lucperino.com

Manipulation mentale

humeur du 16/05/2023

Comparée à l’hypnose, la manipulation mentale détruit le libre-arbitre de façon plus durable, voire irréversible. La manipulation mentale n’est pas un conditionnement de type pavlovien. Enfin, elle n’a rien de commun avec le chamanisme et ses transes avec ou sans drogue comme le bwiti gabonais et le vaudou haïtien.  

La manipulation mentale est bien plus complexe que tous ces réflexes comportementaux ou conduites grégaires, car elle utilise une infinité de ressources psycho-sociales et neurophysiologiques.

Mais elle est aussi très simple en ce sens qu’elle est un corollaire et une constante de la vie en société. La séduction amoureuse, les discours politiques, la publicité et l’effet placebo en sont les formes à la fois les plus élémentaires et les plus efficaces, puisque nul ne peut y échapper. Les formes extrêmes sont exprimées dans les sectes où les manipulateurs parviennent à pervertir tout le système cognitif jusqu’à ce que l’autosuggestion des manipulés devienne plus efficace que la suggestion des manipulateurs.

D’une manière générale, les manipulateurs en tirent bénéfice, mais une telle banalité n’est répréhensible que si le préjudice aux manipulés est très important. Il faut donc aborder la manipulation mentale comme l’on aborde les médicaments : sous le rapport bénéfices/risques.

Les grands mythes religieux sont de bons exemples de manipulations mentales qui ont permis l’enrichissement de toutes les églises, cependant cela n’est pas répréhensible dans la mesure où les manipulés vivent leur foi et leur appartenance communautaire comme un bénéfice. Inversement, lorsque Dieu demande à Abraham de tuer son fils, lorsque des djihadistes imposent le martyre suicidaire ou lorsque les prêtres abusent sexuellement des enfants de leurs ouailles, le préjudice est énorme.

Lorsque des tribuns biaisent l’information pour asseoir leur pouvoir, le préjudice dépend de l’idéologie et des bénéfices secondaires de chaque manipulé. Mais lorsqu’un dictateur supprime toute information, le préjudice est considérable, car il détériore le système cognitif des manipulés. Dans la même façon que la dissimulation des effets secondaires des médicaments peut conduire à la mort.

Les réseaux sociaux sont un puissant support de la manipulation mentale qui fonctionne d’autant mieux qu’elle s’adresse à des personnes psychiquement fragiles ou de faible niveau d’éducation. Elle touche particulièrement les adolescents qui ont souvent une faible estime d’eux-mêmes et qui sont à l’âge des psychoses, des addictions et des jeux dangereux.

Malgré cette évaluation facile du rapport bénéfices/risques, il n’existe aucun cadre juridique de la manipulation mentale. C’est probablement pour cela que les prêtres pédophiles, les neuro-marketeurs, les gourous abuseurs sexuels, les chimistes dissimulateurs, les dictateurs paranoïaques et les partis complotistes sont de plus en plus nombreux.

La manipulation mentale annonce-t-elle un deuxième moyen-âge ?

Bibliographie

Bouzar D
Sortir du piège de l’embrigadement
Cerveau & Psycho, 2015 ; 72 : 62–69

Cialdini Robert
Influence et manipulation : Comprendre et maîtriser les mécanismes et les techniques de persuasion
First éditions - 2004

David MICHAELS
Doubt is their product
Oxford University Press, 2008

Debroise A et al
La science de la manipulation
La Recherche, avril 2016, N° 510

Ellis BJ, Del Giudice M, Dishion TJ, Figueredo AJ, Gray P, Griskevicius V, Hawley PH, Jacobs WJ, James J, Volk AA, Wilson DS
The evolutionary basis of risky adolescent behavior: implications for science, policy, and practice
Dev Psychol. 2012 May;48(3):598-623
DOI : 10.1037/a0026220

Lin LY, Sidani JE, Shensa A, et al
Association between social media use and depression among US young adults
Depress Anxiety. 2016;33(4):323-331
DOI : 10.1002/da.22466

Oreskes Naomi et Conway Erik M
Les marchands de doute
Le Pommier, 2012

Riehm KE, Feder KA, Tormohlen KN, et al
Associations between time spent using social media and internalizing and externalizing) problems among US youth
JAMA Psychiatry. 2019;76(12):1-9
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2019.2325

Profil de nos 5000 abonnés

Par catégorie professionnelle
Médecins 27%
Professions de santé 33%
Sciences de la vie et de la terre 8%
Sciences humaines et sociales 12%
Autres sciences et techniques 4%
Administration, services et tertiaires 11%
Economie, commerce, industrie 1%
Médias et communication 3%
Art et artisanat 1%
Par tranches d'âge
Plus de 70 ans 14%
de 50 à 70 ans 53%
de 30 à 50 ans 29%
moins de 30 ans  4%
Par motivation
Patients 5%
Proche ou association de patients 3%
Thèse ou études en cours 4%
Intérêt professionnel 65%
Simple curiosité 23%

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Antibiotiques à l'envi - Les résistances aux sulfamides, à la pénicilline ou à la streptomycine ont été constatées [...]

Des ménagères aux patients - Les radios de service public ont su épargner à leurs auditeurs les publicités pour [...]

Vaccinations : entre sectarisme et dogmatisme - Lorsque les historiens du futur jugeront la médecine (hors chirurgie), la « triade pastorienne [...]

Cruauté des chiffres de la psychiatrie - L’épidémiologie est cruelle pour les psychiatres, ce qui peut expliquer qu’ils ne soient [...]

Argument de l'espérance de vie - Analyser et critiquer nos actions est source de progrès. Dans le domaine [...]

Haut de page