lucperino.com

Compétition intrasexuelle féminine

dernière mise à jour le 27/03/2019

Il est bien établi que le taux d’œstrogènes varie tout au long du cycle féminin et qu’il influence le comportement des femmes comme celui des hommes dans la recherche de partenaires.

Cette étude originale et largement commentée suggère que le taux d’œstrogènes influence aussi le jugement des femmes entre elles.

Lorsque le taux d’œstrogènes est au plus haut, les femmes ont une appréciation physique plus sévère sur leurs congénères et une tendance à les dénigrer. Par contre, leur appréciation globale des hommes reste constante tout au long du cycle menstruel.

Les auteurs en concluent que cette différence s’inscrit dans le cadre plus large de la compétition intrasexuelle pour la recherche d'un partenaire.

Bibliographie

Fisher ML
Female intrasexual competition decreases female facial attractiveness
Proc Biol Sci. 2004 Aug 7; 271(Suppl 5): S283–S285
DOI : 10.1098/rsbl.2004.0160

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi...

Le stress dépend de la hiérarchie sociale - Le cortisol est la principale hormone du stress. Son taux augmente sensiblement dans toutes les [...]

Épigénétique de la maltraitance - On sait que la maltraitance dans l’enfance augmente le risque de psychopathologie. Parmi les [...]

Compétition intrasexuelle féminine - Il est bien établi que le taux d’œstrogènes varie tout au long du cycle féminin et qu’il [...]

Effet abscopal - Par la multiplication cellulaire et le risque de mutation à chaque division, l’apparition de [...]

Schizophrénie, dépression et toxoplasmose. - Le parasite Toxoplasma Gondii agent de la toxoplasmose est bien connu depuis [...]

Haut de page