lucperino.com

Les Chinois ne pourront jamais peupler entièrement le Tibet

dernière mise à jour le 08/01/2024

Selon la personne à qui vous posez la question, entre quelques centaines de milliers et plus de sept millions de Han (d'origine chinoise) ont immigré dans la région autonome du Tibet depuis son invasion par la Chine en 1950. Mais selon une équipe internationale de chercheurs, ces Han ont des difficultés à s'y reproduire en haute altitude.

Les questions entourant le Tibet et la Chine sont bien entendu complexes. En ce qui concerne l’invasion de 1950, le gouvernement chinois a affirmé (entre autres choses) que puisque le Tibet faisait partie de la dynastie Qing dans les années 1600, il ne faisait que réprimer une province rebelle et la libérer d’une forme de gouvernement féodal. Les Tibétains prétendent généralement qu’ils étaient une nation indépendante et qu’ils ont été et subissent encore un génocide culturel de la part du gouvernement chinois.

Étant donné qu’il y a ici des centaines (voire des milliers) d’années d’histoire, il s’agit là d’une simplification excessive de la question. Pourtant, au milieu de toutes ces controverses, une chose est claire : les Tibétains semblent mieux se reproduire à des altitudes plus élevées que les Han dont les femmes et les nourrissons souffrent.

Le Dr Lorna Moore, chercheuse spécialisée dans les effets de l'altitude sur la grossesse et l'accouchement a étudié la différence entre la reproduction des Han et des Tibétains à haute altitude.

Les Tibétains ont un poids de naissance plus élevé parce que les bébés grandissent plus normalement in utero. Cela semble être dû à un flux sanguin plus important vers la circulation utérine. Ces bébés de plus grande taille ont donc de meilleures chances de survie après la naissance.

Elle a étudié 452 bébés nés de parents Han et Tibétains vivant entre 2800 et 4600 m d'altitude dans la région autonome du Tibet. A la naissance, le poids, le sexe et l'âge gestationnel des bébés ont été enregistrés.

L'état de santé des parents, ainsi que leurs grossesses (863) et naissances (734) précédentes, ont également été enregistrés, à partir desquels ils ont calculé des taux de mortalité prénatale et postnatale distincts de ceux des 452 bébés accouchés au moment de l'accouchement.

Il est intéressant de noter que l’étude a révélé qu’aucune naissance Han n’a eu lieu au-dessus de 3800 m, alors que les naissances tibétaines ont eu lieu à toutes les altitudes. En fait, la plupart des Han qui vivaient au-dessus de cette altitude sont descendus à des altitudes plus basses pendant la grossesse, où ils sont restés plusieurs années. Les raisons invoquées pour justifier ce déménagement incluaient la santé – risque accru de prééclampsie – et le rapprochement de la famille en Chine. Les familles retournaient généralement en haute altitude lorsque l'enfant avait trois ou quatre ans.

Il faut savoir que l'incidence de la prééclampsie est généralement triple à haute altitude pour la plupart des populations qui n'ont pas passé des milliers d'années à une telle altitude.

Outre le lieu des naissances et les risques possibles pour la santé maternelle, l'étude a révélé que le poids à la naissance des deux populations était également affecté par l'altitude ; il diminuait à mesure que l'altitude augmentait. Cependant, l’ampleur de la baisse était radicalement différente entre les deux populations.

Les poids de naissance des Tibétains sont similaires aux valeurs relevées au niveau de la mer, alors que les poids de naissance des Han sont beaucoup plus faibles.

En fait, le poids à la naissance des nourrissons Han a diminué de 66 % de plus que celui des enfants nés de parents tibétains. Les enfants tibétains pesaient en moyenne 310 grammes de plus que les bébés Han entre 2700 et 3000 mètres d'altitude, et 530 grammes de plus entre 3000 et 3800 m.

En outre, l’étude a révélé que la mortalité prénatale et postnatale était plus élevée chez les Han que chez les Tibétains, toutes altitudes confondues.

Quant à la raison pour laquelle ces groupes diffèrent si radicalement, la différence est principalement due à l’incidence du retard de croissance intra-utérin (RCIU) et à la diminution du taux de croissance du bébé dans l’utérus. Le RCIU lui-même est un résultat de la génétique, car il semble que certains gènes permettent un flux sanguin utérin et une oxygénation artérielle plus élevés que la normale à des altitudes plus élevées.

L'étude de 30 nourrissons tibétains et Han nés à environ 3600 m d’altitude a révélé que la saturation artérielle en oxygène (SaO2) chez les nourrissons tibétains était plus élevée lorsqu’ils étaient éveillés ou endormis. Plus de 85% de SaO2 pour les Tibétain contre moins de 70% pour les Han !

Les chercheurs ont identifié 14 régions du génome qui semblent jouer un rôle dans les adaptations à la naissance à haute altitude.

Les Tibétains possèdent en outre une variante d'un gène connu sous le nom d'EPAS1, qui régule leurs niveaux d'hémoglobine transportant l'oxygène. Leur version particulière du gène provient apparemment d'ancêtres dénisoviens, une espèce humaine éteinte qui se croisait assez rarement avec Homo sapiens.

Moins de 1% des Han sont porteurs de cette variante rare d'EPAS1, et il est peu probable qu’ils soient capables de générer ces gènes dans un avenir proche, à moins d’avoir des enfants avec des Tibétains.

D'autres études en Amérique du Sud (Bolivie) ont montré que les populations d’origine européenne, bien qu’elles vivent à haute altitude 500 ans, présentent toujours un poids de naissance inférieur.

 

Bibliographie

Niermeyer S, Andrade-M MP, Vargas E, Moore LG
Neonatal oxygenation, pulmonary hypertension, and evolutionary adaptation to high altitude
Pulm Circ. 2015 Mar;5(1):48-62
DOI : 10.1086/679719

Profil de nos 5000 abonnés

Par catégorie professionnelle
Médecins 27%
Professions de santé 33%
Sciences de la vie et de la terre 8%
Sciences humaines et sociales 12%
Autres sciences et techniques 4%
Administration, services et tertiaires 11%
Economie, commerce, industrie 1%
Médias et communication 3%
Art et artisanat 1%
Par tranches d'âge
Plus de 70 ans 14%
de 50 à 70 ans 53%
de 30 à 50 ans 29%
moins de 30 ans  4%
Par motivation
Patients 5%
Proche ou association de patients 3%
Thèse ou études en cours 4%
Intérêt professionnel 65%
Simple curiosité 23%

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Passoires et tamis - Notre société est atteinte de « litigiosité » chronique. L’imagination des procéduriers [...]

Illusoire moléculaire - Bien avant Booz et Noé, chacun savait qu’un bon sommeil est gage de bonne santé. [...]

Somatogenèse ou psychogenèse - Cela fait vingt ans déjà que dans son "anthropologie de la maladie", Laplantine affirmait que la [...]

Épigènes héritables - Les lois darwiniennes de l’évolution ont tardé à pénétrer les esprits ; inversement, la [...]

Après le taylorisme, le prozacisme - Le taylorisme, puis le fordisme ont été les piliers de la productivité et de la consommation. [...]

Vous aimerez aussi...

Hérédité épigénétique - Abstract Depuis que le génome humain a été séquencé, l’épigénétique a révélé que nous [...]

Prostate, ethnies et environnement - On considère que le cancer de la prostate tue plus de 300 000 hommes par an. Son incidence et sa [...]

Génétique évolutionniste des maladies coronaires. - La susceptibilité aux maladies communes telles que les maladies coronaires reflète en partie [...]

Alzheimer : aspects évolutionnistes de la physiopathologie et de l'échec thérapeutique - Depuis que la maladie d'Alzheimer (MA) est nuisible pour notre espèce, il reste difficile de [...]

Épigénétique du syndrome de stress post-traumatique - Nous savons que l’environnement influence la méthylation de l’ADN. C’est la base de [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Les maladies à chiffres sont une aubaine pour les syllogismes pervertis :
- Majeure : la mort est dans les artères.
- Mineure : les artères ont des chiffres.
- Conclusion : en soignant les chiffres, je soigne la mort.
― Luc Perino

Haut de page