lucperino.com

Maladies coronaires et fertilité : exemple de pléiotropie antagoniste

dernière mise à jour le 18/10/2022

Un trait monogénique est une particularité morphologique ou physiologique qui dépend d’un seul gène ou pool génique. Une maladie est dite monogénique lorsqu’elle dépend d’une mutation pathogène sur un seul gène, comme la mucoviscidose ou la maladie de Huntington.  

Inversement, un trait ou une maladie sont dits polygéniques lorsqu’ils sont soumis à des variations sur un grand nombre de gènes. Ces gènes sont évidemment plus difficiles à identifier. Pour cela il faut établir des corrélations statistiques sur un grand nombre de génomes.

Cette étude a recherché les signaux de sélection polygénique des maladies coronaires (coronaropathies) telles que l’infarctus du myocarde. Tous les locus et gènes trouvés sont associés de manière unique et cohérente à de nombreux traits reproducteurs masculins et féminins.

Cela suggère que la sélection pourrait les avoir ciblés en raison de leurs effets directs sur la forme physique. Il y a ainsi un antagonisme entre le succès reproducteur dans la jeunesse et le risque de coronaropathie à des âges plus avancés.

Un gène est pléiotrope lorsqu’il a plusieurs fonctions parfois très différentes. On parle de pléiotropie antagoniste lorsque des gènes semblent favorables pour une fonction et défavorables pour d’autres. Cet antagonisme s’exerce dans le temps.

Il apparait que plusieurs gènes favorables à la reproduction chez les femmes et hommes jeunes, se montrent ensuite défavorables pour le risque de maladies cardio-vasculaires.

Cette étude fournit une nouvelle approche pour détecter la sélection sur les traits polygéniques et la preuve que les génomes humains modernes ont évolué en réponse aux pressions de sélection positive sur des traits de début de vie partageant des liens pléiotropes avec les coronaropathies.

L'une des questions fondamentales sur la coronaropathie - dont la progression commence chez les jeunes adultes avec une accumulation de plaque artérielle entraînant des conséquences potentiellement mortelles plus tard dans la vie - est de savoir pourquoi la sélection naturelle n'a pas supprimé ou réduit cette maladie coûteuse.

Cette étude fournit de nouvelles preuves que les gènes sous-jacents aux coronaropathies ont récemment été modifiés par la sélection naturelle et que ces mêmes gènes contribuent de manière unique et extensive à la reproduction humaine, ce qui suggère que la sélection naturelle pourrait avoir maintenu la variation génétique contribuant aux maladies coronaires en raison de ses effets bénéfiques sur la forme physique et la reproduction.

Il s’agit d’un bel exemple de pléiotropie antagoniste entre maladies coronaires et fertilité.

Bibliographie

Byars SG, Huang QQ, Gray LA, Bakshi A, Ripatti S, Abraham G, Stearns SC, Inouye M
Genetic loci associated with coronary artery disease harbor evidence of selection and antagonistic pleiotropy
PLoS Genet. 2017 Jun 22;13(6):e1006328
DOI : 10.1371/journal.pgen.1006328

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi...

Vomissements gravidiques - Les nausées, vomissements et hypersalivation de début de grossesse sont un problème fréquent et [...]

Le gène végétarien - Notre étude de l'Université Cornell en 2016 a évoqué l’existence d’un gène particulier que [...]

Barrières psychologiques devant les cancers -   Malgré le pouvoir explicatif de la théorie évolutionniste pour comprendre les maladies et [...]

Évolution des microbiotes intestinaux de mammifères et ses conséquences sur la santé humaine - Le phénotype d’un organisme multicellulaire est généralement considéré comme le produit de [...]

Psychoses et microbiote - La psychose, à l’aune de l’hypothèse membranaire Comme les études sur les jumeaux [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Trump le monofactoriel - En matière médicale, la notion de plurifactoriel (ou multifactoriel) est la plus complexe à [...]

Pollution et fécondité - La bibliographie concernant les preuves de l’influence néfaste des pesticides sur la [...]

Covid 19 : simples et moins simples vérités. - La vulgarisation médicale impose de vérifier ses sources et de définir ses mots pour éviter [...]

Paradoxe avortement/euthanasie - À mon titre d’homme, j’ai toujours été favorable à l’avortement et à [...]

Progrès de l'abstention dans la rhino-pharyngite - Dans les années 1920, des pédiatres et radiologues américains notèrent que les nourrissons [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Le séisme de l'émancipation a bouleversé collectivement l'intimité de chacun : la modernité démocratique - c'est sa grandeur - a progressivement fait de nous des hommes sans guide, nous a peu à peu placés dans la situation d'avoir à juger par nous-mêmes et à construire nos propres repères. Nous sommes devenus de purs individus, car aucune loi morale ni aucune tradition ne nous indiquent du dehors qui nous devons être et comment nous conduire. De ce point de vue, le partage permis/défendu, qui normait l'individualité jusqu'aux années 1950-1960, a perdu de son efficacité...
Le droit de choisir sa vie et l'injonction à devenir soi-même placent l'individualité dans un mouvement permanent... Le partage entre le permis et le défendu décline au profit d'un déchirement entre le possible et l'impossible...
Au lieu que la personne soit agie par un ordre extérieur (ou une conformité à la loi), il lui faut prendre appui sur ses ressorts internes, recourir à ses compétences mentales. Les notions de projet, de communication, de motivation sont aujourd'hui des normes.
― Alain Ehrenberg

Haut de page