lucperino.com

Marions-les

humeur du 12/02/2023

Plusieurs études, originales et sérieuses, ont essayé d’établir des relations entre le statut matrimonial et l’état de santé.

La cardiologie en livre d’étonnants résultats. Par exemple, le fait de vivre sans conjoint après 75 ans augmente de 25% le risque de décès dans l’année qui suit un infarctus.

Nous savons que la pression artérielle est intimement liée à l’environnement socio-professionnel. Dans un couple, la qualité de la relation conjugale auto-déclarée (haute, moyenne ou faible) est inversement proportionnelle à la pression artérielle. Les électrocardiogrammes d’effort après un stress mental révèlent que le myocarde des célibataires y est deux à trois fois plus sensible que celui des personnes vivant en couple. De manière générale, chez les femmes, le veuvage dégrade le profil cardio-vasculaire.

Chez les sédentaires, l’activité sexuelle entraîne des risques de mort subite et d’accident cardiaque aigu plus élevés chez les célibataires que chez les appariés. Cependant, une activité sexuelle régulière diminue ce risque (comme pour l’activité physique). La vie en couple serait alors un avantage, si nous postulons que l’activité sexuelle y est plus régulière.

Le statut matrimonial a bien d’autres répercussions sur la santé. La vie en couple et, a fortiori, la vie familiale limitent les conduites à risque et stimulent les fonctions cognitives. Ainsi, le risque de démence chez les célibataires et supérieur de 50% à celui des personnes mariées. Cette différence ne se constate pas chez les divorcés. C’est ainsi !

Le psychisme est évidemment concerné. L'hospitalisation pour raisons psychiatriques multiplie par cinq le risque de suicide du conjoint, dans les deux années suivantes. Le décès du conjoint multiplie ce risque par huit (toujours dans les deux ans) ; et si le décès est dû à un suicide, ce risque est multiplié par plus de vingt.

Une douleur importante en fin de journée chez l’un des conjoints diminue la quantité et la qualité de sommeil de l’autre, avec un sommeil d’autant moins réparateur que la relation conjugale est plus étroite. Quant aux douleurs chroniques, celle de l’un influe objectivement sur l’état de santé de l’autre.

Si le mariage est déjà fort connu pour augmenter l’espérance de vie des individus, on connaît moins ses répercussions en termes de santé publique. La prématurité et petit poids de naissance des nouveau-nés sont plus fréquents chez les mères célibataires que mariées. Dans un tout autre registre, le mariage diminue considérablement les conduites anti-sociales ; il réduit le risque de criminalité d’environ 35 %, bien que Bonnie and Clyde aient encore trop d’émules. Hélas, les féminicides viennent ternir ce beau tableau, car le conjoint en est l’auteur quatre fois sur dix.

Je n’ai mentionné que des études ayant éliminé les facteurs de confusion. Il s’agit donc bien de fortes corrélations sanitaires, lesquelles ne présument en rien des avantages et inconvénients du célibat en d’autres domaines.

Bibliographie

Agerbo E
Risk of suicide and spouse's psychiatric illness or suicide : nested case-control study
BMJ. 2003 Nov 1;327(7422):1025-6
DOI : 10.1136/bmj.327.7422.1025

Burt SA, Donnellan MB, Humbad MN, Hicks BM, Mcgue M, Iacono WG
Does marriage inhibit antisocial behavior ?
Arch Gen Psychiatry. 2010 Dec; 67(12): 1309–1315
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2010.159

Dahabreh IJ, Paulus JK
Association of Episodic Physical and Sexual Activity With Triggering of Acute Cardiac Events: Systematic Review and Meta-analysis
JAMA. 2011 Mar 23;305(12):1225-33
DOI : 10.1001/jama.2011.336

Grewen KM, Girdler SS, Light KC
Relationship quality: effects on ambulatory blood Pressure and negative affect in a biracial sample of men and women
Blood Press Monit. 2005 Jun;10(3):117-24

Hadi Khafaji HA, Al Habib K, Asaad N, Singh R, Hersi A, Al Falaeh H, Al Saif S, Al-Motarreb A, Almahmeed W, Sulaiman K, Amin H, Al-Lawati J, Al-Sagheer NQ, Alsheikh-Ali AA, Al Suwaidi J
Marital status and outcome of patients presenting with acute coronary syndrome: an observational report
Clin Cardiol. 2012 Dec;35(12):741-8
DOI : 10.1002/clc.22034

Jiang W, Samad Z, Boyle S, Becker RC, Williams R, Kuhn C, Ortel TL, Rogers J, Kuchibhatla M, O'Connor C, Velazquez EJ
Prevalence and clinical characteristics of mental stress-induced myocardial ischemia in patients with coronary heart disease
J Am Coll Cardiol. 2013 Feb 19;61(7):714-22
DOI : 10.1016/j.jacc.2012.11.037

Martire LM, Keefe FJ, Schulz R, Parris Stephens MA, Mogle JA
The impact of daily arthritis pain on spouse sleep
Pain. 2013 Sep;154(9):1725-31
DOI : 10.1016/j.pain.2013.05.020

Shah PS, Zao J, Ali S
Knowledge Synthesis Group of Determinants of preterm/LBW births. Maternal marital status and birth outcomes: a systematic review and meta-analyses
Matern Child Health J. 2011 Oct;15(7):1097-109
DOI : 10.1007/s10995-010-0654-z

Sommerlad A, Ruegger J, Singh-Manoux A, Lewis G, Livingston G
Marriage and risk of dementia: systematic review and meta-analysis of observational studies
J Neurol Neurosurg Psychiatry. 2018 Mar;89(3):231-238
DOI : 10.1136/jnnp-2017-316274

Stöckl H, Devries K, Rotstein A, et al
The global prevalence of intimate partner homicide: a systematic review
Lancet. 2013;382(9895):859-865
DOI : 10.1016/S0140-6736(13)61030-2

Zhaowei Z, Xiaofan P, Hebin X, Cuihong T, Haoran X, Qinna L, Zhenzhen L, Xinqun H, Zhenfei F, Jianjun T, Yanshu Z, Hong Y, Chun S, Shi T, Qiming L, Hejun J, Xiaoling L, Shenghua Z
Comparison of One-Year Survival After Acute Coronary Syndrome in Patients ≥75 Years of Age With Versus Without Living With Spouse
Am J Cardiol. 2019 Jan 1;123(1):1-6
DOI : 10.1016/j.amjcard.2018.09.032

Profil de nos 5000 abonnés

Par catégorie professionnelle
Médecins 27%
Professions de santé 33%
Sciences de la vie et de la terre 8%
Sciences humaines et sociales 12%
Autres sciences et techniques 4%
Administration, services et tertiaires 11%
Economie, commerce, industrie 1%
Médias et communication 3%
Art et artisanat 1%
Par tranches d'âge
Plus de 70 ans 14%
de 50 à 70 ans 53%
de 30 à 50 ans 29%
moins de 30 ans  4%
Par motivation
Patients 5%
Proche ou association de patients 3%
Thèse ou études en cours 4%
Intérêt professionnel 65%
Simple curiosité 23%

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Publicité anti-tabac - Récemment entendu sur un grand média : « la publicité contre le tabac est efficace [...]

La toxicité du geste - Tous les médicaments possèdent des effets indésirables. Certains y voient un corollaire et une [...]

Le babouin de Buffon - L’Histoire des sciences de l’évolution cite toujours l’impétueux Lamarck et le [...]

Petite leçon de décryptage d’un article médical - Les sciences de la santé étant les plus faciles à corrompre, voici dix points devant [...]

Seuil de contre-productivité - Le risque zéro n’existe pas, mais tout doit être fait pour s’en approcher. Les normes [...]

La phrase biomédicale aléatoire

C'est d'après la ressemblance des actions externes des animaux avec celles que nous accomplissons nous-mêmes que nous jugeons que leurs actions internes ressemblent également aux nôtres, et le même principe de raisonnement, poussé un peu plus loin, nous fera conclure que, puisque nos actions internes ressemblent les unes aux autres, les causes dont elles procèdent doivent aussi se ressembler. Donc, quand une hypothèse est avancée pour expliquer une opération mentale commune aux hommes et aux animaux, nous devons l'appliquer aux uns et aux autres.
― David Hume en 1739

Haut de page