lucperino.com

Médecine contre indicateurs sanitaires

humeur du 05/11/2010

Médecine contre indicateurs  sanitaires

Les indicateurs sanitaires sont les instruments de la science épidémiologique. Ils sont utiles pour évaluer une action sanitaire au niveau national ou mondial. Le grand public en connaît un certain nombre comme le taux de fécondité ou de mortalité. Les médecins utilisent souvent les notions de prévalence et d’incidence d’une maladie. Certains indicateurs tels que l’espérance de vie à la naissance ou la mortalité néo-natale ont également une dimension politique pour les nations. On découvre par exemple que la Suisse, le Japon et la France sont bien classés pour ces indicateurs, alors que les USA sont à la traîne. Même si cela pèse moins que la puissance militaire ou économique dans les négociations internationales, l’aspect éthique et moral de ces indicateurs leur confère une petite valeur géopolitique. Les premiers de la classe ont toujours une certaine fierté à le faire savoir.

Plusieurs publications récentes obligent à reconsidérer la promotion de ces indicateurs sanitaires. Après césarienne, par exemple, le risque plus élevé de mort d’un second enfant ou la mortalité maternelle multipliée par trois. La mortalité néo-natale plus élevée après une fécondation in vitro (FIV) avec injection de spermatozoïde dans l’ovule (ICSI). Les malformations néo-natales augmentées par le traitement de l’infertilité. Sans parler des multiples études sur les handicaps désormais bien connus liés à la grande prématurité.

Il n’est évidemment pas question d’amoindrir ces progrès de la médecine qui ont permis d’offrir des enfants à des couples stériles ou plus simplement de permettre la vie à des nouveaux-nés fragiles.
Mais force est de constater que ces mêmes progrès médicaux deviennent un facteur de détérioration des indicateurs sanitaires, tout particulièrement en ce qui concerne la mortalité néo-natale.
En plus du paradoxe d’une médecine qui participe elle-même à faire baisser sa note, la question risque de se poser bientôt en termes géopolitiques...

Faudra-t-il faire la promotion de notre médecine ou de nos indicateurs sanitaires ?

Bibliographie

Deneux-Tharaux C et coll.
Postpartum Maternal Mortality and Cesarean Delivery.
Obstet Gynecol, 2006,108, p 541-548.

Smith G et coll.
Caesarean section and risk of unexplained stillbirth in subséquent pregnancy.
Lancet 2003, 362, p 1779-84.

Wisborg K et coll.
IVF and stillbirth: a prospective follow-up study.
Hum Reprod, 2010, 25, p 1312-6.

Zhu JL et coll.
Infertility, infertility treatment, and congenital malformations : Danish national birth cohort.
Br Med J 2006; 355: 679-81.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Pensons à nos morts du dernier trimestre - Depuis trois mois en France 140 000 personnes sont décédées, parmi elles nous pouvons dénombrer [...]

Restons obèses et pragmatiques - L’obésité fascine l’Occident. Il ne se passe pas un jour sans un article sur [...]

Le risque majeur de la polémique vaccinale - La surmédiatisation de la nouvelle souche de virus grippal a eu des avantages. Elle a [...]

Soyons scientifiques ou disciplinés ou les deux - Le cancer est un sujet d'une grande gravité, c'est pourquoi il ne peut supporter la [...]

La vieillesse tue - Dans son numéro de janvier 2014, The Lancet publiait cinq articles signés par des noms [...]

Haut de page