lucperino.com

Un virus géant qui a façonné l'arbre de vie

dernière mise à jour le 26/06/2022

Cette étude a identifié une famille de virus géants qui a peut-être joué un rôle clé dans l'évolution de presque toutes les formes de vie sur Terre.

L’ensemble de leurs gènes est similaire à celui des eucaryotes qui comprennent la totalité des plantes et des animaux.

Cette étude permet de clarifier la ramification et l’évolution des eucaryotes à partir des procaryotes il y a environ 2 milliards d'années.

L’auteur présente ces virus comme des machines à voyager dans le temps qui nous en disent plus sur la façon dont la vie sur notre planète est née.

Cette famille de virus est celle des Marseilleviridae dont les gènes impliqués dans les histones du cœur des chromosomes (nommé core histone ou histones de « coeur ») sont similaires aux core histone des eucaryotes. Ces Marseilleviridae se situent certainement quelque part dans le long parcours évolutif des eucaryotes.

Ces histones de base sont des protéines qui, chez l'homme, enroulent l'ADN dans les chromosomes afin que l'information génétique vitale soit compacte et protégée. Les procaryotes n'ont pas d'histones de coeur ; cela signifie que les eucaryotes les ont assimilés d'une manière ou d'une autre au cours de leur évolution.

L’auteur a été surpris lorsqu'il a constaté que certains gènes de ces virus codaient pour des protéines d’histones centrales de, type H2B-H2A et H3-H4, alors que les virus ne possèdent pas d’histones.

Cette découverte soulève une question plus large sur le rôle que les virus géants ont joué dans l'évolution de toute vie sur Terre. L’auteur compare les virus géants à des vignes se propageant dans l'arbre de la vie cellulaire - échantillonnant ici, empruntant là et partageant du matériel génétique entre les branches des archées, des bactéries et des eucaryotes.

Belle découverte.

Bibliographie

Erives AJ
Phylogenetic analysis of the core histone doublet and DNA topo II genes of Marseilleviridae: evidence of proto-eukaryotic provenance
Epigenetics Chromatin. 2017 Nov 28;10(1):55
DOI : 10.1186/s13072-017-0162-0

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi...

Phases de vie : importance clinique de l'adolescence - L'épidémiologie « des parcours de vie » peut se définir comme l'étude des effets à long [...]

Schizophrénie, dépression et toxoplasmose. - Le parasite Toxoplasma Gondii agent de la toxoplasmose est bien connu depuis [...]

Prostate, ethnies et environnement - On considère que le cancer de la prostate tue plus de 300 000 hommes par an. Son incidence et sa [...]

Biais sexuel dans les maladies auto-immunes pédiatriques - Les maladies auto-immunes affectent jusqu'à 10% de la population mondiale et environ 80% des [...]

Environnement de la grossesse, épigénétique et sensibilité aux maladies - Il existe désormais de nombreuses preuves épidémiologiques entre les expositions [...]

Haut de page