lucperino.com

Effet week-end

humeur du 27/05/2020

L’urgence médicale est une notion relative, dépendante du patient, de l’observateur et de l’époque. L’élévation de notre niveau de santé en a augmenté les impératifs. Dans les années 1980, les SAMU en ont augmenté la visibilité, donc la consommation. Electroménager ou urgence vitale, rien ne peut échapper aux effets de la communication.

Les généralistes, modérateurs idéaux de l’inflation urgentiste, ont progressivement disparu du grand ballet des gyrophares. Les services d’urgence sont désormais sursaturés au point de mettre en péril le système et ses acteurs. Pour évaluer les effets de la fatigue, du manque de personnel ou de sa compétence, il faut examiner les situations où ces paramètres dominent : nuits, week-end et vacances. C’est le fameux « effet week-end » désormais bien documenté.

Une étude montre que le taux de mortalité à 90 jours après un passage en réanimation passe de 41% à 44% selon qu’il a eu lieu en semaine ou le week-end. Une autre que la surmortalité est de 6% la nuit et de 10% le week-end.

En réanimation cardio-respiratoire, le taux de survie à 24h chute de 35% à 29% entre le jour et la nuit ou le week-end. Les séquelles neurologiques passent de 85% à 89%. L’effet week-end augmente la mortalité des AVC de 15%

Le taux de décès dans les 30 jours suivant une intervention chirurgicale urgente est d’environ 0,7%, il monte à 1% si l’intervention a eu lieu un vendredi et à 1,3% le week-end (soit des augmentations de 44% et 82% pour le dire de façon plus spectaculaire !)

La très faible mortalité périnatale augmente tout de même de 7% pour les accouchements du week-end.

Pour les pathologies aiguës, certains calculs montrent que la mortalité augmente de 80% quand le délai d’attente est de 6 heures au lieu de moins d’une heure ; d’autres révèlent que chaque heure d’attente augmente la mortalité de 6,5%.

Je me risque à une extrapolation hasardeuse.

En France, 60 000 personnes meurent chaque année en service de réanimation. Soit 15000 personnes dont les soins intensifs ont été affectés par la sursaturation des trois mois d’épidémie de covid. Si nous supposons que cet « effet week-end » particulier n’a augmenté la mortalité que de 10%, il faut ajouter 1500 personnes à la liste mortuaire du Covid.

Par ailleurs 10 000 personnes sont ressorties vivantes des 15000 réanimations supplémentaires pour covid. Malgré le stress et la surcharge, le bilan de réanimation de cette triste période est donc positif.

Il nous reste à évaluer la durée et la qualité de ces survies. Il faudra aussi compter les pertes et gains collatéraux. Pertes (ou gains) par arrêt d’autres soins. Gains par limitation de la circulation et de la pollution. Pertes par violence conjugale ou suicide lié au chômage. Etc.

La réanimation est la plus triviale des équations épidémiologiques. Le monde vivant n’est pas réductible à la mathématique. Un ami, brillant mathématicien, me confirme que le monde physique ne l’est pas non plus. Je m’en serai douté.

Bibliographie

Aylin P
Making sense of the evidence for the “weekend effect”
BMJ 2015;351:h4652
DOI : 10.1136/bmj.h4652

Aylin P, Alexandrescu R, Jen MH, Mayer EK, Bottle A
Day of week of procedure and 30 day mortality for elective surgery: retrospective analysis of hospital episode statistics
BMJ 2013;346:f2424
DOI : 10.1136/bmj.f2424

Buck DL, Christiansen CF, Christensen S, Møller MH
Out-of-hours intensive care unit admission and 90-day mortality: a Danish nationwide cohort study
Acta Anaesthesiol Scand. 2018 Aug;62(7):974-982
DOI : 10.1111/aas.13119

Guttmann A, Schull MJ, Vermeulen MJ, Stukel TA
Association between waiting times and short term mortality and hospital admission after departure from emergency department: population based cohort study from Ontario, Canada
BMJ 2011;342:d2983
DOI : 10.1136/bmj.d2983

Lalande F, Veber O
La mort à l'hôpital
IGAS, Rapport N°RM2009-124P 3

Metiseurope
Working days lost through industrial action, annual average 2005-2009
https://www.metiseurope.eu/2010/09/06/grves-en-europe-qui-dtient-le-record-du-nombre-de-jours-de-travail-perdus/

Palmer WL, Bottle A, Aylin P
Association between day of delivery and obstetric outcomes: observational study
BMJ. 2015 Nov 24;351:h5774
DOI : 10.1136/bmj.h5774

Peberdy MA, Ornato JP, Larkin GL, Braithwaite RS, Kashner TM, Carey SM, Meaney PA, Cen L, Nadkarni VM, Praestgaard AH, Berg RA; National Registry of Cardiopulmonary Resuscitation Investigators
Survival from in-hospital cardiac arrest during nights and weekends
JAMA. 2008 Feb 20;299(7):785-92
DOI : 10.1001/jama.299.7.785

Turner M, Barber M, Dodds H, Dennis M, Langhorne P, Macleod MJ
Stroke patients admitted within normal working hours are more likely to achieve process standards and to have better outcomes
J Neurol Neurosurg Psychiatry. 2015 Aug 18. pii: jnnp-2015-311273
DOI : 10.1136/jnnp-2015-311273

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Adage d'hiver - « Un rhume dure une semaine sans soins et 7 jours avec soins ». Les adages sont le vif [...]

De la sympathie à l’homéopathie - Paracelse était un médecin entreprenant et fantaisiste. Sa théorie des signatures stipulait [...]

Renouveau du magnétisme médical - En 1778, le médecin Allemand Franz Mesmer fit la gloire du magnétisme médical. Ses fameux [...]

Après le taylorisme, le prozacisme - Le taylorisme, puis le fordisme ont été les piliers de la productivité et de la consommation. [...]

Douteux avenir sanitaire des bracelets connectés - Comme la plupart des badauds, j’ai regardé au moins une fois les applications proposées par [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Toute vie est une affaire de choix.Cela commence par : "la tétine ou le téton ?". Et cela s'achève par : "le chêne ou le sapin ?".
― Pierre Desproges

Anthropologie générale / Sociologie

• Adolescence : importance clinique des phases de vie • Altitude : adaptation [...]

Haut de page