lucperino.com

Ménopause chez les cétacés

dernière mise à jour le 25/11/2023

Chez les orques, le conflit mère-fille peut expliquer l’évolution de la ménopause

 

Une équipe de recherche internationale a découvert que les conflits mère-fille peuvent expliquer pourquoi les épaulards sont l’une des 3 seules espèces connues de mammifères, à connaître la ménopause

L’hypothèse la plus connue était celle de la grand-mère, postulant que ces femelles post-reproductrices partagent des connaissances sur le moment et l’endroit où trouver de la nourriture, ce qui augmente la survie de leur groupe familial.

Cette nouvelle étude a révélé que les mères âgées subissent des coûts beaucoup plus élevés lorsqu’elles sont en compétition pour se reproduire aux côtés de leurs filles. Lorsque les femelles de deux générations se reproduisent en même temps, la mortalité de la progéniture des mères plus âgées est 1,7 fois supérieure à celle de la progéniture des mères plus jeunes.

Les femelles plus âgées sont plus étroitement liées au groupe familial que les femmes plus jeunes. Ce déséquilibre dans la parenté locale entre les mères et leur propre progéniture féminine signifie que les femelles plus âgées ont intérêt à investir davantage dans le groupe familial élargi, tandis que les femmes plus jeunes ont plus intérêt à investir dans la compétition pour la reproduction.

L’une des principales raisons du « conflit reproductif » entre les mères et leur propre progéniture femelle chez les orques épaulards est leur dépendance au partage de la nourriture. Ils se nourrissent ensemble et partagent souvent le saumon entre eux, la progéniture comptant souvent sur la mère pendant des années pour se nourrir.

Les travaux précédents montraient comment les femelles âgées aident, mais pas pourquoi elles arrêtent de se reproduire. Les femelles de nombreuses espèces agissent comme des leaders à la fin de la vie mais continuent à se reproduire. Cette nouvelle recherche montre que les femelles âgées passent par la ménopause parce qu’elles perdent dans la compétition reproductive avec leurs propres filles. 

Cette nouvelle étude est le premier test de l’hypothèse du « conflit reproductif ». C’est une nouvelle pièce clé du puzzle de la vie post-reproductive. Nous pouvons maintenant expliquer non seulement pourquoi les femelles plus âgées vivent si longtemps après la reproduction, mais aussi pourquoi elles cessent de se reproduire en premier lieu.

On est tenté de penser qu’une femme plus âgée transmettra mieux ses gènes en continuant à donner naissance à la fin de sa vie. Mais nos nouveaux travaux montrent que si une vieille femelle épaulard se reproduit, sa progéniture en fin de vie souffre d’être supplantée par ses petits-enfants. Ceci, ainsi que son investissement pour aider ses petits-enfants est génétiquement plus rentable.

L’article conclut que la survie plus faible des veaux des mères âgées ne peut pas être expliquée par l’âge de la mère, car nous n’avons trouvé aucun effet de l’âge de la mère sur la survie de la progéniture jusqu’à l’âge de 15 ans.

La ménopause n’est donc pas un accident, c’est un trait sélectionné à la fois par la coopération et les conflits dans les groupes familiaux.

Bibliographie

Croft DP, Johnstone RA, Ellis S, Nattrass S, Franks DW, Brent LJ, Mazzi S, Balcomb KC, Ford JK, Cant MA
Reproductive Conflict and the Evolution of Menopause in Killer Whales
Curr Biol. 2017 Jan 23;27(2):298-304
DOI : 10.1016/j.cub.2016.12.015

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi...

Maladie mentale et fécondité - D’un point de vue évolutionniste, puisque les maladies mentales ne confèrent a priori aucun [...]

Evolution des maladies inflammatoires : revue - L'association entre inflammation et maladies de l'homme moderne (obésité, maladies [...]

Alzheimer : aspects évolutionnistes de la physiopathologie et de l'échec thérapeutique - Depuis que la maladie d'Alzheimer (MA) est nuisible pour notre espèce, il reste difficile de [...]

Urbanisation : lèpre et tuberculose. - Un lien certain existe entre l’urbanisation et certaines maladies. Mais ce [...]

Psychoses et microbiote - La psychose, à l’aune de l’hypothèse membranaire Comme les études sur les jumeaux [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Marketing pharmaceutique direct - La pharmacie est scindée en deux marchés. Les médicaments dits « éthiques » délivrés [...]

Vaccinations sanitaires et marchandes - Pendant très longtemps, le commerce des vaccins n’a pas répondu aux règles du marché. [...]

Tout l'or de la psychiatrie - Dans notre pays immensément riche, l’armée, la recherche, la police, la justice, [...]

Vitesse et prostitution - Interdiction est un mot délicat à manipuler dans nos pays démocratiques, même lorsqu'il [...]

Le médecin expert de demain - On ne cesse de s’interroger sur l’évolution et l’avenir de la médecine. Vulgarisation [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Quels que soient les triomphes de la médecine et le recul de la mortalité, la mort reste bien le terme incontournable de nos existences, avec ce qu'elle véhicule forcément d'angoisse et de peur. À vouloir ignorer cette dimension fondamentale et tout réduire au rationnel, notre société et la médecine qui y correspond sont forcément exposées à des déconvenues et aux effets qu'elles peuvent produire.
― Olivier Faure

Haut de page