lucperino.com

Dépression de noël

humeur du 18/12/2016

Les pathologies varient selon les pays et les époques. Le terme de pathocénose désigne l’ensemble des maladies à une période donnée et dans un milieu géographique donné.

La dépression saisonnière est une forme particulière de dépression, rarement sévère, spécifique de nos latitudes, majoritairement entre le 40ème et le 50ème parallèle. Elle débute à l’automne avec un pic de premiers symptômes survenant peu après le passage à l’heure d’hiver. Avant d’être un diagnostic médical, elle était fort connue, et sa relation avec la baisse de luminosité avait été établie, comme le confirme l’amélioration des symptômes par la luminothérapie. Ce n’est pas un hasard si Noël et d’autres fêtes religieuses ou païennes ont été instaurées autour du solstice d’hiver, lorsque les jours sont les plus courts.

Mais son grand intérêt est de révéler les façons diamétralement opposées d’aborder une pathologie courante et banale.

Les botanistes et biologistes, dont les deux pieds touchent bien par terre, constatent sans surprise que l’homme, à l’instar des végétaux et de nombreux animaux passe par une période d’hibernation plus ou moins marquée. Cette pseudo-hibernation des dépressifs saisonniers est confirmée par leur hypersomnie et l’augmentation de leur appétit, contrairement aux autres dépressifs.

Les bio-thérapeutes, poussés par la recherche de brevets, cherchent des explications moléculaires autour de la photo-transduction rétinienne ou du métabolisme de la mélatonine. On pourrait en sourire si le projet n’était pas celui de piéger ces malades légers dans un traitement à vie.

Mais c’est le regard évolutionniste qui est le plus pertinent, le plus serein et le plus lucide devant ces patients qui guérissent toujours vers la mi-février. Homo sapiens a quitté son berceau Africain, il y a environ 100 000 ans. À l’échelle de l’évolution, c’est bien trop court pour que la totalité des individus soient adaptés à cette différence de longueur des jours et des nuits.

Étrangement, cette pathologie devient de plus en plus rare lorsque l’on monte vers les pays nordiques où les nuits sont parfois interminables. Pourquoi donc un tel paradoxe ? Réfléchissez-bien… Avoir un tel désavantage dans de tels pays est invivable, donc contre-sélectif. Seuls survivent ceux qui n’ont pas de problème avec le rythme circadien, à moins de pouvoir fêter Noël tous les jours de l’année.

Le regard évolutionniste en médecine est souvent la meilleure façon de comprendre et d’expliquer les troubles de nos patients. Dans ce cas, il nous permet de les protéger contre la prescription d’antidépresseurs qui transforment cette dépression réversible en une dépression chronique, par le jeu de la dépendance irréversible à ces médicaments.

L’art clinique doit être modeste, voire trivial. Les meilleurs traitements de la dépression saisonnière restent les lumières de noël, les feux du nouvel an et de l’épiphanie, et les chandelles de la chandeleur.

Bibliographie

Anglin RE, Samaan Z, Walter SD, McDonald SD
Vitamin D deficiency and depression in adults: systematic review and meta-analysis
Br J Psychiatry. 2013 Feb;202:100-7
DOI : 10.1192/bjp.bp.111.106666

Forni D, Pozzoli U, Cagliani R, Tresoldi C, Menozzi G, Riva S, Guerini FR, Comi GP, Bolognesi E, Bresolin N, Clerici M, Sironi M
Genetic adaptation of the human circadian clock to day-length latitudinal variations and relevance for affective disorders
Genome Biol. 2014 Oct 30;15(10):499

Friborg O, Bjorvatn B, Amponsah B, Pallesen S
Associations between seasonal variations in day length (photoperiod), sleep timing, sleep quality and mood: a comparison between Ghana (5°) and Norway (69°)
J Sleep Res. 2012 Apr;21(2):176-84
DOI : 10.1111/j.1365-2869.2011.00982.x.

Gagne AM, Bouchard G, Tremblay P, Sasseville A, Hebert M
Quand la saison devient synonyme de dépression
Med Sci (Paris), 26 1 (2010) 79-82
DOI : 10.1051/medsci/201026179

Gagné AM, Bouchard G, Tremblay P, Sasseville A, Hebert M
Quand la saison devient synonyme de dépression
Médecine/Sciences 2010 ; 26 : 79-82

Inder ML, Crowe MT, Porter R
Effect of transmeridian travel and jetlag on mood disorders: evidence and implications
Aust N Z J Psychiatry. 2016 Mar;50(3):220-7
DOI : 10.1177/0004867415598844

Lam R,W Levitan RD
Pathophysiology of seasonal affective disorder: a review
J Psychiatry Neurosci. 2000 Nov; 25(5): 469–480

Magnusson A, Axelsson J, Karlsson MM, Oskarsson H
Lack of seasonal mood change in the Icelandic population: results of a cross-sectional study
Am J Psychiatry. 2000 Feb;157(2):234-8

Écoutez les chroniques médicales

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Pensons à nos morts du dernier trimestre - Depuis trois mois en France 140 000 personnes sont décédées, parmi elles nous pouvons dénombrer [...]

Survie après diagnostic de cancer - Lorsque l’on parle de taux de survie en cancérologie, c’est une erreur de mélanger les [...]

Il faut instituer le crime anthropologique - Il n’est pas certain qu’une chronique médicale soit le bon endroit pour parler de cette [...]

Réflexions hygiénistes du haut de mon vélo - Pour mes visites en ville, le vélo, que j’utilise beaucoup plus que l’automobile semble plus [...]

Restons obèses et pragmatiques - L’obésité fascine l’Occident. Il ne se passe pas un jour sans un article sur [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Être en bonne santé, c'est pouvoir tomber malade et s'en relever, c'est un luxe biologique.
― Georges Canguilhem

Haut de page