lucperino.com

Le placebo n'est pas une insulte

humeur du 20/11/2013

Le placebo n'est pas une insulte

Nous ne cessons jamais de redécouvrir la puissance de l’effet placebo ni de disserter sur ses mécanismes obscurs.

De tous temps, les placebos ont représenté l’essentiel des thérapeutiques ; en réalité, ils contenaient toujours quelque « simple », « essence » ou « principe », hérités de croyances et d’empirismes ancestraux. Ces traditions d’apothicaire se sont maintenues jusqu’à nos jours, permettant d’éviter d’avoir à affronter cette vérité : la plupart des maladies et symptômes ont une histoire naturelle qui les conduit spontanément à la guérison, à la tolérance ou à la disparition. Les pharmaciens ont ainsi fabriqué et vendu avec bonheur d’innombrables placebos dont le seul véritable effet était souvent un effet indésirable. Certaines nuisances de ces placebos étaient d’ailleurs vécues comme une preuve indirecte de leur efficacité. Le seul critère d’évaluation étant la conviction intime des patients.

Puis avec l’émergence de la « médecine basée sur les preuves », il a fallu fabriquer de « véritables » placebos afin de les comparer à des médicaments dont on voulait prouver l’efficacité par des méthodes statistiques. Ces placebos destinés aux essais cliniques ne contiennent qu’une poudre inerte à l’intérieur d’une gélule ou d’un comprimé. Ces placebos « modernes » sont donc moins toxiques que les anciens, ils ne peuvent avoir aucune nuisance réelle, même si l’on s’étonne de constater qu’ils provoquent aussi de véritables effets secondaires ! Ces « nocivités placebos » confirment bien l’extraordinaire complexité du phénomène.

Cette méthodologie conduit à la disparition progressive des anciens placebos, car les autorités refusent de rembourser des médicaments n’ayant pas réussi l’épreuve statistique. Par ailleurs, on refuse de commercialiser de nouveaux vrais placebos, car de très nombreux patients vivraient, sans doute, la chose comme une insulte à leur égard.

Essayons maintenant d’être pragmatiques. Un vrai placebo a deux effets possibles : soit ne rien faire, soit faire du bien. Un ancien placebo et un vrai principe actif ont trois effets possibles : soit ne rien faire, soit faire du bien, soit faire du mal.
Soyons maintenant plus biologistes en considérant les gestes et objets de médiation dont Konrad Lorenz a démontré l’importance, dans le monde animal, comme « déclencheurs innés » des chaînes réflexes et comportementales. L’homme ne fait pas exception et le placebo est certainement l’un de ces « déclencheurs ».

Rien ne devrait donc nous empêcher de réhabiliter, de commercialiser, voire de rembourser le vrai placebo, car sa balance bénéfices/risques est toujours positive et il n’est décidément pas une insulte à la biologie la plus élémentaire.

PS : Idéalement, éduquer nos enfants à ne pas ingérer de vrai ou faux placebo les aide à mieux connaître l’histoire naturelle de leurs symptômes. Cette connaissance sert assurément de « déclencheur acquis » pour les adultes ainsi éduqués.

Bibliographie

Chandros Hull S et coll.
Patients’ attitudes about the use of placebo treatments: telephone survey.
BMJ 2013; 346: f3757.
DOI : 10.1136/bmj.f3757

Goodwin JS et coll.
Knowledge and use of placebos by house officers and nurses.
Ann Intern Med 1979;91 : 106-110.

Lorenz Konrad
Trois essais sur le comportement animal et humain
Seuil, 1970, II-3-4 & III-3

Nitzan U, Lichtenberg P.
Questionnaire survey on use of placebo.
Br Med J 2004 ; 329 :944-946 1

Oken BS
Placebo effects: clinical aspects and neurobiology.
Brain (2008), 131, 2812-2823

Pecina M & al.
Personality Trait Predictors of Placebo Analgesia and Neurobiological Correlates.
Neuropsychopharmacology.
DOI : 10.1038/npp.2012.227

Raicek JE et coll.
Placebos in 19th century medicine: a quantitative analysis of the BMJ
BMJ 2012;345:e8326

Silberman Steve
Ces faux médicaments qui guérissent vraiment
Courrier international : 15 avril 2010

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Diagnostics au supermarché - Il est facile de critiquer big pharma qui fait des profits parfois indécents sur le dos des [...]

La misère est-elle mauvaise pour la santé ? - La médecine basée sur les preuves a encore frappé. Une publication dans un très sérieux [...]

Douleurs en souffrance - Les centres anti-douleur ont été créés dans les années 1970. L'algologie devint alors une [...]

Divertissement nucléaire - La mort par armes à feu est un problème de santé individuelle, sauf dans certains pays comme [...]

Il faut instituer le crime anthropologique - Il n’est pas certain qu’une chronique médicale soit le bon endroit pour parler de cette [...]

Haut de page