lucperino.com

Pygmalion a de la poigne

humeur du 23/09/2018

Voyant Pygmalion fol amoureux de la sculpture qu’il venait de réaliser, Aphrodite la transforma en femme afin que le sculpteur puisse l’épouser. L’effet pygmalion, issu de cette mythologie grecque, désigne une prophétie auto-réalisatrice positive. Inversement, Golem est un humanoïde hideux, issu de la mythologie juive. Il est soumis à son maître et dépourvu de libre-arbitre. L’effet Golem est une prophétie auto-réalisatrice négative.

Ces prophéties auto-réalisatrices sont régulièrement constatées dans des études en sciences cognitives. Lorsque les expérimentateurs s’attendent à des résultats positifs, les sujets testés ont de meilleurs résultats. Et inversement, si l’environnement est plus suspicieux, ils obtiennent de moins bons résultats aux tests.

En médecine, cela peut aller encore plus loin. Après avoir appris qu’ils possèdent le gène ApoEε4 connu pour augmenter le risque de maladie d’Alzheimer, des sujets sains de 50 à 90 ans obtiennent de moins bons résultats aux tests cognitifs que des sujets possédant ce même gène sans en avoir été informés. Quant aux sujets informés qu’ils ne possèdent pas ce gène, ils ont de meilleurs résultats que ceux qui ignorent s’ils le possèdent ou non.

Ainsi, ce n’est pas le gène qui détermine les performances cognitives, mais le fait d’en être informé ou non.

Nous supputions déjà l’inutilité et l’absurdité de recherches génétiques chez des personnes saines et sans antécédents familiaux, voici que nous en découvrons la nocivité.

Une autre étude a utilisé l’échelle de Ryff pour évaluer « l’élan vital » et le « bien-être psychologique » chez 4500 personnes. Elle a montré une corrélation positive entre cette évaluation et deux indicateurs sanitaires mesurés 4 ans plus tard : la force de préhension (la poigne) et la vitesse de marche.

En ce qui concerne la poigne, une méta-analyse d’une cinquantaine d’études conclut qu’elle est un excellent révélateur de l’âge biologique et de l’état de santé des personnes vieillissantes. Dans le même registre, une cohorte d’adolescents, suivis pendant 25 ans, révèle que ceux dont la force de poigne est inférieure à la moyenne semblent avoir un risque un peu plus élevé de mortalité cardio-vasculaire et de suicide.

Les cliniciens n’ont pas besoin de telles études pour confirmer certains faits qui leur semblent évidents. Néanmoins, ces études, bien que surprenantes ou amusantes, ont une méthodologie rigoureuse qui peut conforter les cliniciens dans certaines conduites. Pour éviter l’effet Golem et renforcer l’effet pygmalion, ils éviteront les bilans, analyses et enquêtes génétiques chez leurs patients de plus de 60 ans, tout particulièrement à ceux qui ont une bonne poigne. Quant à ceux qui une mauvaise poigne, ils pourront judicieusement leur conseiller de remplacer le temps passé à faire et à commenter ces analyses par du temps de marche. Tout en renforçant ces conseils par une vigoureuse poignée de main.

Bibliographie

Kim ES, Kawachi I, Chen Y, Kubzansky LD
Association Between Purpose in Life and Objective Measures of Physical Function in Older Adults
JAMA Psychiatry. 2017 Oct 1;74(10):1039-1045
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2017.2145

Lineweaver TT, Bondi MW, Galasko D, Salmon DP
Effect of knowledge of APOE genotype on subjective and objective memory performance in healthy older adults
Am J Psychiatry. 2014 Feb;171(2):201-8
DOI : 10.1176/appi.ajp.2013.12121590

Sanderson WC, Scherbov S
Measuring the Speed of Aging across Population Subgroups
PLoS One. 2014; 9(5): e96289
DOI : 10.1371/journal.pone.0096289

Silventoinen K, Magnusson PK, Tynelius P, Batty GD, Rasmussen F
Association of body size and muscle strength with incidence of coronary heart disease and cerebrovascular diseases: a population-based cohort study of one million Swedish men
Int J Epidemiol. 2009 Feb;38(1):110-8
DOI : 10.1093/ije/dyn231

 

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Grippe, douceur et cruauté des chiffres - Les chiffres sont à la fois doux et cruels. La grippe, dont la tyrannie médiatique, nous [...]

L’apogée médicale serait déjà loin - Le succès médical de l’insuline en 1921 s’est accompagné d’un succès commercial [...]

Incidentalomes - Depuis toujours, les hommes ont su définir la « Maladie » selon des critères vécus qui se [...]

Overdose - Souvenez-vous, c’était à la fin des années 1980 et au début des années 1990, suite à [...]

N'injuriez pas avec l'anus - En termes évolutionnistes, l’anus est un achèvement parfait. [...]

La phrase biomédicale aléatoire

La porte du cabinet de consultation s’ouvre. D’emblée, les premiers gestes du patient, avant même que la porte ne soit refermée, ont livré une bonne part des éléments du puzzle qui va se construire. Les mouvements de cet homme ou de cette femme ont déjà une syntaxe qui esquisse la grammaire des symptômes à délivrer. La marche jusqu’à son siège est une préface, un avertissement à l’observateur clinicien, sa cadence est celle du verbe à venir, les hésitations y auront une fréquence identique à celle des pas. L’empathie commence par les mots d’accueil du praticien, les invites à se mettre à l’aise, les mimes d’ouverture sur la scène des phrases… Justement, voilà les premiers mots qui arrivent, avant ou après que le praticien ne se soit assis. Avant : ils informent de leur insignifiance ou d’une certitude de leur faible apport dans le décryptage du cas. Pendant : il faudra y mettre de l’ordre, car le bruit des chaises est un prétexte à leur brouillon. Après : ils vont requérir plus d’attention, voire en exiger s’ils sont très tardifs.
― Luc Perino

Haut de page