lucperino.com

Violence médicamenteuse

humeur du 22/02/2014

violence médicamenteuse

Dans son dernier numéro, la revue « Prescrire » publie une synthèse internationale des observations de comportements violents dus à des médicaments.

Malgré les progrès réels de la pharmacovigilance française depuis 10 ans et quelques scandales pharmaceutiques très médiatisées, le réflexe clinique de pharmacovigilance n’est encore pas passé dans les mœurs de notre pays, très grand consommateur de médicaments.
Devant un symptôme inopiné, patients comme médecins envisageront toutes les hypothèses diagnostiques avant de penser à évoquer l’effet secondaire possible d’un médicament.
Pourtant, en gériatrie, par exemple, penser d’abord aux effets indésirables des prescriptions médicales permet facilement de diviser par deux le nombre de consultations et d’examens inutiles.

 

Mais incriminer, de façon certaine, un médicament, n’est jamais simple ; cela nécessite une méthode rigoureuse, imposant de tester le sevrage et la réintroduction, ce qui n’est pas facile en pratique courante.
Dans le cas de comportements violents pouvant aller jusqu’au meurtre, il est évidemment bien plus difficile d’affirmer la responsabilité d’un médicament. Les crimes et délits ne sont pas des objets épidémiologiques comme les autres !

 

La synthèse que propose cet article ne concerne que les cas avérés, elle est rigoureuse, prudente et très documentée. Ce qu’elle révèle est inquiétant, surtout au sujet des psychotropes, dont notre pays est friand. Les nouveaux antidépresseurs (ISRS) et les benzodiazépines sont les premiers pourvoyeurs de conduites violentes inhabituelles, dont plusieurs centaines d’homicides où la relation est établie avec certitude. Dans le cas des benzodiazépines, il est encore plus difficile d’envisager une relation causale puisque ces médicaments sont supposés être tranquillisants !

Parmi les autres médicaments courants responsables de violence, il faut citer les corticoïdes, certains médicaments du sevrage tabagique, les neuroleptiques, la dopamine, la testostérone, ou encore certains antiallergiques, l’interféron et des dérivés de l’atropine.

 

Nous connaissons déjà très bien le risque de suicide induit par les antidépresseurs, et dans un pays comme le nôtre, où l’orthodoxie freudienne est encore vivace, les psychiatres ne doivent pas rechigner à introduire plus de pragmatisme dans l’analyse de certaines agressions physiques et verbales, car tout psychotrope peut servir de détonateur.

 

Difficile d’admettre que des médicaments remboursés par la Sécurité Sociale puissent contribuer à perturber l’ordre public, pourtant ils peuvent expliquer des violences conjugales ou routières, et certains homicides.
Les médecins, les experts, les juges et les policiers pensent couramment à l’alcool et aux drogues illicites, mais ouvrent-ils assez souvent le placard à pharmacie des suspects ?

Bibliographie

AFP
900 accidents médicaux en moyenne par jour, dont 400 «évitables»
AFP, Fred Dufour, 9 novembre 2010

Fardet L et coll.
Corticosteriod-induced clinical adverse events : frequency, risk factors and patient’s opinion.
Br J Dermatol 2007 ; 157 :142-8

Hugnet Guy.
Psychotropes. L'enquête ,
L'Archipel, 2012

LRP (La revue Prescrire)
Comportements violents envers autrui sous l'effet de médicaments ,
Prescrire, Février 2014, Tome 34, N° 364, P 110-113

Lemoine P, Ohayon M.
Violence, sleep and benzodiazepines.
Am J Forensic Psychiatry. 1997;18:17-25.

Moore T.J. et Coll.
Prescriptions drugs associated with reports of violence towards other ,
Plos One, 2010, 5(12)

Rosier Florence
Tempête dans les cerveaux ,
Le Monde du 12.01.13
DOI :

Rouve N et coll.
Prescriber drugs and violence : a case/non case study in the french pharmacovigilance database ,
Eur J Clin Pharmacol 2011, 67(11) : 1189-1198

Segal R et coll.
Early and late effects of low-dose aspirin on renal function in elderly patients.
Am J Med 2004; 115: 462-466.

Woolcott JC et coll.
Meta-analysis of the impact of 9 medication classes on falls in elderly persons ,
Arch Intern Med 2009 ; 169 : 1952-1960.

Zhang M et coll.
Comorbidity and repeat admission to hospital for adverse drug reactions in older adults: retrospective cohort study.
BMJ 2009;338:a2752
DOI : 10.1136/bmj.a2752

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Comment avoir du retard ? - Docteur, j’ai du retard, m’avait dit cette jeune patiente sénégalaise avec un air [...]

Je suis un névropathe électro-dépendant - Comme pour toutes les addictions, je n’ai pas vu venir celle-ci. Je n’ai pas voulu [...]

Rescapés des cancers du web - Comme la plupart des dépistages généralisés en cancérologie, celui du mélanome (cancer de [...]

Qui est fournisseur de vie ? - Qui est fournisseur de vie ? Dans nos pays, l’hygiène du corps, de l’eau et des aliments [...]

Reductio ad ayatollum - J’ai souvent entendu des confrères comparer les rédacteurs de la revue indépendante « [...]

Haut de page