lucperino.com

Sinusites

dernière mise à jour le 03/05/2016

I/ Les mots et les faits

  • Sinus de la face : cavités situées dans les os de la face et communiquant avec les fosses nasales.
  • Sinus maxillaires : paire de sinus situés symétriquement sous l’orbite dans les maxillaires supérieurs.
  • Sinus frontaux : paire de sinus situés au-dessus de l’orbite
  • Sinus ethmoïdaux : sinus centraux constitué de plusieurs petites cavités entre les orbites, au niveau de la racine du nez
  • Sinus sphénoïdaux : paire de sinus centraux et très postérieurs creusés dans l’os sphénoïde qui constitue la paroi postérieure des fosses nasales.
  • Ostium sinusien : canal qui relie un sinus à la cavité nasale (on dit aussi canal sinusien)
  • Méat sinusien : orifice d’un ostium ou canal sinusien dans les fosses nasales
  • Sinusite aiguë : inflammation de la muqueuse des sinus, les sinusites les plus fréquentes sont les maxillaires et frontales, elles sont aussi les plus bénignes. Les sinusites ethmoïdales et sphénoïdales sont bien plus rares et peuvent être graves.
  • Rhino-sinusite aiguë : en réalité, les sinusites surviennent toujours (à une exception près) en même temps qu’une rhinite ou rhino-pharyngite (rhume), c’est pourquoi on parle plutôt de rhino-sinusite.
  • Sinusite chronique : lorsque les symptômes de la sinusite durent plus de 3 mois.

 

II/ Combattre les idées reçues

  • L’écoulement nasal est aqueux au début d’une rhinite, puis il devient jaunâtre ensuite. Cet aspect purulent est normal et ne signifie pas qu’il y a une sinusite bactérienne. Cet aspect jaunâtre ou verdâtre est dû à une nécrose inévitable de la muqueuse nasale.
  • Les rhino-sinusites sont presque toujours virales et guérissent spontanément en moins de deux semaines. Les antibiotiques sont inutiles et inefficaces. Les corticoïdes sont inutiles.
  • Il existe très souvent une inflammation et une douleur des sinus en cas de rhume. On parle de sinusite véritable lorsque la douleur est forte et que la fièvre dépasse 38°5 pendant plus de 10 jours. On parle alors de rhino-sinusite aiguë hyperalgique (très douloureuse).
  • Les traitements antibiotiques, antiinflammatoires peuvent être envisagés seulement dans les rhino-sinusites aiguës hyperalgiques.
  • Les radiographies des sinus n’ont aucun intérêt et ne donnent pas assez de renseignement diagnostique dans les rhino-sinusites de moins de trois mois.
  • Pour les sinusites chroniques (plus de trois mois), le seul examen utile et précis est le scanner

 

III/ Les idées forces

  • Les symptômes d’une rhino-sinusite aiguë peuvent être :
    • obstruction nasale bilatérale
    • écoulement nasal (rhinorrhée) antérieure et postérieure d’aspect plus ou moins purulent
    • pesanteurs et tensions au niveau de la face, maux de tête
    • perte ou baisse de l’odorat
    • température inférieure à 38°5
    • les symptômes sont à leur maximum au troisième jour et diminuent régulièrement pour finir par disparaître en moins de deux semaines
  • Les symptômes supplémentaires dans la rhino-sinusite aiguë hyperalgique sont :
    • douleur forte au niveau d’un sinus (presque toujours maxillaire).
    • température supérieure à 38°5
    • il peut y avoir une diminution des sécrétions purulentes si un ostium maxillaire est bouché.
    • leur durée est toujours supérieure à  dix jours
    • (En cas de sinusite frontale, il peut y avoir un œdème de la paupière)
  • Les sinusites n’ont pas toutes la même fréquence :
    • Les sinusites maxillaires sont les plus fréquentes de très loin (ce sont pratiquement les seules rhino-sinusites aiguës)
    • Les sinusites frontales sont beaucoup moins fréquentes
    • Les sinusites ethmoïdales sont très rares et peuvent être graves
    • Les sinusites sphénoïdales sont exceptionnelles et peuvent être très graves
  • Les sinusites ethmoïdales et sphénoïdales sont très difficiles à diagnostiquer. Les maux de tête sont souvent très violents, comme dans une méningite. Il y a parfois des problèmes oculaires. En cas de doute, il faut un scanner et une consultation ORL en urgence.
  • Les sinusites chroniques
    • Elles sont définies par une durée supérieure à 3 mois
    • Elles peuvent être d’origine allergique
    • Elles peuvent être dues à une polypose (polypes nasaux et sinusiens souvent d’origine allergique)
    • Leur traitement est très délicat
    • Il faut retarder au maximum les interventions chirurgicales, car les complications sont fréquentes, et peuvent être graves dans 1% des cas.

 

IV/ Espace d'éducation et de progrès

  • Les seules sinusites maxillaires non liée à une rhino-pharyngite sont les sinusites d’origine dentaire.
    • Il s’agit de l’infection du sommet d’une dent
    • Elles peuvent survenir après un soin du canal dentaire.
    • Elles sont toujours unilatérales
    • Leurs symptômes sont les suivants :
      • obstruction nasale unilatérale
      • rhinorrhée antérieure unilatérale purulente
      • douleur dentaire unilatérale
      • douleur sous-orbitaire unilatéral
      • cacosmie (perception d’odeurs désagréables dues à des bactéries anaérobies).
      • fièvre souvent supérieure à 38°5C
  • Les sinusites sont presque toujours virales (rhinovirus, coronavirus, adénovirus, virus influenzae et parainfluenzae, virus respiratoire syncitial).
  • Dans les sinusites hyperalgiques ou de longue durée, il y a souvent une surinfection bactérienne (pneumocoque, streptocoque, haemophilus, moraxella, staphylocoque).
  • Dans les sinusites chroniques, il y a toujours surinfection bactérienne (parfois des germes résistants suite à un excès de prescription antibiotique auparavant)
  • Les sinusites maxillaires chroniques résistantes au traitement médical nécessitent parfois une ponction et un lavage du sinus.
  • Il existe d’autres pathologies rares des sinus, dont certains cancers, mais ce n’est pas notre sujet ici.
  • Chez l’enfant
    • Les sinusites sont rares.
    • Seulement 5 à 8 % des rhinopharyngites de l'enfant se compliquent d’une sinusite qui guérit aussi en 10 jours
    • Les enfants ne possèdent pas tous les sinus
      • Les sinus ethmoïdaux sont présents dès les premiers mois de vie
      • Les sinus maxillaires apparaissent à partir de trois à quatre ans ;
      • Les sinus frontaux apparaissent entre cinq et dix ans ;
      • Les sinus sphénoïdaux se forment après dix ans.
    • Les enfants ne peuvent donc pas avoir la sinusite correspondante !

 

V/ Radio trottoir des erreurs quotidiennes

  • J’ai des sécrétions purulentes, je dois avoir une sinusite. (Non, il ne s’agit pas de pus, mais de débris de votre muqueuse, c’est l’évolution normale de tous les rhumes).
  • Mon rhume dure depuis dix jours, je dois encore faire une sinusite. (Si votre fièvre n’est pas trop forte et vos sinus peu douloureux, il s’agit certainement d’une rhino-sinusite banale qui peut durer jusqu’à deux semaines)
  • Mon enfant de trois ans peut-il avoir une sinusite ? (Non, car il n’a pas de sinus maxillaire)
  • Donnez-moi un antibiotique, car je suis sujet aux sinusites. (Ce traitement ne devient indispensable qu’en cas de fortes douleurs et de forte fièvre, il vaut mieux attendre, car nous pourrions avoir des difficultés à vous soigner en cas de vraie sinusite hyperalgique)
  • À quoi servent les sinus, si on en a pas besoin pour respirer ? (C’est une bonne question, à vrai dire on ne sait pas à quoi ils servent, peut-être à diminuer le poids de la tête !)
  • Ma sinusite est chronique, elle dure depuis deux mois. (Certains considèrent qu’une sinusite est chronique au-delà de trois ou quatre semaines, d’autres au-delà de trois ou quatre mois. Il faut faire un scanner pour poser un tel diagnostic.)
  • On dit que certaines sinusites peuvent se transformer en méningite. (C’est vrai en cas de sinusite ethmoïdale ou sphénoïdale, mais elles sont rarissimes et se transforment encore plus rarement en méningite. Le diagnostic est difficile, les symptômes sont différents et plus inquiétants. Il faut faire un scanner en cas de doute)

Bibliographie

Bonfils P
Sinusites postérieures de la face : sphénoïdites et sphénoethmoïdites postérieures
http://www.em-consulte.com/article/285879/
DOI : 10.1016/S0246-0351(11)55875-1

DeMuri GP, Gern JE, Moyer SC, Lindstrom MJ, Lynch SV, Wald ER
Clinical Features, Virus Identification, and Sinusitis as a Complication of Upper Respiratory Tract Illness in Children Ages 4-7 Years
J Pediatr. 2016 Apr;171:133-139.e1
DOI : 10.1016/j.jpeds.2015.12.034

Garbutt JM, Banister C, Spitznagel E, Piccirillo JF
Amoxicillin for acute rhinosinusitis: a randomized controlled trial
JAMA. 2012 Feb 15;307(7):685-92
DOI : 10.1001/jama.2012.138

Prescrire rédaction
Rhino-sinusite aiguë des adultes. Le plus souvent pas d'antibiothérapie d'emblée
Rev Prescrire 2010, 30(317); 203-206

Van Den Abbeele T, Amanou L, Bonfils P
Sinusites frontales
EMC - ORL - 01/01/00

Venekamp RP, Thompson MJ, Hayward G, Heneghan CJ, Del Mar CB, Perera R, Glasziou PP, Rovers MM
Systemic corticosteroids for acute sinusitis
Cochrane Database Syst Rev. 2014 Mar 25;3:CD008115
DOI : 10.1002/14651858.CD008115.pub3

Deux textes sur la médecine clinique

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Revenir à la preuve clinique des médicaments - Jusqu’aux années 1920, tous les médicaments efficaces étaient hérités de l’empirisme [...]

Éthique décalée de la FDA - En 2007, la société « 23andMe » commercialisait un test salivaire permettant [...]

Appelez vite le SAMU - Depuis peu, France Inter diffuse un message sur l’accident vasculaire cérébral (AVC), [...]

Lorsque tropique - Le paludisme a disparu de Camargue et de Corse dans les années 1950. Aujourd’hui, les rares [...]

Chasse aux arrêts maladie - Lisez, regardez et écoutez attentivement les médias, ils en savent beaucoup plus que vous sur [...]

Autres fiches patients

Gastro-entérite du nourrisson - I / Les mots et les faits Diarrhée aiguë : apparition de selles [...]

Lombalgie, sciatique et cruralgie - I / Les mots et les faits Vertèbres lombaires : elles sont au [...]

Lithiase urinaire - I / Les mots et les faits Lithiase : ce mot vient du grec [...]

Toux chronique de l’adulte - I / Les mots et les faits   La toux est une expiration brusque et bruyante, réflexe ou [...]

Prurit ou démangeaison - I/ Les mots et les faits Prurit : sensation déplaisante qui provoque le besoin de se [...]

La phrase biomédicale aléatoire

La porte du cabinet de consultation s’ouvre. D’emblée, les premiers gestes du patient, avant même que la porte ne soit refermée, ont livré une bonne part des éléments du puzzle qui va se construire. Les mouvements de cet homme ou de cette femme ont déjà une syntaxe qui esquisse la grammaire des symptômes à délivrer. La marche jusqu’à son siège est une préface, un avertissement à l’observateur clinicien, sa cadence est celle du verbe à venir, les hésitations y auront une fréquence identique à celle des pas. L’empathie commence par les mots d’accueil du praticien, les invites à se mettre à l’aise, les mimes d’ouverture sur la scène des phrases… Justement, voilà les premiers mots qui arrivent, avant ou après que le praticien ne se soit assis. Avant : ils informent de leur insignifiance ou d’une certitude de leur faible apport dans le décryptage du cas. Pendant : il faudra y mettre de l’ordre, car le bruit des chaises est un prétexte à leur brouillon. Après : ils vont requérir plus d’attention, voire en exiger s’ils sont très tardifs.
― Luc Perino

Haut de page