les participants ont reçu un certain nombre de pièces, ainsi que deux coupes, l'une pour une personne éloignée de la même religion, et l'autre pour eux-mêmes ou un membre de leur communauté. Les participants ont ensuite sélectionné l'une des tasses dans leur esprit et ont lancé un dé noir et blanc. Si le dé devenait noir, ils devaient placer une pièce dans le gobelet qu'ils avaient mentalement choisi. S'il était blanc, ils devaient la placer dans l’autre coupe. Surtout, l'expérience était conçue pour que seuls les participants sachent s'ils ont ou non suivi les règles. Les calculs ont ensuite permis de voir à quel point les participaient avaient triché en leur faveur, en faveur d’un membre proche de leur groupe ou d’un membre éloigné de la même religion. Sur la base d'entretiens réalisés plus tard, nous avons découvert à quel point les gens pensent que leur dieu est omniscient et punitif, peut prédire exactement à quel point ils trichent.

 Ceux qui croyaient en des divinités plus punitives et mieux informées ont moins triché en faveur de leurs coreligionnaires distants, bien qu’ils aient un peu triché en leur faveur ou en faveur de leur groupe local. En allouant plus de pièces à un coreligionnaire éloigné, ils contribuaient ainsi à élargir leur sphère sociale.

Alors que la religion - et la coopération qu'elle a engendrée - était probablement un facteur clé pour aider la société à atteindre les sommets de la modernité, son rôle est maintenant progressivement supplanté par les institutions laïques. La tâche de faire respecter un comportement éthique, autrefois du ressort d'un dieu punitif, incombe désormais au système judiciaire, où les crimes ne sont pas punis par la damnation.

Bibliographie

Bauer M, Blattman C, Chytilová J, Henrich J, Miguel E, Mitts T
Can War Foster Cooperation ?
Journal of economic perspectives, Vol. 30, N°. 3, Summer 2016, (pp. 249-74)

Henrich J., Tennie C
Cultural Evolution in Chimpanzees and Humans
In Chimpanzees and Human Evolution, edited by M. Muller, R. Wrangham, and D. Pilbeam, 645-702. Cambridge, MA: Harvard University Press, 2017

Reuell P
Belief in a deity helps humans cooperate and live in large groups, studies say
phys & org, august 2016

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi...

La cellule égoïste, émergence d’un paradigme évolutionniste en cancérologie - Introduction Suite à la longue histoire de la sélection naturelle, [...]

Hypothèse hygiéniste : abstract du livre de Rook. - De façon synthétique, l’hypothèse hygiéniste suggère que la récente augmentation des [...]

Modèle du calibrage adaptatif au stress - Ce très long article explicite le modèle du calibrage adaptatif : une théorie [...]

Un vaccin polyvalent des cancers est-il possible ? - Les cancers sont aussi vieux que la multicellularité. Ils sont apparus chez tous [...]

Athérome et sénescence hématopoiétique - Les cellules sanguines mutées jouent un rôle dans les maladies cardio-vasculaires. Une nouvelle [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Déficits légers - Avec les années, je constate que ma peau est moins élastique, plus rêche, et plus [...]

Garder sa tête - Enfant, j’entendais les adultes parler de certains vieillards avec une admiration qui [...]

Robots gériatres - Avec les transitions et les carences familiales, les personnes âgées n’ont désormais [...]

Éthique conséquentialiste - Les quatre premiers piliers de l’éthique médicale sont la bienfaisance, [...]

Lettre à mes patientes porteuses de burqa - Madame, Je suis désolé de ne pas pouvoir accéder à votre requête [...]

Haut de page