lucperino.com

La pression parasitaire et les autres

humeur du 19/02/2020

Parmi les pressions environnementales que subit un être vivant, la « pression parasitaire » désigne l’ensemble des contraintes et nuisances liées aux virus, bactéries et parasites, ainsi qu’aux vecteurs : insectes et acariens qui les transmettent.

Chacun peut aisément comprendre que la pression parasitaire que subit un être humain est beaucoup plus forte dans les pays tropicaux.  

Lorsque l’on se rapproche des pôles, le froid limite toutes les formes de vie et la pression climatique devient alors plus néfaste que la pression parasitaire.

Lorsque certains Homo sapiens ont quitté leur berceau africain, il y a 160 000 ans, ils n’ont pu le faire qu’après avoir totalement maîtrisé le feu.  Si les parasites limitent fortement l’espérance de vie, aucun humain ne peut survivre plus de 24 heures au froid. Le feu a dès lors été une technologie sans retour.

Les habitants des pays tempérés ont ainsi bénéficié d’une bien plus grande espérance de vie en conjuguant la faible pression parasitaire et la réduction de la pression climatique par le feu et les technologies de l’habitat.

Aujourd’hui, ce différentiel d’espérance de vie se maintient, mais les diverses pollutions chimiques et atmosphériques des pays tempérés constituent un nouveau type de pression environnementale. La technologie semble avoir déjà atteint son seuil de contre-productivité en matière sanitaire.

Trivialement, on pourrait penser que le retour à des pays tropicaux et/ou peu industrialisées permettrait d’échapper à la pression chimique. Ce serait trop simpliste, car il n’y a plus de choix entre pression parasitaire et pression chimique comme cela fut le cas lors des migrations de nos ancêtres.

La pollution atmosphérique et les nuisances chimiques débordent toutes les frontières et chevauchent toutes les latitudes. L’Occident déverse ses déchets en Afrique et en Asie, contribuant à y majorer la pression chimique. Inversement, le réchauffement climatique majore la pression parasitaire dans les pays occidentaux. La globalisation concerne aussi les pressions environnementales.

Ne soyons pas trop catastrophistes pour autant. La sélection naturelle favorise la reproduction de ceux qui résistent le mieux aux différentes pressions. Les peuples tropicaux ont affiné leurs défenses génétiques et immunitaires. Il ne fait aucun doute que la génétique des populations occidentales a déjà commencé à sélectionner des caractères de résistance aux diverses pressions chimiques.

La seule inconnue est le temps. Combien de générations faudra-t-il pour affiner nos nouvelles défenses ? Cela prendra-t-il 5000, 50 000 ou 160 000 ans ?

Tout porte à croire qu’il serait préférable que ce ne soit pas plus de 500, voire 100 ans.    

Bibliographie

AFP, 7 mars 2014
Le paludisme migre à de plus hautes altitudes
http://www.lematin.ma/express/2014/rechauffement-climatique_le-paludisme-migre-a-de-plus-hautes-altitudes/198128.html

Agopian J, Navarro JM, Gac AC, Lecluse Y, Briand M, Grenot P, Gauduchon P, Ruminy P, Lebailly P, Nadel B, Roulland S
Agricultural pesticide exposure and the molecular connection to lymphomagenesis
J Exp Med. 2009 Jul 6;206(7):1473-83
DOI : 10.1084/jem.20082842

Anway MD, Cupp AS, Uzumcu M, Skinner MK
Epigenetic transgenerational actions of endocrine disruptors and male fertility
Science. 2005 Jun 3;308(5727):1466-9

Baldi I, Gruber A, Rondeau V, Lebailly P, Brochard P, Fabrigoule C
Neurobehavioral effects of long-term exposure to pesticides: results from the 4-year follow-up of the PHYTONER study
Occup Environ Med. 2011 Feb;68(2):108-15
DOI : 10.1136/oem.2009.047811

Gauderman W et al
The effect of air pollution on lung development from 10to 18 years of âge
N EnglJ Med 2004; 351: 1057-67

Goodarz Danaei
Causes of cancer in the world : comparative risk assessment of nine behavioural and environmental risk factors
The Lancet, vol. 366, Issue 9499, p. 1784-1793, 19 nov. 2005

Guo Y et al
The burden of air pollution on years of life lost in Beijing, China, 2004-08: retrospective regression analysis of daily deaths
BMJ 2013; 347: f7139

Hoek G, Brunekreef B, Goldbohm S, Fischer P, Van Den Brandt PA
Association between mortality and indicators of traffic-related air pollution in thé Netheriands : a cohort study
Lancet 2002; 360: 1203-09

Janesick AS, Blumberg B
Obesogens: an emerging threat to public health
Am J Obstet Gynecol. 2016 May;214(5):559-65
DOI : 10.1016/j.ajog.2016.01.182

Lathi RB, Liebert CA, Brookfield KF, Taylor JA, vom Saal FS, Fujimoto VY, Baker VL
Conjugated bisphenol A in maternal serum in relation to miscarriage risk
Fertil Steril. 2014 Jul;102(1):123-8
DOI : 10.1016/j.fertnstert.2014.03.024.

Orsi L, Delabre L, Monnereau A, Delval P, Berthou C, Fenaux P, Marit G, Soubeyran P, Huguet F, Milpied N, Leporrier M, Hemon D, Troussard X, Clavel J
Occupational exposure to pesticides and lymphoid neoplasms among men : Results of a French case-control study
Occup Environ Med. 2009 May;66(5):291-8
DOI : 10.1136/oem.2008.040972

Rachel Carson
Le printemps silencieux
Houghton Mifflin 1962

Reid NM, Proestou DA, Clark BW, Warren WC, Colbourne JK, Shaw JR, Karchner SI, Hahn ME, Nacci D, Oleksiak MF, Crawford DL, Whitehead A
The genomic landscape of rapid repeated evolutionary adaptation to toxic pollution in wild fish
Science. 2016 Dec 9;354(6317):1305-1308

Rémy Slama
Le mal du dehors
Quae 2017

Rochefort H
Bisphenol A et cancers hormono-dépendants
Médecine/Science 2013, 29, 539-44

Skinner MK, Manikkam M, Guerrero-Bosagna C
Epigenetic transgenerational actions of environmental factors in disease etiology
Trends Endocrinol Metab. 2010 Apr;21(4):214-22
DOI : 10.1016/j.tem.2009.12.007

Xu X, Sharma RK, Talbott EO, Zborowski JV, Rager J, Arena VC, Volz CD
PM10 air pollution exposure during pregnancy and term low birth weight in Allegheny County, PA, 1994-2000
Int Arch Occup Environ Health 2011; 84: 251-257
DOI : 10.1007/s00420-010-0545-z.

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Légiférer sur le vivant est toujours arbitraire - Entre le plus petit des homo sapiens (120 cm) et le plus grand (240 cm), le rapport est de deux. [...]

La science fait son marché - En 1971 en lançant le « National Cancer Act » le président Richard Nixon s’engageait à [...]

Dépression : un traitement n’est pas un diagnostic - Une étude vient de conclure à l’efficacité des antidépresseurs dans la dépression. Il [...]

Rescapés des cancers du web - Comme la plupart des dépistages généralisés en cancérologie, celui du mélanome (cancer de [...]

Espérance de vie et tourisme - Le peuple français se félicitait avec raison d’avoir l’espérance de vie à la [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Comment réconcilier ces deux philosophies de la vie : la vision de la médecine qui cherche à préserver la vie même en érodant sa qualité, et celle d'une existence ordinaire, à la fois fragile et source d'épanouissement ? Voilà sans doute le dilemme éthique le plus profond et le plus subtil que nous ayons à résoudre.
― Leon R. Kass

Vous aimerez aussi...

La biologie évolutionniste peut nous aider à relever de grands défis - Les différences entre espèces dans leur capacité à s’adapter aux changements environnementaux [...]

La pilule modifie le choix du partenaire - Abstract Les préférences de choix du partenaire varient selon le cycle menstruel aussi bien pour [...]

Médecine évolutionniste - présentation - Evolution et médecine (traduction de Perlman 2013)  La médecine évolutionniste est un nouveau [...]

Avantages pour les daltoniens pêcheurs - Une étude a été réalisée en Italie pour cartographier les dyschromatopsies (daltonisme) dans [...]

Le stress dépend de la hiérarchie sociale - Le cortisol est la principale hormone du stress. Son taux augmente sensiblement dans toutes les [...]

Haut de page