lucperino.com

Deux histoires

humeur du 27/04/2020

La première histoire se passe en mars 1970. Un jeune médecin fraichement installé dans un village d’Auvergne est appelé au chevet d’une mamie nonagénaire. Elle a eu une grippe et son état se dégrade rapidement depuis 2 jours. Le médecin constatant un essoufflement assez inquiétant prend la peine de téléphoner à son ancien professeur, chef du service de réanimation à Clermont-Ferrand. Il lui expose le cas et suggère timidement une assistance respiratoire.

Mon cher ami, lui répond avec bienveillance le professeur, votre dévouement est louable, mais vous savez comme moi que nos services ne sont pas destinés à ce genre de cas. Puis il expose de sages conseils : ouvrir les fenêtres, donner du paracétamol et des antalgiques pour éviter toute souffrance.

 Le médecin résume le tout aux enfants qui lui disent avoir bien compris qu’il n’y avait rien à faire, mais le remercient tout de même vivement d’avoir essayé.

La deuxième scène se déroule seulement cinquante ans plus tard en mars 2020. Un vieux médecin expérimenté est appelé par les enfants d’un nonagénaire fébrile et très fatigué. Il constate un syndrome grippal assez sévère en rapport avec l’âge, mais sans grave trouble respiratoire. Il explique aux enfants que c’est possiblement la Covid19, mais qu’il importe peu de le savoir. La situation comporte un risque évident d’aggravation, mais il n’y a pas lieu de l’hospitaliser, car il sera mieux chez lui pour récupérer.

La famille le congédie et appelle directement le 15 avant d’entamer une procédure juridique contre le médecin…

J’ai menti. Ces deux histoires ne sont pas tout à fait véridiques. Le premier médecin n’a pas appelé son professeur, car personne ne lui avait enseigné cela et qu’il aurait eu peur du ridicule. Le deuxième médecin a immédiatement appelé le 15, sans conviction, mais parce qu’il savait, par sa longue expérience, que les décisions médicales ne sont plus du ressort du clinicien.

Dans les deux cas, la famille a apprécié le civisme. Dans le premier cas, elle a en outre apprécié la compassion et dans le second, le panurgisme.

Sur la route du retour, le vieux médecin a allumé la radio pour se détendre. N’importe laquelle ferait l’affaire. Puis, après quelques minutes, constatant que le jeu pervers de l’escalade compassionnelle entre médias, urgentistes et politiques s’aggravait dangereusement, il a zappé. Sur une autre fréquence, un épidémiologiste, moitié normatif, moitié dissident, osait préciser que l’âge moyen de mort par Covid était de 80 ans et que l’espérance de vie dans notre pays était de 81 ans. Le médecin a alors éteint le poste en souriant. Il allait bientôt prendre sa retraite. Covid ou pas, il lui restait raisonnablement au moins 15 ans à vivre.

Pas plus, car même si ce sont les GAFA transhumanistes qui financent et orientent désormais la politique sanitaire internationale, l’OMS n’a pas encore déclenché le programme d’immortalité qu'ils préconisent. 

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

La pression parasitaire et les autres - Parmi les pressions environnementales que subit un être vivant, la « pression [...]

Statines à tous les étages - Les statines sont ces médicaments qui abaissent le taux des mauvaises graisses encrassant nos [...]

Science impossible du dépistage - Actuellement, les dépistages « organisés » ou « de masse » des cancers – donc sans [...]

Illogisme et dépression - Selon un sondage BVA, commandé par la chaire Santé de Sciences Po, les Français sont [...]

Crise des urgences - Les urgences connaissent une crise sans précédent dont la cause, très prévisible, est [...]

Forum médical

Crise des urgences - Bien d’accord avec toi Luc [...]

Crise des urgences - Se souvenir que dans les années 1970 les généralistes recevaient les [...]

Réponse à Mohamed - Merci, c'est certainement une bonne part de l'explication Confraternellement [...]

Crise des urgences - Bonjour, je suis globalement d'accord avec votre texte, mais je me permet de [...]

Le sommeil de la terre - Une étude a montré que la survie des centenaires après hospitalisation pour [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Au moment de terminer une séance d'analyse, Lacan transmettait ce qu'il n'avait ni écouté ni entendu, par un jeu de mots ou une poignée de main. Il s'en tirait comme ça. Parfois, il se contentait de dire au-revoir. Ah! il savait manier son monde. Chacun était tellement fasciné par son personnage qu'à la limite on venait se faire oblitérer comme un timbre.
― François Perrier (disciple de Lacan !)

Haut de page