lucperino.com

Imprudence clinique

humeur du 03/02/2023

L’intelligence artificielle (IA) est médiatisée comme une révolution. Les calculatrices de poche des années 1960 n’ont pas été commentées avec la même béatitude alors qu’elles étaient un premier miracle de l’IA, capables de faire mieux et plus vite que nous toutes les opérations mathématiques. Je ne peux plus m’en passer et je dois avouer que mon stylo sait encore effectuer les 4 opérations de base, mais ne sait plus extraire une racine carrée.

Depuis que l’échographie me donne la position du placenta et du bébé, mes mains ont perdu leur habileté obstétricale. Je fais une IRM cérébrale dès l’apparition du premier signe clinique neurologique. Cela me désole un peu, mais le progrès m’émerveille, il m’époustoufle. Si j’étais en fin d’études aujourd’hui, je me spécialiserais dans le décryptage génétique des maladies rares ou la radiologie interventionnelle et j’éviterai prudemment la traumatologie, la médecine environnementale, l’anesthésie, la psychiatrie ou encore la gériatrie. 

L’acquisition de mon premier dermatoscope a diminué mon inquiétude devant les suspicions de mélanome. Et lorsque j’étais trop inquiet, je demandais l’avis du dermatologue qui en avait vu cent fois plus que moi : sa base de données cérébrale était supérieure à la mienne. Aujourd’hui, la base de données du dermatologue est dérisoire comparée à celle de l’IA ; je n’ai plus besoin de lui, une photo avec mon smartphone me suffit. Cependant, je m’inquiète à nouveau, car si le dermatologue perd aussi son expertise, il ne pourra plus contrôler mon smartphone.

C’est ma seule véritable inquiétude. Qui contrôlera l’IA ? Les marchands ou les experts. Quelle intelligence artificielle nous dira s’il est vraiment utile de dépister les mélanomes ? De fanatiques transhumanistes ou de sages experts qui en constatent déjà l’inutilité.

Je crois connaître la réponse. Lorsque les essais cliniques ont été labellisés dans les années 1960, les institutions n’ayant rapidement plus eu les moyens d’en assurer la charge financière, les industriels en ont pris le monopole. Ce sont eux qui détiennent désormais les bases de données et les moyens de les exploiter. Mais tout est pour le mieux, car leurs clients occidentaux n'aiment pas la clinique des signes, ils aiment la thérapeutique, ils n’aiment pas le temps de l'indétermination.

L’IA ne sait pas encore que l’imprudence est une vertu clinique, que l’observation patiente et inopinée reste un excellent moyen d’améliorer la connaissance de l’histoire naturelle des symptômes, des maladies et de leurs porteurs.

La meilleure décision thérapeutique est celle qui repose à la fois sur les données de la science, le pragmatisme des patients et la connaissance irrationnelle et toujours imprudente des soignants.

L’IA sera toujours meilleure que les médecins pour le diagnostic du mélanome et la surveillance d’un traitement par insuline ou anticoagulants. Pour le reste, les bases de données devront intégrer le pragmatisme et l’irrationnel... Attendons encore un peu... 

 

Bibliographie

Boniol M, Autier P, Gandini S
Melanoma mortality following skin cancer screening in Germany
BMJ Open. 2015 Sep 15;5(9):e008158
DOI : 10.1136/bmjopen-2015-008158

Frangos JE, Duncan LM, Piris A, Nazarian RM, Mihm MC Jr, Hoang MP, Gleason B, Flotte TJ, Byers HR, Barnhill RL, Kimball AB
Increased diagnosis of thin superficial spreading melanomas : a 20-years study
J Am Acad Dermatol. 2012 Sep;67(3):387-94
DOI : 10.1016/j.jaad.2011.10.026

Kalialis LV, Drzewiecki KT, Klyver H
Spontaneous regression of metastases from melanoma: review of the literature
Melanoma Res. 2009 Oct;19(5):275-82
DOI : 10.1097/CMR.0b013e32832eabd5

Marc Grassin et Frédéric Pochard
La déshumanisation civilisée
Cerf, 2012

Olivier Rey
Leurre et malheur du trasnhumanisme
Desclée de Brouwer, 2018

Salerni G et coll
Melanoma detected in a follow-up program compared with melanoma referred to a melanoma unit
Arch Dermatol, 2011, 147, p. 549-55

US Preventive Services Task Force
Screening for Skin Cancer : US Preventive Services Task Force Recommendation Statement
JAMA. 2016;316(4):429-435
DOI : 10.1001/jama.2016.8465

Welch HG, Mazer BL, Adamson AS
The rapid rise in cutaneous melanoma diagnoses
N Engl J Med. 2021 Jan 7;384(1):72-79
DOI : 10.1056/NEJMsb2019760

Profil de nos 5000 abonnés

Par catégorie professionnelle
Médecins 27%
Professions de santé 33%
Sciences de la vie et de la terre 8%
Sciences humaines et sociales 12%
Autres sciences et techniques 4%
Administration, services et tertiaires 11%
Economie, commerce, industrie 1%
Médias et communication 3%
Art et artisanat 1%
Par tranches d'âge
Plus de 70 ans 14%
de 50 à 70 ans 53%
de 30 à 50 ans 29%
moins de 30 ans  4%
Par motivation
Patients 5%
Proche ou association de patients 3%
Thèse ou études en cours 4%
Intérêt professionnel 65%
Simple curiosité 23%

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Irrémédiable immunosénescence - Certains d’entre vous l’ont remarqué, lorsque les années s’accumulent, l’aspect de la [...]

Éthique conséquentialiste - Les quatre premiers piliers de l’éthique médicale sont la bienfaisance, [...]

Piétons fragiles et malotrus - Dans la jungle de la circulation urbaine où des doigts se brandissent pour déshonorer les [...]

Vie et mort des dogmes du soin - La philosophie enseigne la différence entre dogme et théorie scientifique. Le dogme est [...]

Considérons enfin les phases de vie - La cigale Magicicada septemdecim est ainsi nommée car elle a une phase larvaire de dix-sept [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Toutes les spécialités se recoupent en médecine, occasionnant parfois des querelles de chapelle. Le généraliste est en dehors de ces combats, il a la malchance d'avoir une spécialité disputée par toutes les autres, il a la chance d'être le dernier à pouvoir les exercer toutes, sans contestation possible. C'est à lui seul qu'incombe de fixer le niveau de sa compétence dans chaque spécialité.
Stimulant.
― Luc Perino

Haut de page