lucperino.com

Progrès de l'abstention dans la rhino-pharyngite

humeur du 13/12/2018

Dans les années 1920, des pédiatres et radiologues américains notèrent que les nourrissons victimes de fortes rhino-pharyngites avaient un gros thymus.  Comme ils ne savaient pas à quoi servait cet organe voué à disparaître à l’âge adulte, ils proposèrent de le détruire par irradiation. Cette pratique barbare devint une nouvelle « norme » médicale pendant plus de trente ans. Puis, constatant la surmortalité chez les dizaines de milliers de nourrissons ainsi traités, on comprit que le thymus était un organe majeur du système immunitaire de l’enfant. On avait pris la conséquence du rhume pour sa cause.
Il est inconvenant de juger nos confrères d’hier avec nos yeux d’aujourd’hui, mais il est parfois difficile de s’en abstenir.

L’activisme des soins pour cette pathologie fréquente n’allait pourtant pas s’arrêter là. On a ensuite réalisé des millions d’adénoïdectomies, opération terrible (souvent sans anesthésie), consistant à enlever les fameuses « végétations » autre organe du système immunitaire propre à l’enfant. Au moment où j’écris, ces opérations sont devenues rares, mais elles se pratiquent encore (avec anesthésie) malgré la preuve de leur inefficacité. Les végétations disparaissent vers l’âge de 6 ans.

Ayant enfin compris que le rhume est une pathologie banale et obligatoire de l’enfant, la médecine s’est concentrée sur sa complication unique : l’otite moyenne aigue. Dès que le tympan était rouge, on considérait qu’il y avait otite et l’on prescrivait des antibiotiques, souvent accompagnés d’antiinflammatoires, et parfois de corticoïdes. Ces « remèdes de cheval » se sont révélés soit inutiles, comme les antibiotiques, soit dangereux, comme les antiinflammatoires et les corticoïdes.

On s’est alors concentré sur les otites chroniques dites « séro-muqueuses », car la trompe d’Eustache reliant le pharynx et l’oreille moyenne est plus perméable chez l’enfant. Les enfants ont décidément beaucoup de particularités ! On a alors pratiqué des paracentèses consistant à perforer le tympan, puis on a posé des drains trans-tympaniques (plus connus sous le nom de « diabolos »). Cette pratique est encore fréquente malgré les preuves accumulées de son inutilité.

Les plus sages des médecins ont fini par ne proposer que du sérum physiologique en pulvérisations nasales et du paracétamol. On ne peut que louer cette sagesse, bien que – nous osons à peine le dire – cela se révèle aussi inutile que tout le reste, à court, moyen ou long terme.

Certains épidémiologistes ont voulu savoir quels étaient les facteurs favorisant ces troubles. Trois d'entre eux se dégagent : le manque de sommeil, l’allaitement artificiel, et un statut social défavorisé. Dans ces trois cas, les remèdes sont ne sont pas vraiment du ressort de la médecine. Et les médecins ne les évoquent pas par peur des représailles.

Il nous faut donc encore attendre pour connaître le grand progrès de l’abstention dans les pathologies obligatoires de l’enfant.

Bibliographie

Ajetunmobi OM, Whyte B, Chalmers J, Tappin DM, Wolfson L, Fleming M, MacDonald A, Wood R, Stockton DL
Breastfeeding is associated with reduced childhood hospitalization: evidence from a Scottish Birth Cohort (1997-2009)
J Pediatr. 2015 Mar;166(3):620-5.e4
DOI : 10.1016/j.jpeds.2014.11.013

Cohen S, Alper CM, Doyle WJ, Adler N, Treanor JJ, Turner RB
Objective and subjective socioeconomic status and susceptibility to the common cold
Health Psychol. 2008 Mar;27(2):268-74
DOI : 10.1037/0278-6133.27.2.268

Cohen S, Alper CM, Doyle WJ, Treanor JJ, Turner RB
Positive emotional style predicts resistance to illness after experimental exposure to rhinovirus or influenza a virus
Psychosom Med. 2006 Nov-Dec;68(6):809-15

Cohen S, Doyle WJ, Alper CM, Janicki-Deverts D, Turner RB
Sleep habits and susceptibility to the common cold
Arch Intern Med. 2009 Jan 12;169(1):62-7
DOI : 10.1001/archinternmed.2008.505

Little P, Moore M, Kelly J, Williamson I, Leydon G, McDermott L, Mullee M, Stuart B
Ibuprofen, paracetamol, and steam for patients with respiratory tract infections in primary care: pragmatic randomized factorial trial
BMJ. 2013 Oct 25;347:f6041
DOI : 10.1136/bmj.f6041

Rédaction Prescrire
Otite moyenne avec épanchement persistant chez l'enfant
Revue Prescrire, décembre 2018, T 28, N° 422, p 920-922

Tubiana Maurice
Histoire de la pensée médicale. Les chemins d'esculape
Flammarion - Champs, 1995, p 267

Van Den Aardweg MTA, Boonacker CWB, Rovers MM, Hoes AW, Schilder AGM
Effectiveness of adenoidectomy in children with recurrent upper respiratory tract infections: open randomised controlled trial
BMJ 2011;343:d5154
DOI : 10.1136/bmj.d515

Venekamp RP, Thompson MJ, Hayward G, Heneghan CJ, Del Mar CB, Perera R, Glasziou PP, Rovers MM
Systemic corticosteroids for acute sinusitis
Cochrane Database Syst Rev. 2014 Mar 25;3:CD008115
DOI : 10.1002/14651858.CD008115.pub3

Wallace IF, Berkman ND, Lohr KN, Harrison MF, Kimple AJ, Steiner MJ
Surgical treatments for otitis media with effusion: a systematic review
Pediatrics. 2014 Feb;133(2):296-311
DOI : 10.1542/peds.2013-3228

 

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Prévalence et herborisation - La prévalence, plus difficile à déterminer que l'incidence, donne la photographie d'une [...]

Gabegie circulaire du diagnostic - Le diagnostic de tendinite fait partie des diagnostics les plus faciles, même pour un clinicien [...]

Paradoxe avortement/euthanasie - À mon titre d’homme, j’ai toujours été favorable à l’avortement et à [...]

Tempête sur la carte vitale - La grosse tempête qui vient de secouer le sud-ouest de la France a réellement fait des [...]

Brève pharmacologie de la longévité - Au Danemark, la dépense en médicaments est de 200 € par an et par personne pour une [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Les implications de la méthode scientifique n'apparaissaient pas aux pionniers de la science : ceux-ci, tout en utilisant une méthode nouvelle pour rechercher la vérité, continuaient à se faire de la vérité elle-même une idée aussi absolue que leurs adversaires théologiens.
― Bertrand Russel

Haut de page