lucperino.com

Bénéfices des algues pour le cerveau d’Homo sapiens

dernière mise à jour le 31/01/2023

Le cerveau humain est un organe précieux et complexe qui passe de 350 à 400 g chez le nourrisson à 1,3-1,4 kg chez l'adulte ; il comprend env. 78 % d'eau, 12 % de lipides, 8 % de protéines et 1 % de glucides. Des progrès significatifs dans les sciences comportementales et analytiques ont accéléré la compréhension des réponses multiformes du cerveau aux stimuli, qu'il s'agisse des produits de dégradation microbienne des aliments ingérés, des influences de l'environnement ou de la prédisposition génétique. 

L’étude des algues et de leur large éventail d'applications, est en pleine effervescence au moment où l’on cherche la diversification alimentaire. De nombreuses études ont souligné les avantages naturels pour la santé et la nutrition des macroalgues alimentaires. 

Cet article passe en revue les recherches mettant en évidence les impacts potentiels de la consommation d'une variété d'algues sur la santé du cerveau humain et inclut des théories en relation avec les avantages apportés aux premiers Homo sapiens. L'accent est mis sur leur apport dans l'axe intestin/microbe/cerveau, l'importance des acides gras polyinsaturés et les impacts des activités anti-oxydantes dans la neuroprotection. Ces éléments sont susceptibles de prévenir partiellement les troubles cognitifs humains, tels que la démence, la maladie d'Alzheimer, la dépression, les maladies bipolaires et les divers aspects négatifs de la neurodégénérescence progressive. 

Certains bénéfices psychologiques associés semblent aussi se dégager au cours des études, tels que la réduction des symptômes dépressifs et de possibles améliorations de la fonction sexuelle. Tout cela reste à confirmer par de nouvelles études.

Bibliographie

Cornish, M.L., Critchley, A.T. & Mouritsen, O.G
Consumption of seaweeds and the human brain
J Appl Phycol 29, 2377–2398 (2017)
DOI : 10.1007/s10811-016-1049-3

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi...

Hérédité épigénétique - Abstract Depuis que le génome humain a été séquencé, l’épigénétique a révélé que nous [...]

Alloparentalité et théorie de l'esprit. - Les mères et les autres : origines évolutionnistes de la compréhension mutuelle. Abstract du [...]

Dimorphisme sexuel chez Homo Sapiens. - Le dimorphisme sexuel chez homo sapiens est-il dû à la hiérarchie des genres ? En comparant les [...]

Rapport entre homicides et taille des groupes sociaux - Un magnifique article de Dunbar : Gérer le stress de la vie en groupe lors de la transition vers [...]

Génomique des maladies des anciens hominines - Si l’on en juge par leur ADN fossile, nos ancêtres avaient une plus grande propension aux [...]

Haut de page