lucperino.com

La pharmacie du facteur

humeur du 23/02/2017

Est-ce que l’hypertension artérielle ou le diabète de type 2 sont des maladies ? Non, ils sont des facteurs de risque d’accident vasculaire (cérébral ou autre). Est-ce que l’ostéoporose est une maladie ? Non elle est un facteur de risque de fracture. Est-ce que l’obésité, la dépression  ou la grippe sont des maladies ? Oui, car elles sont cliniques, c’est-à-dire : perçues par le patient ou son entourage.

Depuis qu’elle dispose d’appareils permettant de mesurer certains paramètres physiologiques ou biologiques, la médecine a pris la très mauvaise habitude de confondre facteur de risque et maladie ?

Ce dévoiement provient de l’idée séduisante que l’on peut empêcher la survenue d’une maladie en corrigeant un facteur biologique de risque. C’est ce que l’on appelle la « prévention primaire » dont la logique et théoriquement parfaite.

Or depuis plus d’un siècle que la médecine tente de corriger les facteurs de risque biologiques par des moyens pharmacologiques, il s’avère que les médicaments de toutes ces préventions primaires sont, soit inefficaces, soit beaucoup moins efficaces que les règles hygiéno-diététiques classiques : marcher, bouger, manger moins de sucres et de graisses.

La pharmacologie s’avère inefficace pour empêcher un premier « instant clinique » tel qu’un accident vasculaire ou une fracture, ou pour retarder une démence. Inversement, lorsque la pharmacologie intervient après une vraie maladie, elle peut montrer une certaine efficacité pour retarder la survenue d’un deuxième évènement clinique. C’est ce que l’on appelle la « prévention secondaire ».

Dit d’une façon triviale : la médecine est plus efficace pour les malades que pour les bien-portants.

Pourquoi les médicaments sont-ils plutôt efficaces en prévention secondaire, alors qu’ils ne le sont pas en prévention primaire ? Nul ne sait aujourd’hui répondre à cette question.

Chaque maladie étant multifactorielle, il existe certainement de nombreux facteurs biologiques et environnementaux, encore inconnus, susceptibles de déclencher un « instant clinique ».

Une des explications possibles de cette supériorité de la prévention secondaire sur la prévention primaire repose sur les comportements individuels. Chacun étant plus enclin à suivre des règles d’hygiène de vie après une première alerte clinique, alors qu’avant toute alerte, l’optimisme naturel de sapiens le rend plus négligeant.

Les médicaments peuvent même être indirectement néfastes avant le premier instant clinique, en favorisant cette négligence.

Bref, en prévention primaire, l’essentiel du conseil médical peut se résumer ainsi : bougez plus et mangez moins. Mais cela parait bien dérisoire, surtout après avoir fait neuf années d’études supérieures.

Il est tout de même plus valorisant, pour les médecins, de disserter sur la pharmacologie d’un facteur biologique, d’autant plus que les patients ont ainsi l’impression que l’on prend mieux soin d’eux.

Bibliographie

Aarsland D, Sardahaee FS, Anderssen S, Ballard C; Alzheimer's Society Systematic Review group
Is physical activity a potential preventive factor for vascular dementia? A systematic review
Aging Ment Health. 2010 May;14(4):386-95
DOI : 10.1080/13607860903586136

Boussageon R
Efficacité clinique des antidiabétiques chez les patients diabétiques de type 2
Médecine. vol 9, N° 7, septembre 2013, 298-303

Chou R, Dana T, Blazina I, Daeges M, Bougatsos C, Jeanne T
Screening for Dyslipidemia in Younger Adults: A Systematic Review to Update the 2008 U.S. Preventive Services Task Force Recommendation
Rockville (MD): Agency for Healthcare Research and Quality (US); 2016 Nov. Report No.: 14-05206-EF-1

Fossum E et coll
The effect of baseline physical activity on cardiovascular outcomes and new-onset diabetes in patients treated for hypertension and left ventricular hypertrophy : the LIFE study
Journal of Internal Medicine 2007 ; 262 (4) : 439-48

Gueyffier F, Bulpitt C, Boissel JP, Schron E, Ekbom T, Fagard R, Casiglia E, Kerlikowske K, Coope J
Antihypertensive drugs in very old people : a subgroup meta-analysis of randomised controlled trials
The Lancet, vol. 353, Issue 9155, p. 793-796, 6 March 1999

Kemmler W, von Stengel S, Engelke K, Häberle L, Kalender WA
Exercise Effects on Bone Mineral Density, Falls, Coronary Risk Factors, and Health Care Costs in Older Women. The Randomized Controlled Senior Fitness and Prevention (SEFIP) Study
Arch Intern Med. 2010 Jan 25;170(2):179-85
DOI : 10.1001/archinternmed.2009.499

Knowler WC, Barrett-Connor E, Fowler SE, Hamman RF, Lachin JM, Walker EA, Nathan DM; Diabetes Prevention Program Research Group
Reduction in the incidence of type 2 diabetes with lifestyle intervention or metformin
N Engl J Med. 2002 Feb 7;346(6):393-403

McGuinness B, Craig D, Bullock R, Passmore P
Statins for the prevention of dementia
Cochrane review, 4 january 2016

Qiu C, von Strauss E, Winblad B, Fratiglioni L
Decline in blood pressure over time and risk of dementia. A longitudinal study from trie Kunghsolmen project
Stroke. 2004 Aug;35(8):1810-5

Sabayan B, Oleksik AM, Maier AB, van Buchem MA, Poortvliet RK, de Ruijter W, Gussekloo J, de Craen AJ, Westendorp RG
High blood pressure and resilience to physical and cognitive decline in the oldest old: the Leiden 85-plus study
J Am Geriatr Soc. 2012 Nov;60(11):2014-9
DOI : 10.1111/j.1532-5415.2012.04203.x

Sato KK, Hayashi T, Kambe H, Nakamura Y, Harita N, Endo G, Yoneda T
Walking to Work Is an Independent Predictor of Incidence of Type 2 Diabetes in Japanese Men: The Kansai Healthcare Study
Diabetes Care 2007 30: 2296-2298

Shilhavy B
Health impact
http://healthimpactnews.com/2014/statin-scam-people-with-higher-cholesterol-live-longer-than-people-with-low-cholesterol/

Sigurdsson AF
Cardiovascular Risk Factors and Age: Is it all about the cholesterol?
http://www.docsopinion.com/2016/03/27/cardiovascular-risk-factors-and-age/

Vancheri F, Backlund L, Strender LE, Godman B, Wettermark B
Time trends in statin utilisation and coronary mortality in Western European countries
BMJ Open. 2016; 6(3): e010500
DOI : 10.1136/bmjopen-2015-010500

Williams PT et coll
Walking and Running Produce Similar Reductions in Cause-Specific Disease Mortality in Hypertensives
Hypertension. 2013; 62: 485-49
DOI : 10.1161/HYPERTENSIONAHA.113.01608

Woolcott JC, Richardson KJ, Wiens MO, Patel B, Marin J, Khan KM, Marra CA
Meta-analysis of the impact of 9 medication classes on falls in elderly persons
Arch Intern Med. 2009 Nov 23;169(21):1952-60
DOI : 10.1001/archinternmed.2009.357

Wright JM, Bernard M, Bassett KL
Statines et prévention primaire du risque cardio-vasculaire
Médecine, 2010, 6(9), p 399-404

Écoutez les chroniques médicales

Vous aimerez aussi ces humeurs...

DSM américain contre psychiatrie française - A chaque sortie d’une nouvelle version du DSM [1], de nombreux psychiatres et [...]

Le placebo n'est pas une insulte - Nous ne cessons jamais de redécouvrir la puissance de l’effet placebo ni de disserter [...]

Parachutes gériatriques - C’est vrai, cela existe ! Je n’en ai jamais prescrit, mais je sais que cela se vend [...]

L’oncle Sam est malade - L'actualité nous oblige à constater que la finance américaine dirige toute la finance mondiale [...]

Tournevis magique - Un jour, me promenant dans un salon de bricolage, je vis un bonimenteur présenter un tournevis [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Même la maladie la plus saturée de sens peut devenir juste une maladie.
― Susan Sontag

Haut de page