lucperino.com

Drogues du terrorisme

humeur du 14/11/2015

L’éthologie a démontré les nombreux mécanismes d’inhibition mis en place par l’évolution pour éviter de tuer un congénère de la même espèce. Même si les rivalités sont fortes et les combats fréquents, il est exceptionnel qu’ils conduisent à la mort d’un belligérant.
Homo sapiens ne fait pas exception, et même s’il a produit de nombreuses machines permettant des exterminations médiates et à distance, il a globalement conservé les mécanismes d’inhibition de la tuerie immédiate. Larguer une bombe est plus facile que de planter une baïonnette dans un ventre.

Le nationalisme, l’endoctrinement et la manipulation mentale ont été largement utilisés par les chefs de guerre, les maffias et les sectes avec succès, mais ils ne peuvent suffire à expliquer le niveau de certaines barbaries.
L’utilisation de drogues est un moyen stratégique efficace qui semble être largement sous-estimé par les enquêteurs, sociologues et commentateurs.
Même si le fait a été exagéré, il ne fait plus aucun doute que l’alcool était un stimulant des poilus de la grande guerre.
Les horreurs tels que des bébés coupés en deux, lors des massacres du GIA en Algérie dans les années 1990 s’expliquent par l’utilisation abondante de drogues. L’une d’elles, le trihexyphénidyle, médicament antiparkinsonien détourné de son usage, considéré comme   « l’ecstasy des pauvres » était aussi surnommé « madame courage » car, utilisé avec des benzodiazépines ou du cannabis, il favorisait le passage à l’acte violent (comme beaucoup de psychotropes actuels).La cocaïne et les amphétamines sont bien connues sur tous les lieux d’activisme et de combat.

Les terroristes d’aujourd’hui appartiennent à des organisations criminelles qui vivent de différents trafics : drogue, femmes, œuvres d’art et autres. Beaucoup d’entre eux sont de grands drogués, que ce soit en Afrique ou au Moyen-Orient. En droguant leurs kamikazes, ils ne se distinguent en rien des maffias qui droguent leurs prostituées pour les encourager au travail.

La barbarie est bien souvent chimique et j’ignore si l’on dose systématiquement les substances psychoactives chez les terroristes capturés ou abattus. Si cela est fait, il est étonnant qu’il y ait aussi peu d’informations sur ce thème qui tient certainement un rang élevé dans la liste des causes du passage à l’acte terroriste.

Bibliographie

Bègue, L & Subra, B
Alcohol and Aggression: Perspectives on Controlled and Uncontrolled Social Information Processing
Social and Personality Psychology Compass, 2008, 2, 511-538

Casey A, Hughes J, Izard RM, Greeves JP
Supplement use by UK-based British Army soldiers in training
Br J Nutr. 2014 Oct 14;112(7):1175-84
DOI : 10.1017/S0007114514001597

Costa SH, Yonamine M, Ramos AL, Oliveira FG, Rodrigues CR, da Cunha LC
Prevalence of psychotropic drug use in military police units
Cien Saude Colet. 2015 Jun;20(6):1843-9
DOI : 10.1590/1413-81232015206.00942014

Dani A
Les combattants de Daesh, de vrais drogués
http://www.lejournalduforkane.com/les-combattants-de-daesh-de-vrais-drogues/

Friedman RA, Michels R
How should the psychiatric profession respond to the recent mass killings?
Am J Psychiatry. 2013 May;170(5):455-8
DOI : 10.1176/appi.ajp.2013.13010045

Grann M, Fazel S
Substance misuse and violent crime: Swedish population study
BMJ 2004;328:1233
DOI : 10.1136/bmj.328.7450.1233

Heuclin Reffait M
Le captagon, une drogue au service du djihad
Libération, 2 juillet 2015

Hobkirk AL, Watt MH, Green KT, Beckham JC, Skinner D, Meade CS
Mediators of interpersonal violence and drug addiction severity among methamphetamine users in Cape Town, South Africa
Addict Behav. 2015 Mar;42:167-71
DOI : 10.1016/j.addbeh.2014.11.030

Holden C
Controversial Study Suggests Seeing Gun Violence Promotes It
Science 27 May 2005: Vol. 308 no. 5726 pp. 1239-1240
DOI : 10.1126/science.308.5726.1239a

Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice (INHESJ)
Violences : l'influence des drogues et de l'alcool
Rapport 2012 de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales,

Loeffler G, Hurst D, Penn A, Yung K
Spice, bath salts, and the U.S. military: the emergence of synthetic cannabinoid receptor agonists and cathinones in the U.S
Mil Med. 2012 Sep;177(9):1041-8

Offenstadt N
Pour en finir avec dix idées reçues sur la guerre de 14-18
Le monde du 4 novembre 2013

Servies T, Hu Z, Eick-Cost A, Otto JL
Substance use disorders in the U.S. Armed Forces, 2000-2011
MSMR. 2012 Nov;19(11):11-6

Souaïdia H
La sale guerre
La Découverte 2001

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Livres pour les patients

Écologie de la santé - Blanc S, Boëtsch G, Hossaert-McKey M, Renaud F. ▪ Cherche-Midi et Presses du CNRS Plusieurs [...]

Médecine en danger. Qui pour nous soigner demain? - Jean Christophe Seznec, Stéphanie Rohant ▪ First 2016 Risque juridique, hypertrophie de [...]

Trop de médecine, trop peu de soins - Claude Béraud ▪ Thierry Souccar, 2013 Ce livre est un recueil des article et des coups de [...]

Le bébé est un mammifère - Michel Odent ▪ L'instant présent, 2011 Réédition du titre "Le plus beau des mammifères" paru [...]

Les nouveaux paradoxes de la médecine - Luc Perino ▪ Le Pommier, 2012 [...]

La phrase biomédicale aléatoire

La fonction soignante a existé bien avant toute science médicale, mais est redevable au développement biomédical contemporain de pouvoirs autrefois inimaginables, avec pour contrepartie compréhensible un engouement propice à bien des excès.
― Alain Froment

Haut de page