lucperino.com

Scénario de scandale

humeur du 11/12/2017

Les études s’accumulent et les résultats convergent au sujet des risques liés à l’utilisation prolongée des médicaments antiacides. Le doute n’est plus permis.
Ces médicaments de la classe dite des IPP (inhibiteurs de la pompe à proton) sont utilisés pour traiter l’acidité gastrique, les reflux gastro-œsophagiens et les ulcères de l’estomac. Normalement, leur utilisation doit être ponctuelle, car ils sont efficaces en quelques jours. Mais la prescription et l’utilisation médicamenteuses ont évolué vers des temps de plus en plus longs.

La création du concept de « maladie chronique » ayant été la plus rentable de toutes les stratégies mercatiques, les maladies aiguës ont quasiment disparu du paysage sanitaire. Une douleur abdominale fugace, un reflux, une analyse douteuse, une image suspecte, un évanouissement, un moment de déprime ou de fatigue suffisent à transformer tout citoyen en un malade chronique. Et accepter une maladie chronique, c’est accepter logiquement un traitement continu. Vendre une maladie aiguë n’est pas plus rentable que de vendre une imprimante, le but est de vendre des cartouches d’encre.
Hélas, les traitements chroniques peuvent avoir des désagréments supérieurs à ceux de la maladie aiguë et très souvent supérieurs à ceux de la pseudo-maladie chronique. C’est le cas des IPP dont l’utilisation abusive fait proliférer dans l’intestin la bactérie Clostridium difficile, responsable de graves diarrhées et de colites parfois mortelles.

Ce message d’alerte n’a rien de très original : il s’ajoute aux centaines d’alertes sur les médicaments à rapport bénéfices/risques négatif. Sauf que les ulcères  sont également traités avec des antibiotiques, depuis qu’Helicobacter pylori, cette bactérie présente dans tous les estomacs des humains depuis plus de cent-mille ans, en a été décrété responsable (en plus de l’acidité).
Evidemment, Helicobacter est devenu résistant aux antibiotiques, et l’on voit déjà des prescriptions de 3 ou 4 antibiotiques pour venir à bout d’ulcères qui guérissaient auparavant avec dix jours d’antiacides. Ce n’est pas fini : cette gabegie d’antibiotiques finit par sélectionner les bactéries les plus résistantes, et devinez quelle est la plus résistante de toutes : Clostridium difficile.
Il est donc possible de dénoncer un scandale sanitaire avant qu’il ne survienne, car son scenario est déjà écrit dans le grand livre des pseudo-maladies chroniques.

Alors, pour ceux, très nombreux, dont l’estomac a encore le choix entre maladie chronique et maladie aiguë, je conseille vivement de choisir la seconde. Ensuite, pour éviter le pire, il faudra trouver un médecin qui ne stresse pas devant l’acidité gastrique et qui connaisse bien notre vieux compagnon Helicobacter.

Bibliographie

Barletta JF, El-Ibiary SY, Davis LE, Nguyen B, Raney CR
Proton Pump Inhibitors and the Risk for Hospital-Acquired Clostridium difficile Infection
Mayo Clin Proc. 2013 Oct;88(10):1085-90
DOI : 10.1016/j.mayocp.2013.07.004

Bik EM, Eckburg PB, Gill SR, Nelson KE, Purdom EA, Francois F, Perez-Perez G, Blaser MJ, Relman DA
Molecular analysis of the bacterial microbiota in the human stomach
Proc Natl Acad Sci U S A. 2006 Jan 17;103(3):732-7

Brown KE, Knoderer CA, Nichols KR, Crumby AS
Acid-Suppressing Agents and Risk for Clostridium difficile Infection in Pediatric Patients
Clin Pediatr (Phila). 2015 Oct;54(11):1102-6
DOI : 10.1177/0009922815569201

Chen Q, Zhang W, Fu Q, Liang X, Liu W, Xiao S, Lu H
Rescue Therapy for Helicobacter pylori Eradication: A Randomized Non-Inferiority Trial of Amoxicillin or Tetracycline in Bismuth Quadruple Therapy
Am J Gastroenterol. 2016 Dec;111(12):1736-1742
DOI : 10.1038/ajg.2016.443

Crews JD, Anderson LR, Waller DK, Swartz MD, DuPont HL, Starke JR
Risk Factors for Community-associated Clostridium difficile-associated Diarrhea in Children
Pediatr Infect Dis J. 2015 Sep;34(9):919-23
DOI : 10.1097/INF.0000000000000767

Dos Santos-Schaller O, Boisset S, Seigneurin A, Epaulard O
Recurrence and death after Clostridium difficile infection: gender-dependant influence of proton pump inhibitor therapy
Springerplus. 2016 Apr 11;5:430
DOI : 10.1186/s40064-016-2058-z

FDA
Clostridium difficile-associated diarrhea can be associated with stomach acid drugs known as proton pump inhibitors (PPIs)
FDA Drug Safety Communication, 02-08-2012

Garey KW, Sethi S, Yadav Y, DuPont HL
Meta-analysis to assess risk factors for recurrent Clostridium difficile infection
J Hosp Infect. 2008 Dec;70(4):298-304
DOI : 10.1016/j.jhin.2008.08.012

Hung YP, Ko WC, Chou PH, Chen YH, Lin HJ, Liu YH, Tsai HW, Lee JC, Tsai PJ
Proton-Pump Inhibitor Exposure Aggravates Clostridium difficile-Associated Colitis: Evidence From a Mouse Model
J Infect Dis. 2015 Aug 15;212(4):654-63
DOI : 10.1093/infdis/jiv184

Janarthanan S, Ditah I, Adler DG, Ehrinpreis MN
Clostridium difficile-associated diarrhea and proton pump inhibitor therapy: a meta-analysis
Am J Gastroenterol. 2012 Jul;107(7):1001-10
DOI : 10.1038/ajg.2012.179

Koletzko S, Richy F, Bontems P, Crone J, Kalach N, Monteiro ML, Gottrand F, Celinska-cedro D, Roma-giannikou E, Orderda G, Kolacek S, Urruzuno P, Martínez-gómez MJ, Casswall T, Ashorn M, Bodanszky H, Mégraud F
Prospective multicentre study on antibiotic resistance of Helicobacter pylori strains obtained from children living in Europe
Gut. 2006 Dec; 55(12): 1711–1716
DOI : 10.1136/gut.2006.091272

McDonald EG, Milligan J, Frenette C, Lee TC
Continuous Proton Pump Inhibitor Therapy and the Associated Risk of Recurrent Clostridium difficile Infection
JAMA Intern Med. 2015 May;175(5):784-91
DOI : 10.1001/jamainternmed.2015.42

McFarland LV, Surawicz CM, Stamm WE
Risk factors for Clostridium difficile carriage and C. difficile-associated diarrhea in a cohort of hospitalized patients
J Infect Dis. 1990 Sep;162(3):678-84

Seto CT, Jeraldo P, Orenstein R, Chia N, DiBaise JK
Prolonged use of a proton pump inhibitor reduces microbial diversity: implications for Clostridium difficile susceptibility
Microbiome. 2014 Nov 25;2:42
DOI : 10.1186/2049-2618-2-42

 

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Cancer des prix du cancer - Depuis le début de l’année 2016, les médias relatent régulièrement des pétitions et [...]

On n'y avait pas pensé - Les études indépendantes montrant la grande toxicité du glyphosate (alias Roundup) sont de [...]

La pharmacie du facteur - Est-ce que l’hypertension artérielle ou le diabète de type 2 sont des maladies ? Non, ils [...]

Exercice mathématique et mercatique autour de l’Alzheimer - La probabilité d’avoir une maladie d’Alzheimer après 75 ans est de 15%. En épidémiologie, [...]

Recrues obèses - L’armée américaine se trouve confrontée à un problème nouveau et insolite. Le taux très [...]

La phrase biomédicale aléatoire

La médecine c'est guérir parfois, soulager souvent, consoler toujours.
― Attribué à Ambroise Paré ou à Trudeau ou d'autres

Haut de page