lucperino.com

N'injuriez pas avec l'anus

humeur du 23/10/2011

N'injuriez pas avec l'anus

En termes évolutionnistes, l’anus est un achèvement parfait.

Chez les animaux dits « supérieurs », ce sphincter est une merveilleuse adaptation. La défécation différée est un moyen minutieusement sélectionné par la nature pour éviter la souillure des lieux de vie et de sommeil. Cela a permis d’éviter le contact avec les divers germes et miasmes qui pullulent dans les matières fécales, limitant ainsi la contagion.

Ce muscle annulaire est à la fois d’une grande puissance et d’une extrême précision. Il peut moduler son étreinte à l’envi et s’adapter en souplesse à tous les diamètres et débits défécatoires.

Une analyse microphysiologique poussée nous révèle la présence de nombreux récepteurs sensoriels très précis capables d’analyser la pression et le degré d’humidité d’un gaz, la nature liquide ou solide d’une matière. La réponse à ces stimuli est adaptée grâce à un mélange harmonieux de processus volontaires et involontaires.

Lorsqu’un automobiliste malotru croit vous insulter en évoquant verbalement ou gestuellement cet orifice à la précision quasi magique, il commet une erreur grossière.
Tenter alors de l’informer avec amabilité sur les prodiges fonctionnels de ce petit organe sera plus utile et plus pacifiste que de lui tendre l’autre joue.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Sous-diagnostic - Aujourd’hui, il n’est plus possible de lire un article traitant d’un sujet médical sans [...]

Espérance de vie et tourisme - Le peuple français se félicitait avec raison d’avoir l’espérance de vie à la [...]

Diabète de type 2 : on continue sans rien changer - Parmi cent identiques, je choisis au hasard un article, récemment inséré dans mon [...]

Moi, médecin cycliste face à la détresse - Moi, médecin cycliste face à la détresse Centimètres grignotés par mes voisins [...]

Lorsque tropique - Le paludisme a disparu de Camargue et de Corse dans les années 1950. Aujourd’hui, les rares [...]

Haut de page