lucperino.com

Verrues

dernière mise à jour le 19/10/2015

I / Les mots et les faits

  • Verrue : tumeur cutanée bénigne à papillomavirus qui disparait toujours spontanément en deux mois à deux ans chez les personnes immunocompétentes.
  • Personne immunocompétente : tout le monde à l’exception des patients traités par immunosuppresseurs (greffés), des patients atteints du SIDA et de certaines maladies rares (enfants-bulles).
  • Les verrues peuvent siéger partout, mais préférentiellement sur les mains et les pieds.
  • Elles sont favorisées et aggravées par les micro-traumatismes.
  • La verrue plantaire est une verrue comme les autres, mais son siège sous la plante du pied l’expose davantage aux traumatismes répétés.

II/ Combattre les idées reçues

  • Le nombre de traitements médicaux proposés pour soigner les verrues est considérable depuis la chélidoine (appelée aussi herbe à verrue) jusqu’à l’hypnose (!!) en passant par l’homéopathie, l’ail, l’oignon, l’antimoine, l’acide salicylique, l’acide lactique, le glutaraldéhyde, le nitrate d’argent, le 5 fluorouracile, la cantharidine, etc. Aucun de ces traitements n’est plus efficace qu’un placebo ou que l’abstention et beaucoup sont dangereux en favorisant l’auto-contagion et les cicatrices disgracieuses.
  • La méthode dite de « l’occlusion » par un sparadrap ou un vernis quelconque équivaut à l’abstention de traitement. Elle n’est pas dangereuse et on la conseille parfois pour éviter l’auto-contagion ou la contagion interpersonnelle
  • Les méthodes chirurgicales (scalpel, grattage, électro-coagulation, laser ou azote liquide) sont toutes vivement déconseillées, car elles traumatisent les verrues, favorisent la dissémination locale et provoquent des cicatrices disgracieuses.

III/ Les idées-forces

  • La verrue plantaire est parfois douloureuse et gêne le patient. Pourquoi ? Parce que le pied est soumis incessamment à des micro-traumatismes. Cela donne bien la preuve que les traumatismes sont mauvais pour les verrues et qu’il faut donc éviter toutes les méthodes agressives et chirurgicales.
  • Pour soigner la verrue plantaire, il faut aussi s’abstenir de tout traitement. Cette abstention totale est difficile à faire admettre, car le patient a mal en marchant. Il faut donc mettre un sparadrap sur la verrue et empêcher les microtraumatismes en entourant la verrue de bourrelets (coton) pour éviter de marcher dessus. Elle s’en ira d’elle-même comme les autres.
  • Les verrues plantaires qui gênent le plus longtemps sont celles qui ont été le plus longtemps soignées par un grand nombre de méthodes !

IV/ L’espace d’éducation et de progrès

  • Il est très difficile de savoir s’abstenir de tout traitement. Cela semble hélas aussi difficile pour les patients que pour les médecins spécialistes. Pourtant l’abstention est le meilleur traitement des verrues.
  • D’une manière générale, c’est lorsque les maladies guérissent spontanément qu’il existe le plus grand nombre de traitements jugés efficaces.
  • Aucune sérieuse et indépendante ne confirme l’intérêt d’un traitement quelconque pour les verrues. L’abstention est TOUJOURS le meilleur choix, même pour les verrues qui durent longtemps, car elles ne dureront pas moins longtemps avec n’importe quel traitement. C’est le plus difficile à comprendre.

V/ Radio trottoir des erreurs quotidiennes

 

  • Mon fils a des verrues depuis deux ans, on a tout essayé, rien ne marche. (Non, il n’a plus de verrues, ce sont simplement les cicatrices disgracieuses de tout ce qui a été fait pour les enlever)
  • Le dermatologue me coûte trop cher, j’ai acheté un spray d’azote liquide. (Il ne faut pas utiliser l’azote liquide, ce peut être dangereux et ce n’est pas plus efficace que l’abstention. Les dermatologues honnêtes – il y en a – utilisent exceptionnellement l’azote liquide pour certaines verrues plantaires très gênantes)
  • On dit que les verrues sont contagieuses. (On ne peut pas vraiment parler de contagion pour les verrues. Les papillomavirus existent partout et la primo-infection est systématique chez tout le monde, mais parfois, elle ne se manifeste pas du tout.)
  • On dit qu’il ne faut pas aller à la piscine. (On conseille parfois d’éviter la piscine pour les verrues plantaires, mais c’est surtout en raison de l’auto-contagion due au traumatisme de la marche nu-pieds.) (Toujours le même problème du traumatisme des verrues.)

Bibliographie

Kwok CS, Gibbs S, Bennett C, Holland R, Abbott R (Cochrane Skin Group)
Topical treatments for cutaneous warts
Cochrane database
DOI : 10.1002/14651858.CD001781.pub3

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Haut de page