lucperino.com

L'élément manquant

humeur du 01/11/2020

Les homicides sont un trait tristement répandu dans notre espèce. Pour autant, il n’est pas facile de tuer un congénère, car il faut outrepasser les inhibitions naturelles que l’évolution a mises en place pour limiter le meurtre intraspécifique, non profitable à l’espèce.
Idéologies, conquêtes territoriales, psychoses, passions amoureuses, drames familiaux sont autant de réalités bien identifiées à l’origine des homicides.
Il y a cependant de grandes différences de charge émotionnelle chez le meurtrier. Tuer avec une arme blanche fait couler plus d’adrénaline qu’avec une arme à feu. Les meurtres passionnels sont souvent impulsifs. Les querelles de voisinage peuvent conduire à des drames cocasses avec des armes improbables. Instruction militaire, idéologie, manipulation mentale, jalousie, haine ou colère accumulées, les processus de la désinhibition sont longs et tortueux avant tout homicide.
Mais lorsque la barbarie dépasse l’entendement, aucune neurophysiologie intime ne peut suffire, il faut un catalyseur externe. L’alcool est le plus connu, on ne pourra ou ne voudra jamais savoir de combien de féminicides il a été le catalyseur. Il a armé le bras de nos poilus.
Mais, il y a bien pire et beaucoup mieux depuis. Les preuves abondent désormais sur le rôle des amphétamines dans les actes terroristes, sur celui des benzodiazépines ou antidépresseurs sérotoninergiques dans les infanticides ou autres barbaries familiales. Les hallucinogènes et autres psychédéliques tordent la réalité et jouent le rôle du délire psychotique qui conduit à des actes insensés.  Le cannabis est connu pour son induction psychotique.
Lors de chaque nouveau drame, les commentateurs et enquêteurs projettent leur rationalité sur celle de l’assassin. Recherche de la motivation : prosélytisme, mission divine ou radicalisation. Recherche des facilitateurs ou manipulateurs : famille, réseaux sociaux, sectes, djihadistes. Recherche du passé judiciaire, familial, scolaire, professionnel. Cela relève de la logique de toute enquête, mais ne s’intéresse qu’à ses aspects cognitifs et socio-culturels. Cela est insuffisant au-delà d’un certain seuil de barbarie. Cela revient à négliger le délire, l’impulsivité, le caractère irrépressible, la folie suicidaire, autant d’éléments qui ne peuvent se réduire à l’aboutissement de processus cognitifs ou neurophysiologiques normaux.
Le grand oublié est le catalyseur. Je n’ai jamais entendu parler de dosage de psychotropes après de telles barbaries. Nous savons doser facilement l’alcool, l’arsenic, la cotinine, le lithium, la digoxine et moultes médicaments, nos tests biologiques sont de plus en plus performants.
Pourquoi cet élément majeur et probablement peu coûteux reste-t-il l’élément manquant dans toutes ces enquêtes ?
Quel député proposera enfin de l’imposer, comme on l’a fait pour l’alcool après les accidents de la route ?

Bibliographie

Baillargeon J, Binswanger IA, Penn JV, Williams BA, Murray OJ
Psychiatric disorders and repeat incarcerations : the revolving prison door
Am J Psychiatry. 2009;166(1):103-109
DOI : 10.1176/appi.ajp.2008.08030416

Bègue, L & Subra, B
Alcohol and Aggression: Perspectives on Controlled and Uncontrolled Social Information Processing
Social and Personality Psychology Compass, 2008, 2, 511-538

Coid JW, Ullrich S, Kallis C, Keers R, Barker D, Cowden F, Stamps R
The relationship between delusions and violence: findings from the East London first episode psychosis study
JAMA Psychiatry. 2013 May;70(5):465-71
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2013.12

Costa SH, Yonamine M, Ramos AL, Oliveira FG, Rodrigues CR, da Cunha LC
Prevalence of psychotropic drug use in military police units
Cien Saude Colet. 2015 Jun;20(6):1843-9
DOI : 10.1590/1413-81232015206.00942014

Friedman RA, Michels R
How should the psychiatric profession respond to the recent mass killings?
Am J Psychiatry. 2013 May;170(5):455-8
DOI : 10.1176/appi.ajp.2013.13010045

Grann M, Fazel S
Substance misuse and violent crime: Swedish population study
BMJ 2004;328:1233
DOI : 10.1136/bmj.328.7450.1233

Heuclin Reffait M
Le captagon, une drogue au service du djihad
Libération, 2 juillet 2015

Hobkirk AL, Watt MH, Green KT, Beckham JC, Skinner D, Meade CS
Mediators of interpersonal violence and drug addiction severity among methamphetamine users in Cape Town, South Africa
Addict Behav. 2015 Mar;42:167-71
DOI : 10.1016/j.addbeh.2014.11.030

Hugnet G
Psychotropes. L'enquête
L'Archipel, 2012

Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice (INHESJ)
Violences : l'influence des drogues et de l'alcool
Rapport 2012 de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Roger Lenglet
Psychotropes et tueries de masse
Actes Sud - 2019

Servies T, Hu Z, Eick-Cost A, Otto JL
Substance use disorders in the U.S. Armed Forces, 2000-2011
MSMR. 2012 Nov;19(11):11-6

Souaïdia H
La sale guerre
La Découverte 2001

 

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Derrière mon stéthoscope - En inventant le stéthoscope, Laennec majora brutalement l’expertise des médecins. Les [...]

Revenir à la preuve clinique des médicaments - Jusqu’aux années 1920, tous les médicaments efficaces étaient hérités de l’empirisme [...]

Masque ou voile mortuaire - Chaque année, dans le monde, 6 millions d’enfants meurent avant l’âge de 5 ans, dont la [...]

Biais de participation - Une étude sociologique dans les usines électriques Hawthorne a été réalisée dans les [...]

Soigneurs et soignants - Le domaine du soin est vaste ; on peut soigner son jardin, sa voiture, ses enfants, son chat. [...]

Vous aimerez aussi...

Acné : maladie de civilisation - Dans les sociétés occidentales, l’acné vulgaire est une maladie de la peau presque universelle [...]

Inconvénients et avantages de l'infertilité masculine - Darwin prit le risque d’annoncer que la découverte d’un caractère usuel qui [...]

Dimorphisme sexuel chez Homo Sapiens. - Le dimorphisme sexuel chez homo sapiens est-il dû à la hiérarchie des genres ? En comparant les [...]

Le gène de l'homme moderne - Pour savoir ce qui nous rend différents de nos plus proches parents les Néandertaliens et les [...]

Longévité et cancer chez les mammifères - L'origine biologique de l'espérance de vie reste une question scientifique fondamentale et sans [...]

Haut de page