lucperino.com

Chemises et médicaments

humeur du 09/11/2023

Si le fait de porter une chemise rouge était source de quolibets, je pourrais néanmoins en porter une, soit parce que cela me plait, soit parce que les quolibets m’indiffèrent, soit parce qu’une telle chemise me donnerait accès à une communauté dont les avantages seraient supérieurs à l’inconvénient des railleries.

Si les chemises rouges étaient des motifs de haine et de ségrégation, je pense que je les supprimerais toutes de ma garde-robe, et probablement de façon définitive, à moins que la communauté des irréductibles me confère d’énormes avantages, tels que l’accès à des ressources vitales ou à d’importants privilèges de toutes sortes. J’étudierais cependant le rapport bénéfices/risques de la chemise rouge avec autant d’attention qu’il faut pour évaluer le rapport bénéfices/risques d’un médicament dangereux.

Si le port d’une chemise rouge m’exposait à des risques de violence ou de mort, il faudrait alors qu’elle soit un principe identitaire, un support idéologique ou un précepte religieux hors de toute raison pour que je m’obstine à en porter une. Il me faudrait aussi porter des armes ou vivre dans une communauté de porteurs de chemises rouges entourée de fortifications. Une stratégie moins triviale consisterait à inventer des motifs de haine contre les chemises noires pour détourner l’attention des brutes. Cette dernière option présuppose que le potentiel de violence et le nombre de brutes n’est pas trop extensible ; postulat restant encore à confirmer.

De leur côté, les porteurs de chemise noire auraient les mêmes options ; leur dernière option consisterait alors à inventer une troisième couleur cible, cela serait a priori moins efficace, car l’histoire montre que les idéologies et religions identitaires se sont façonnées de façon plutôt binaire. Il est certain qu’un monde avec une infinité de couleurs cibles serait presqu’aussi parfait qu’un monde sans couleur cible.

Enfin, si je n’avais ni la sagesse, ni l’intelligence pour m’interroger sur l’origine de l’impératif identitaire d’une chemise rouge ou noire, le système simple de la cible unique, noire ou rouge, me permettrait précisément de ne pas affronter douloureusement mes limites cognitives.

Les idéologies et les religions ont certes une vertu thérapeutique, mais le rapport bénéfices/risques des couleurs de chemise est bien plus difficile à évaluer que celui des médicaments. Pour ma part, j’évite les médicaments, les chemises rouges, et les chemises noires. Prudence ou couardise, précaution ou raison, inconscience ou sagesse, je ne saurais vraiment dire.  

Profil de nos 5000 abonnés

Par catégorie professionnelle
Médecins 27%
Professions de santé 33%
Sciences de la vie et de la terre 8%
Sciences humaines et sociales 12%
Autres sciences et techniques 4%
Administration, services et tertiaires 11%
Economie, commerce, industrie 1%
Médias et communication 3%
Art et artisanat 1%
Par tranches d'âge
Plus de 70 ans 14%
de 50 à 70 ans 53%
de 30 à 50 ans 29%
moins de 30 ans  4%
Par motivation
Patients 5%
Proche ou association de patients 3%
Thèse ou études en cours 4%
Intérêt professionnel 65%
Simple curiosité 23%

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Interrogations sur le vaccin antigrippal - Lorsque les premières vaccinations antigrippales ont été mises sur le marché, j’avais été [...]

Urgences : urgence - L'urgence médicale a moins de quarante ans. Auparavant, l'exercice médical la contrôlait [...]

Santé et PIB - Depuis la révolution industrielle, nos progrès se mesurent à l’aune du PIB qui augmente [...]

Un comprimé contre cent kilos de sucre - La consommation annuelle de sucre en Europe en 1830 était de 5 kilos par an et par [...]

Épiques équipées coronaires - Le cœur des humains semble trop gros pour les fines artères chargées de l’irriguer. Ces [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Des deux plus grandes révolutions qui ont été opérées dans la pensée scientifique, celle de Darwin est incontestablement plus apte que celle de Copernic à bouleverser les consciences, ne serait-ce que parce que la plus ancienne parlait surtout de notre lieu de résidence, tandis que la plus récente touche à notre essence.
― Stephen J Gould

Haut de page