lucperino.com

Vendre les tranquillisants à l’unité

humeur du 18/01/2014

Vendre les tranquillisants à l’unité

 

Les benzodiazépines sont les plus connues et les plus utilisées des tranquillisants. Elles ont deux indications médicales majeures : l’attaque de panique et les crises convulsives. Dans ces deux cas, leur utilisation est unitaire et ponctuelle, sous forme orale ou injectable.

Or, dans la pratique, les benzodiazépines sont prescrites essentiellement comme somnifères, bien qu’elles soient un facteur aggravant de l’insomnie chronique. Elles sont aussi utilisées comme myorelaxants et tranquillisants au long cours. Leur principal effet indésirable immédiat est une baisse de la vigilance, avec risque de chute et une augmentation de 60% de fractures du col du fémur. On leur doit aussi une bonne part des accidents de la route.


À plus long terme, les effets néfastes sont une majoration des pertes de mémoire et une augmentation de 50% du risque de démence.
Encore plus préjudiciable est le risque de dépendance, puisqu’il s’agit certainement des drogues les plus rapidement addictogènes, tant du marché licite que du marché illicite. Une consommation quotidienne de deux semaines suffit parfois à entraîner une dépendance, et le sevrage est toujours difficile. C’est la raison pour laquelle il est officiellement recommandé de ne pas dépasser quelques semaines de prescription. Recommandation que les médecins ne peuvent pas suivre, car ils cèdent à la pression des patients devenus dépendants. La preuve en est apportée par le récent rapport de l’ANSM qui note l’augmentation régulière de consommation des benzodiazépines.

 

Dans le cadre de tentative de réduction du sempiternel trou de la Sécurité Sociale, une réflexion vient de s’ouvrir sur la vente des médicaments à l’unité. Les benzodiazépines sont une excellente occasion de mise en pratique. En dehors des convulsions et des attaques de panique, il n’est aucune indication de leur utilisation qui ait une justification médicale, et dans ces deux cas, leur utilisation est unitaire. Elles sont donc bien le premier médicament idéal pour une vente à l’unité. Le corollaire serait un déremboursement des boîtes de plusieurs comprimés, dont la prescription est la preuve d’une utilisation inadéquate, non justiciable de la solidarité nationale.

Cette mesure aiderait au sevrage, elle diminuerait les chutes et fractures des personnes âgées, les accidents de la route, la démence, les insomnies chroniques, et améliorerait la santé publique.
Le bonus serait une économie de 200 millions d’euros pour la Sécurité Sociale.

 

La seule inconnue est le nombre de licenciements éventuellement provoqués par le manque à gagner des industriels. Espérons qu’il sera faible, car il pourrait engendrer des insomnies et des angoisses…
Rien ne sera jamais simple tant qu’aucune politique n’aura trouvé d’alternative à la croissance pour générer de la sérénité sans benzodiazépines !

Bibliographie

ANSM
Rapport de l'Agence Nationale de Sécurité des Médicaments
http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Etat-des-lieux-en-2013-de-la-consommation-des-benzodiazepines-en-France-Point-d-Information

Billioti de Gage S. et coll.
Benzodiazepine use and risk of dementia: prospective population based study.
BMJ 2012 ;345: e6231.

Glass J, Lanctôt KL, Herrmann N, Sproule BA, Busto UE.
Sedative hypnotics in older people with insomnia: meta-analysis of risks and benefits.
BMJ. 2005 Nov 19;331(7526):1169

Rosier Florence
Benzodiazépines, une overdose française.
Le Monde du 12 janvier 2013

Tamblyn R et coll.
A 5-Year Prospective Assessment of the Risk Associated withIndividual Benzodiazepines and Doses in New Elderly Users.
J Am Geriatr Soc., 2005 ; 53 : 233–241.

Valenstein M. et coll.
Benzodiazépine use among depressed patients treated in mental health settings
Am J Psychiatry. 2004 ; 161 : 654-61.

Wang P. S. & al.
Caution required when using even low-dose benzodiazepine in elderly
American Journal of Psychiatry 2001 ; 158 : 892-898.

Zandstra M. et coll.
Long-term benzodiazépine users in family practice: différences from short-term users in mental health, coping behaviourand psychological characteristics
Family Practice 2004 ; 21 : 266-9.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Orlistat au Gabon - Une fois de plus, on découvre que les effets secondaires d’un médicament ont été [...]

Les médecins pourront signer d'une croix - Le ministère de la santé anglais vient d’émettre le projet de verser 55 Livres (70 €) aux [...]

Vingt millions de douleurs - La fondation APICIL, dans l’un de ses derniers numéros (N°3, Oct 2009) met en exergue [...]

Maladies de riches - La loi du 19 ventôse de l’an XI (1803), relative à l’exercice de la médecine, créa deux [...]

Douteux avenir sanitaire des bracelets connectés - Comme la plupart des badauds, j’ai regardé au moins une fois les applications proposées par [...]

Haut de page