lucperino.com

Thérapies divines et divinatoires

humeur du 28/05/2019

J’ai récemment assisté à quatre enterrements de personnes âgées, d’une génération où la célébration comporte obligatoirement une messe par respect pour les convictions du défunt. Dans ces 4 cas, le prêtre était un africain issu d’une de nos anciennes colonies. Comme les médecins, les prêtres se font rares, et l’on est obligé de faire appel à de la « main d’œuvre » étrangère.
Pendant que ces officiants parlaient d’espérance, de résurrection et d’agneau de Dieu, je donnais libre cours à quelques divagations. Amicale : les africains mettent un point d’honneur à payer leur dette en nous rapportant la bonne parole que nos missionnaires leur avaient livrée à domicile au XIX° siècle.  Moqueuse : le racisme à totalement disparu de notre pays au point de confier le salut de notre âme à des noirs. Méchante : la misère de ces pays favorise des vocations qui garantissent le gite et le couvert sans trop d’efforts.
Tout aussi récemment, j’ai trouvé dans ma boîte des tracts des professeurs Kolida, Bangaly, Diakarya et Haoussouba. Tous médiums et voyants originaire de la même Afrique que nos prêtres. Leurs propositions thérapeutiques ont attiré mon attention d’indécrottable clinicien.
Kolida traite l’impuissance sexuelle et garantit le retour de la personne aimée. Il propose aussi des séances de désenvoûtement et affirme une réussite totale dans les cas les plus désespérés
Bangaly assure les succès sentimentaux et commerciaux et peut résoudre tous les maux, particulièrement « tout ce qui vous agace dans votre vie ».
Diakarya se présente comme un marabout aux dons similaires, il promet des mariages durables et accepte de faire des visites à domicile, (ce qui devient rare avec la pénurie de médecins).
Enfin Haoussouba affiche ses 25 ans d’expérience et garantit, lui aussi, la réussite sexuelle, sentimentale ou commerciale, mais en 4 jours maximum. Et, plus médicalement, il a des solutions pour grossir, maigrir et soigner le mal de dos.
L’Afrique n’est pas la championne du télé-achat ni des offres thérapeutiques. Nous disposons en Occident de plus de 300 types de psychothérapies, d’une centaine de thérapeutiques dites alternatives, de nombreuses sociétés d’audit, de coaching, d’accompagnement, remplies de conseillers et formateurs aux inspirations toujours renouvelées. Le nombre de soignants risque de dépasser le nombre de soignés, la concurrence est rude.
Nos pillages matériels et nos arrogances culturelles de colons n’ont pas amoindri la force tranquille de l’Afrique. Avec leur bonhomie naturelle, nos amis africains ne seraient-ils pas en train de préparer la plus insidieuse des vengeances ? Nous avons perdu l’expertise de Dieu et des divinations. Ce marché a toujours été le plus profitable dans toutes les civilisations et toutes les époques. Ces nouveaux entrepreneurs africains de la foi et des théismes ont de quoi ébranler le marché grouillant de nos thérapies. La concurrence s’annonce de plus en plus rude... 

Deux textes sur la médecine clinique

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Curieuse extension de l'effet placebo - D’après les données de la science indépendante, les traitements médicamenteux [...]

Substituts d’aliments et de cathédrales - Un couple d’amis qui nous logeait n’a pas pu nous offrir de lait au petit déjeuner. Ils [...]

Le sein entre deux feux - Chaque année, au mois d’octobre, le cancer du sein est remis à l’honneur par les [...]

Parler ou écouter - Il est impossible de lire un article sur la relation médecin/patient sans que le mot [...]

Brève pharmacologie de la longévité - Au Danemark, la dépense en médicaments est de 200 € par an et par personne pour une [...]

La phrase biomédicale aléatoire

L'ardeur que l'on met à rechercher des médicaments nouveaux, à les faire connaître au monde savant avant même qu'ils aient commencé à faire leurs preuves, à multiplier hâtivement les observations qui permettent d'appuyer sur des données cliniques les vues qu'on s'efforce de faire prévaloir ; toute cette fièvre pharmacologique a inspiré aux praticiens des habitudes d'intervention turbulente qui ne sont pas toujours dans les intérêts des malades.
― Léon Lereboullet en 1886

Haut de page